Archives de février, 2013

Attention, cet article traite de gros bonnets.

Avoir des seins est un sujet que je connais assez bien. Premièrement je suis une fille et, comme cette raison  n’est pas suffisante, j’ai une poitrine généreuse. Poitrine généreuse, big boobs, énormes loches, nibars. Pick your word.

10% seulement sont visibles...

10% seulement sont visibles…

Tout est arrivé très vite. Je me revois à 11 ans descendre acheter le pain en mettant des clémentines dans ma brassière rose satiné. Puis me voilà à 14 ans avec un 90B, me valant les réflexions des plus spirituelles du type « On mange des melons ce midi à la cantine » hohohoho !!

L’un dans l’autre, mon apôtre, me voilà de nos jours –indication de temps précise- arborant fièrement un 95E, comme Emile –« E » comme Emile, pas «  95E comme Emile », puisque Emile est un homme, il n’a donc pas de seins ! -.

95E : est-ce si énorme ? Je vous le demande.  Moi je vis avec, alors, ils ne me paraissent pas si énormes! Surtout quand on pense que, selon la théorie de l’Iceberg, vous ne voyez que 10% de leur surface… Les 90% restent cachés malgré les décolletés que j’arbore.

Le 95E de Caroline Ingalls porté négligemment

Le 95E de Caroline Ingalls porté négligemment

Il m’est arrivé, cependant, de flipper comme le jour où j’ai enfin trouvé des soutien-gorges à ma taille. Je les ai pris dans mes mains et … foultitude d’images se sont succédées dans mon cervelet. Tiens, on dirait deux kippas cousues l’une à côté de l’autre, parfait pour des siamois juifs à Shabbat ! Mon soutif avec des petites fleurs peut facilement être confondu avec le chapeau de Caroline Ingalls. Le blanc satiné peut facilement couvrir la tête de deux nourrissons côte à côte. Si le parachutiste de Sainte Mère Eglise avait été équipé de mon double parachute, il aurait vécu une vie paisible, marié à une Normande et aurait eu plein de petits enfants mal habillés mariés entre eux, puisque Normands, eux aussi !Bonnet de Nourrisson

Mes seins ! Comment les oublier ? Chaque jour, mon cher collègue Popov me dit bonjour à sa manière ! Grand sourire – eye contact – puis, sa phrase choc « Ils sont énooooormes !! ». Alors si l’on calcule rapidement que ça fait 3 ans que je bosse dans la boite. J’ai entendu ça 1095 fois. Cela dit, moi ça m’fait rire.

La légende dit que le para aurait du sauter avec ce prototype...

La légende dit que le para aurait du sauter avec ce prototype…

Rappelons rapidement la définition du (gros) Robert :

« Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d’un animal, et en particulier celle des mammifères qui englobe l’espèce humaine. » Ça vous fait bander ça ?

Rappelons également que la composition du sein est essentiellement graisseuse.

« Chaque sein est composé de quinze à vingt compartiments séparés par du tissu graisseux qui donne au sein la forme qu’on lui connaît. Chacun de ces compartiments est constitué de lobules et de canaux. » J’ai vomi tout mon gouter.

Gardez en tête, Messieurs, que c'est ça que vous avez dans la main...

Gardez en tête, Messieurs, que c’est ça que vous avez dans la main…

Face à tout cet amour pour des amas graisseux, je vais aller mâchonner d’la couenne, moi !Pâté de couenne

Dans ma grande expérience mammaire, j’ai pu constater plusieurs comportements face à mes deux compagnons de toujours. Parfois farouches, nitouches, manouches (j’ai passé un été chez des forains), surtout amuse-bouches, les seins deviennent les objets de drôles de mœurs. Une étude empirique américaine sérieuse et renommée décrit deux des comportements des plus dérangeant.

1. La technique de Pépé La Boulange

Cette technique se rapproche beaucoup du pétrissage. Cet extrait de recette du pain pétri à la main est édifiant.

Pepe la boulange styleOn doit obtenir une pâte qui n’attache pas aux doigts, mais suffisamment humide pour qu’elle ne se déchire pas. Pétrir la pâte de 5 mn à 15 mn. Il s’agit d’étirer la boule de pâte avec la paume de la main, de refaire une boule, de pivoter d’1/4 de tour, d’étirer, etc… On peut la lancer fort sur la table. Oui, alors là, vas-y mollo, Michel !

C’est pourquoi les seins sont souvent appelés « miches ». Pour les femmes ayant des grains de beauté, nous avons également l’appellation « fougasse ».

Ex : -à prononcer avé l’assent- « Oh cousine, viens là que je te palpe les fougasses ! »

Chez nos amis Québécois, nous utilisons plutôt l’expression « Pâte à Bretzel »

Ex : J’m’en vais m’coucher afin qu’Maurice me fasse gonfler la pâte à Bretzel !

2. La technique du retour en enfance

Cette technique consiste à oublier tout ce qu’il y a autour des seins et concentrer tous ses efforts sur la Mère Poitrine. Cela vire souvent au documentaire sur l’allaitement et ne comporte que très peu d’intérêt pour la personne endurant cette épreuve. Le corps n’existe plus, seule la poitrine généreuse subsiste et obnubile le téteur.

Ex : Tu es le téteur, je suis la tétée : Viens là, ma belle, enlève-moi ce soutien-gorge…. « Oh Maman » ! – Fin de la scène – coupez – .

Retour en enfance

Si je devais résumer, mes seins sont mon essence. Je ne peux me passer d’eux, je leur dois tout ! Ils sont la lumière du phare lorsque je suis dans les ténèbres de la rengaine « j’suis dégueulaaaasse !! ». Toujours prêts à faire écran de fumée pour faire diversion et rendre invisibles les détails disgracieux de mon anatomie.

– Tu as les cheveux gras ? – Ce n’est pas grave tu as des seins !

– Tu as une vilaine peau ? – Ce n’est pas grave tu as d’énormes seins !

– Tu as des bourrelets ? – Ahhhhhh ! Nichoooons !

Mes seins sont les Sylvain Mirouf de ma vie et hypnotisent qui veut bien croiser leurs regards… Ils sont mon soutien de tous les jours. Ils ne me laisseront jamais tomber. Je ne peux, malheureusement pas, en dire autant… Un jour ou l’autre, la gravité aura leur peau, et je ne pourrai que les regarder s’éloigner de mes yeux et se rapprocher lentement de mes genoux…

Attention, ça va aller très vite.... Dis: "camion!"

Attention, ça va aller très vite…. Dis: « camion! »

En attendant, j’en prends soin, je les sors, les pare de mille atours, les hydrate, leur fait rencontrer du monde (oh ça va, Chaton, je décoooonne !), les enveloppe dans des étoffes douces, soyeuses, veloutées. Ils sont arrivés alors que je ne m’y attendais pas, ils sont un cadeau de Mère Nature.

Je les porterai toujours fièrement – avec ou sans armature-. Vous êtes sur mon cœur à tout jamais.

Alors, aux plates jalouses qui disent d’un air moqueur et insolent « Un jour ils tomberont ! », je dis… : « Oui ! Pas faux… » mais pas que ! Je dis : « Oui, mais j’aurais toujours de quoi leur faire relever la tête moyennant poulies et autres câblages ! Néanmoins, que ferez-vous de votre paire de raisins secs, Mesdames ? » Deviendrez-vous Infirmière du travail ?*

Oui, j’opte pour des aubergines, plutôt que pour des haricots plats !

– Pour votre santé, pensez à manger au moins 5 fruits et légumes par jour -.

Et puis, au pire, je pourrais toujours les porter en écharpes en hiver, rabattus sur les épaules ?Seins en echarpe

Dieu vous bénisse mes deux fidèles amis! Barkallah! Allons enfants de la Poitrine, notre jour de gloire est arrivé!

—-

—-

—-

*Previously in Juliette Pirouette « La médecine »: http://wp.me/p2VaS8-4A

Je remercie Etam lingerie qui s’est ENFIN lancé dans les grandes tailles et qui fait de jolis modèles, VSlingerie qui m’a permis de ne pas ressembler à une vieille sur la plage, bien au contraire!

www.vslingerie.fr

Etam lingerie

Mes chers amis, je m’en vais là, vous conter mon aventure au pays du Tatoum-Tatoum.

Lulu chez les Zog-ZogRien à voir avec le pays des Zog-Zog joliment décrit dans ce fameux roman « Lulu chez les Zog-Zog » que j’avais lu en CE1 et dont j’avais fait une fiche de lecture en exposé devant toute la classe. Certains avaient présenté « Le rouge et le noir »… moi, « Lulu chez les Zog-Zog », l’histoire d’un petit gamin qui atterrit, on ne sait trop comment, dans une partie de la forêt amazonienne où vit une tribu, les Zog-Zog où tout est comestible dans leur village. Autant vous dire qu’un roman mêlant bouffe et aventure, j’adore ! Un grand roman, à partir de 6 ans. Bref, je m’égare !

Le pays du Tatoum-Tatoum aka la Guadeloupe est un pays fort riche en surprises et autres découvertes ! Le mot « Tatoum-Tatoum » fait référence au rythme zouk que l’on retrouve dans touuuutes les chansons Zouk.

Ayant déjà arpenté l’île en 2011, me revoilà pour un séjour totalement différent, puisque moins touristique et plus chez « l’habitante » qui répond au doux prénom de Manoo. (Je préfère conserver son anonymat ! mouhahaha !).

Manoo est une jolie hôte à la peau chocolatée et aux cheveux dreadlockés patiemment tissés au grès des repousses capillaires. Manoo est bourrée de qualités mais possède un défaut : elle oublie de manger un ptit peu trop souvent ! Parfois elle oublie qu’on ne parle pas son langage et se met à nous envoyer du créole en pleine face. Ho !!! Ho !!! Je suis blancheuuuu, je comprends peau d’zob à ce que tu m’dis là !

matambaEn Guadeloupe nous avons découvert la beauté du carnaval. Bon alors au début on faisait pas trop les malins en plein Pointe-à-Pitre. Nous étions les deux seuls blancs qui n’étions pas derrière les barrières (déwwièwe les bawwiewes). On avait l’air de deux testiboules en queue de convoi. Deux miel Pops collés au cu-cul. Deux mélanomes pas très malins.

On a commencé à se détendre sur St François car c’était en plus petit comité, plus familial. Je retiendrai le claquant des fouets, les hommes masqués qui te choppent à un coin de rue pour te faire zouker 15 secondes et qui continuent leur route, les costumes soignés des femmes, pailletés, colorés et sexy, et le char avec des basses à fond criant à tue-tête « ça fait maaaaal, mais c’est boooon !! ». Apothéose lorsque ce char passa devant la porte ouverte d’une maison où un vieillard sur son fauteuil roulant sentait l’urine à plein nez, la foule chantant à tue-tête « ça fait mal, mais c’est bon », le choc des ambiances, mes amis!

Clou du Carnaval, quand on a cramé c’t’enfoiré de Vaval ! Ouai bah il faisait moins le malin quand on lui a brulé l’cul ! Après une heure de défilé où nous étions tous habillés en noir et blanc avec une touche de rouge – symbole de deuil – nous sommes arrivés sur une place centrale et nous avons brulé Vaval, le bonhomme carnaval, pendant que tout le monde dansait autour de lui en chantant une version antillaise de la queue-leu-leu, c’était… beau… et émouvant… A A A la queue-leu-leu !

Tellement de choses qui me viennent en tête !

Michel et Jean-Marc, plus qu'un partenariat, une amitié à toute épreuve.

Michel et Jean-Marc, plus qu’un partenariat, une amitié à toute épreuve.

En Guadeloupe, les gens plantent leurs vaches tous les matins. Bah oui, ils ne mettent pas de clôtures dans les champs, alors ils viennent planter leurs vaches toutes maigres sur les bordures de route, ou au milieu de champs. Sachez que les vaches ou bœufs sont toujours accompagnés de leur cher compagnon «pic-bœuf », un zoiseau qui leur mange les parasites qui les embêtent. Le pic-bœuf c’est le poisson pilote des vaches, en fait ! Une symbiose de malade, une amitié à toute épreuve.

La Guadeloupe, c’est avant tout une île chaude… volcanique… suave… tatoum-tatoum… entendez-vous battre le rythme du zouk dans vos slips ? Comme j’ai dit à mon cher fiancé, c’est facile de danser le zouk : Si tu sais baiser, tu sais zouker ! Tout se passe dans la région du petit bassin et du pelvis (presse-les !)… Ouai, désolée, mais il fallait que je la fasse celle-là !

D’ailleurs, leurs « bourgs » ont des noms de chaudasse, sans déconner ! Périnet, Gosier, Les Mamelles, ilets à Cochons, l’anse accul, le trou à coa (je vous l’demande ?!), Moule, anse Fontaine, les ilets des petits pompons… et après on dit que je suis obsédée ! Mais du gosier au périnée, il n’y a qu’un pas, alors pas de langue de bois !

Doc GynecoMoment d’anthologie lorsque nous écoutâmes l’album de Doc Gyneco dans la voiture, en route pour la Basse Terre, fenêtres ouvertes, vent dans les cheveux et Manoo surexcitée derrière parce qu’on l’emmenait au Spa Tendacayou, un vrai coin de Paradis, je dois l’avouer !

de l'huile, le l'huile et beaucoup d'amour...

de l’huile, le l’huile et beaucoup d’amour…

Là-bas, sur cette jolie île, on mange des Bokits, sandwiches dont le pain, qui ressemble à de la pita, est frit. On mange des accras, frits aussi. Tous les plats sont accompagnés de la fameuse sauce chien aka sauce du clébard ou sauce du iench pour les racailloux de mon espèce. La sauce chien est connue pour ses vertus économiques puisqu’une cuillère à café suffit pour que tu en bouffes toute la journée, grâce à un système de circuit fermé aller-retour bouche-estomac que les plus beaux ruminants nous envient. Non contente de vous repaitre, la sauce permet également à votre entourage d’en profiter en mode « brise touch and fresh ». Une pulvérisation toutes les 4 minutes pour un parfum frais et léger toute la journée.

SinobolPlace au dessert ! Outre la banane flambée au rhum qui déchire les petits canards, on savoure de délicieuses glaces aux parfums exotiques (patate douce, manioc, fruit de la passion…). Tu peux également demander une « snow ball » prononcé en local « sinobol ».

Comment est-ce préparé, Micheline ?

Et bien, Maïté, tout simplement en râpant un gros pain de glace. La glace râpée est ensuite positionnée soigneusement dans un gobelet en plastique et arrosée copieusement de sirop de votre choix. Généralement, 2 parfums !

La sinobol, le Mister Freeze du pauvre !

Pour ce qui est de la boisson mon ami ! Le rhum, boisson locale et nationale ! Certains énergumènes que nous avons croisés sont tombés dedans quand ils étaient petits, mais en règle générale, tu le consommes avec modération. Rhum à la goyave, au fruit de la passion, au coco, planteur, au bois bandé etc… Quoi de meilleur que de savourer une Carib, la bière fraiche et qui désaltère vraiment ! En soirée, on partait surtout sur des Despé Red à la Guarana. J’ai également eu l’occasion de gouter au Macaque. Le Macaque est un vin blanc sucré espagnol mais beaucoup consommé là-bas. Sauf que, je me connais bien, j’aurais mieux fait de me retenir d’en boire…

Moi, j’aime pô l’vin blanc, ça m’fait mal aux extrémités !Macaque vin blanc

Message sponsorisé par Imossel et Doliprane

Je remercie notre hôte d’avoir également enrichi notre vocabulaire.

Nous avons appris que lorsqu’une femme a les jambes un peu trop écartées en position assise, par exemple, on peut lui dire « ferme ton quartier »… Le quartier est donc l’équivalent en métropole de « la salle de jeux », voyez ?

Manoo n’a jamais voulu répéter ce qu’un Jean-Michel BourréAuRhum nous avait lancé au détour d’un chemin. Cela concernait vaguement, selon Manoo, « l’organe central de ma Maman »… Mais que venait faire l’estomac d’ma mère dans l’histoire ? Hum ?

Sachez que ce fameux organe central est également sus-nommé «  le fouk », étrange, cela rime avec zouk… coïncidence ? Non ! Je n’crois pas, les Guadeloupéens sont trop malins pour ça !

Par ailleurs, le terme « loler » existait bien avant le langage msn et sms. « Loler » signifie « trafiquer/trifouiller »… coïncidence ? NON ! Je n’crois toujours pas !

Ex : Ferme ton quartier avant que je te lole le fouk.  –>Et voilà, je suis bilingue créole !

Je finirai par l’expression gentillette de « fille ou garçon-crabe ». Je crus, tout d’abord, que la personne en question avait des problèmes psychomoteurs et ne se déplaçait que de côté, mais il n’en fut rien ! Mais pas du tout, Doudou ! La personne-cwabe est une personne qui ne va pas oser se mêler aux autres. Son comportement s’apparente à celui d’un crabe farouche qui rentre dans son trou à la moindre crainte.

Voilà, cher canard lecteur ! Te voilà armé de quelques éléments pour ton prochain voyage en Guadeloupe !

Les Guadeloupéens sont chaleur un peu partout dans leur corps. Chaleur dans leurs mains, chaleur dans leurs cœurs, chaleur dans leurs foyers, et chaleur dans leurs slips, on ne peut le nier.

Attention, de ce peuple, tu t’éprendras, et du tatoum-tatoum, ne plus te passer tu pourras !

                                                A Manoo et sa famille accueillante

                                               A Mano et son poulet grillé

                                               A Anthony, le guide beau gosse sur les us et coutumes de la Guadeloupe

                                               A votre santé !

En attendant, je file chez l’ostéo me faire replacer les lombaires… tatoum-tatoum…tatoum-tatoum…

Ah que ça m’énerve toutes les expressions et clichés qui permettent de laisser ton cerveau en veille!! Pourquoi tant d’enfermement de l’esprit ? Pas besoin de voyager pour s’ouvrir aux autres, aux connaissances. Titiller, chatouiller sa curiosité. L’éveiller, la nourrir, l’exciter.

Vivant moi-même en société -si, si j’vous jure!- , j’ai l’occasion régulièrement de tomber sur des clichés qui sortent tout-faits, tout empaquetés, prêts à l’emploi, de la bouche des gens sans passer par la case réflexion,.

 S’il a des cheveux blanc si jeune, c’est qu’il a dû avoir beaucoup de stress dans sa vie

Tu connais la généti… ou… bouaif… laisse tomber. Il a dû voir un fantôme hier soir… c’pour ça!

J’ai vu un reportage sur le tatouage et les journalistes disaient que si c’était mal fait, ça pouvait endommager les organes

Effectivement, si un bucheron te propose de te tatouer, prends un instant pour réfléchir.

Moi je ne vais pas voir n’importe quel ostéopathe, le frère de ma meilleure amie connait quelqu’un qui est allé voir un nouvel ostéopathe et il a fini en chaise roulante…

Ça doit être de nouveau l’œuvre du tatoueur-bucheron qui est également boucher-charcutier…

Pour protéger et préparer ma peau au soleil, mon dermato m’a conseillé d’aller au Point Soleil

Je soupçonne ton dermato de vouloir se faire de la tune… ça rapporte le traitement du cancer de la peau… T’as un mélanome, c’est malin!

Mon médecin m’a mis sous antibiotiques

Pas de commentaire, rien que le mot « antibio » me donne des mycoses mentales!

Ecrire sur un post-it et signer par « cordialement »

C’est comme dire avant de raccrocher son téléphone « veuillez agréer Madame, Monsieur, mes salutations distinguées »

Par pitié, prenez le temps de former votre esprit à la reflexion. Penser par soi-même, c’est tellement important ! Je ne suis que trop souvent frappée par la présence, l’omniprésence, de votre poste de télévision dans vos vies.

Combien de fois entends-je « Ah ouai, c’est comme dans la pub de [MesCouillesSurTonNez] quand ils disent [blablabla-bullshit]!! ».

Pourquoi faut-il que les seules références s’attachent à la télévision ? Qui plus est, à la lie de la télévision : la publicité ! Ce matraquage de bullshit enrubanné et parfumé. Je ne lis pas beaucoup, je ne lis pas sur tout, mais je m’intéresse. J’aime discuter, favoriser le contact humain, les analyses, les discussions. J’aime sonder (gnerk) les âmes, j’aime ressentir.

J’ai l’impression que beaucoup de personnes oublient de réfléchir, sont en apnée intellectuelle, en asphyxie. Certaines le sont depuis leur naissance, et le manque d’oxygène a atteint son sombre objectif : griller toutes les cellules du cerveau. Eteignez vos télés, libérez-vous du joug de cet objet. Elle ne vous veut aucun bien. La télé, c’est pire que la cigarette ! Elle attaque vos pensées, votre cœur, votre âme. Oxygénez-vous, faites l’amour, rigolez, buvez, jouissez de la vie ! Débranchez-vous, pour l’Amour de Vous-mêmes, débranchez-vous ! Ressentez et pensez !

Article écrit en écoutant Miss You de Maple Sun qui m’a tout de suite donnée une bouffée d’émotions. Merci.

♫ Fais comme l’oiseau, ça vit d’air pur et d’eau fraiche un oiseau ♫ … Alors là, si t’es du genre à croire ce genre d’affabulation, je t’arrête tout de suite, t’es vraiment un con ! Si tu t’en occupes comme ça, ton piaf va claboter en 3 jours !

Je te conseille donc de courir comme un fou chez ton marchand de journaux, qui sent le tabac froid, et de commander le nouveau numéro de …

Palombes et tradition

la magazine des pigeons de bonnes familles

la magazine des pigeons de bonnes familles

Alors, finalement, « De quoi traite ce magazine ? » me direz-vous. Et bien, c’est fort simple, c’est le magazine référence du paloumayre (à prononcer avé l’assent du Sud). Le paloumayre est le nom donné au chasseur de palombes dans les dialectes gascons (vous serez moins cons à la fin de cet article, je vous le promets !).

On reconnait facilement un paloumayre en forêt parce qu’il siffle. Fut un temps, j’ai cru que c’était pour rendre hommage à Joe Dassin – zaï zaï zaï zaï- mais en fait, rien à voir, c’est juste pour dire aux autres chasseurs « Plombez-moi l’cul, aujourd’hui, c’est moi qui fait l’pigeon ! ».

le paloumayre a l'habitude de siffler et de remuer les bras en période de rute

le paloumayre a l’habitude de siffler et de remuer les bras en période de rute

Bref, je pourrais parler de ce sujet pendant des pages, mais je préfère que vous découvriez vous-même la beauté de la chasse à la palombe.

Le magazine est, lui, très bien fait. Voici quelques extraits de l’edito : « L’association CRAC  […] et a rendu  […] Nous sommes tous très attachés […] à une pratique […]entre un homme et une bête[…]l’association « PETA » […] – Bon alors c’est un peu décousu, mais c’est aussi pour protester contre les points de suspension entre crochets, parce que je comprends jamais rien quand les journalistes les utilisent et on peut faire n’importe quoi avec !!!

Dans le numéro de ce mois-ci, nous ferons le bilan sur la migration, avec les conseils avisés de Brice Hortefeux surnommé « Brice Horte-Pool ! » dans le cercle fermé des paloumayres UMP.

Si l’idée de mourir dévoré par des pigeons en écoutant du jazz vous déplait, je vous propose une toute autre activité bien urbaine. Chiner.

Le Chineur

Toutes les techniques pour chiner en toute occasion

Toutes les techniques pour chiner en toute occasion

Chiner est à la mode. Les gens n’ont plus honte de dire qu’ils chinent. J’ai récemment surpris une conversation animée et passionnée d’un jeune couple de trentenaires bobos. La femme avait l’air de vouloir initier son mari à cette activité délicieuse et la lui proposa « Va chiner, PD ! ». L’homme devait certainement s’appeler Pierre-Denis…

Dans les brocantes, vous trouverez de tout ! Les antiquaires sont là pour satisfaire vos moindres envies. « Tu vas quand même pas nous chiner une pendule ? » Et bien si, justement ! Tout est possible ! Il suffit de prendre le temps de chiner, se laisser aller au détour des chemins, tout en étant excrémement concentré et le tour est joué! Elle est là, la perle rare, posée sur un étal !

Dans le numéro de cette semaine du Chineur, un article pour vous Mesdames, vous qui êtes connues pour être de grosses chineuses. Les Barbies en costumes d’époque ou « l’histoire racontée pour les femmes ». Afin de briller en société, Mesdames, plus besoin de parler de vos nouveaux rideaux ou de vos escarpins ! Le Chineur a pensé à vous et vous propose de combler vos lacunes en vous racontant l’Histoire avec Barbie !Le Chineur

Barbie D’Arc, l’histoire de cette pucelle en plastique cramée un beau dimanche lors du barbecue chez les Johnson.

Barbie-Antoinette, dont la tête est plantée sur un pic – objets vendus séparément-

Barbie Curie, qui, à force de faire des recherches sur les radiations, les a bel et bien trouvées et en est morte. Amusez-vous à irradier vous-même Barbie Curie dans votre micro-onde.

Au fil des pages de ce magazine, vous trouverez également plein d’idées de déco originale grâce aux objets en alu recyclé ! On imagine alors facilement qu’un moule à cake puisse devenir trousse à maquillage, qu’un appareil dentaire puisse habiller élégamment votre arbre de Noël et enfin que les prothèses de Mamy fassent office de pieds de table basse ! Quel enchantement !

———-

Je suis, une fois de plus, ravie d’avoir participé à l’amélioration de vos vies ! Vos lectures vous rendront plus riches et vous permettront d’ensoleiller vos sorties culturelles !

A très bientôt pour de nouveaux rebuts de presse.

Des bisous sur vos p’tits becs, mes canards !

Quand vient le week-end, j’aime me promener dans ma ville et goûter aux joies des relations humaines avec les commerçants si sympathiques!

  Madame crotte de nezMadame Crotte de nez. Madame Crotte-de-nez tient une boulangerie sans prétention mais dont les pâtisseries et viennoiseries sont hyper bonnes. Malheureusement Madame crotte-de-nez a souvent des bêtes de nez en plus d’avoir les dents gâtées. Ma gourmandise prend le pas sur ma passion pour l’eau de javel et je continue à aller acheter mes croissants chez Madame crotte-de-nez…

Monsieur Moustache. Feu Monsieur Moustache. Monsieur Moustache était le tavernier du bar à vin de la ville. Toujours le sourire avec sa moustache digne d’un cochet. Il a accompagné plus d’une de nos soirées avec ses bons crus et ses assortiments de claquos à déguster sans modération. Monsieur Moustache, tu es parti trop tôt, tu nous manques.monsieur moustache

Le saoulot-qui-fait-la-manche-et-qu’on-retrouve-au-pub. Alors lui, il est fort. On le retrouve posé à 2 spots principaux. En semaine dans la rue principale, le week-end dans la rue piétonne. Une fois qu’il s’est constitué un paquet de clopes entier grâce aux dons et un petit pécule, tu peux le croiser chaque soir au pub Breton du canton ! L’est fort l’saoulot !

La bande du Monop :

Dans la famille de la bande des caissiers du Monop, je voudrais…

caissière déprimée–          La femme arabe blasée de la vie qui a un grand besoin en coloration capillaire et qui a l’air au bout de la roulette. Elle est tellement au fond du trou qu’elle ne se donne même plus la peine d’émettre des sons. Elle mime la parole. Elle ne te regarde même pas. Elle a dépassé le stade du « j’t’emmerde ! », elle a transcendé celui du « j’m’emmerde », elle est au stade ultime du « … ». Un jour elle commettra un suicide par ingestion massive de coton hydrophile monté sur bâtonnets…en d’autres termes moins scientifiques, une overdose de coton-tige.beauf

–          Le vieux beau aux cheveux frisottants pour cause d’excès de gomina ou de sébum – les experts ne sont pas formels. Chaine en or et drague sur tapis roulant sont au programme. La quarantaine vient de le frapper, mais il compte accomplir son rêve : tromper sa femme avec une minette. Il met toute son énergie et ses clins d’œil pour vivre son rêve de Caissière-Homme. Il n’hésite pas à dire qu’il ne peut pas sentir les bourgeois à tout client qui passe… tout client de notre jolie ville de la rive droite…

–          La caissière lycéenne qui met des pulls en mohair, épaule droite dégagée, cheveux filasses ramenés sur le côté toutes les 2 minutes. Effet décoiffé-décoiffé. Au fil des mouvements de ses bras qui amènent les produits vers le scan, son pull en mohair laisse apparaitre sa bretelle de soutien-gorge puis son épaule toute entière, puis une côte, deux côtes… et hop, elle le remonte et ainsi de suite pendant 35h par semaine. Je rêve du jour où le tapis roulant se rebellera et coincera son pull sous lui. Elle se retrouvera à poil devant tout le monde et ce sera bien fait pour sa gueule ! « Tu fais moins la maline, espèce de p’tite allumeuse ! Tu m’as chauffé toute la semaine !! »

Jolie Mome en pull en mohair

Passons aux rayons frais !

beau gosse légumeLe beau gosse du rayon fruits et légumes, qui doit certainement avoir quelques traits de caractère communs avec ces derniers. Il possède de solides compétences d’identification visuelle et reconnaissance des diverses espèces de légumes, fruits et autres légumineuses à racines pivotantes des montagnes. Son agilité remarquable lui permet de pianoter à une vitesse impressionnante, se jouant de tous les chiffres arabes avec la plus grande dextérité.

Si si la famille, respect, ce mec pèse … les légumes… Booyah !

Jean-Pierre Rascasse, poissonnier chez Prisunic, devenu Monoprix en 1997. Le souci est que personne ne connait vraiment le visage de Jean-Pierre Rascasse. La raison d’une telle méprise est que l’on passe toujours très vite devant son rayon qui pue la poiscaille. Personne n’a envie de rester dans un rayon où il fait froid et où ça sent le vieux frigidaire décédé. Jean-Pierre Rascasse finira sa vie seul, méconnu, avec une odeur corporelle maritime.

Je m'en souviens vaguement...

Jean-pierre Rascasse? Je m’en souviens vaguement…

Le vendeur de la boutique Bio. Il s’appelle Laurent. Je le sais, il m’a déjà tchatchée pendant 20 minutes. Laurent n’est pas vendeur, il est commercial, VRP… Le bon gros lourdaud qui te tient la jambe et qui réussit à te faire acheter de la cyprine d’abeille ménopausée lyophilisée alors que tu n’en avais pas besoin. Mais en même temps ça a plein de vertus contre le cholestérol (que je n’ai pas), le diabète (que je n’ai pas) et les hémorroïdes (que…). Bref.

La mère de la petite jeune qui a ouvert sa boutique de cupcakes trop fashion. Cette femme te parait avenante la première fois, la deuxième fois, puis la troisième fois tu te dis qu’elle te sort toujours la même chose « vous pouvez aller sur le facebook de la boutique ! », « la dernièrecupcakes fois ma fille a créé un cupcake super mignon ! », « vous êtes adorable mademoiselle de revenir dans notre boutique ! »… En fait, cette dame ne se souvient jamais de toi ! J’ai l’impression que c’est un cyborg mal programmé. Elle a de gros yeux et une grande bouche tout sourire comme les personnages dans le clip de Soundgarden, Black Hole Sun. Weird. Elle a suivi une formation accélérée du « marketing pour les nuls ». Elle a tout pris au premier degré quant au « matraquage » marketing puisqu’elle te défonce littéralement la tronche avec ses phrases marketing toutes faites. Elle t’en dit un maximum pour que tu ressortes du shop complètement saoulée. Elle fait peur !

L’esthéticienne toute-jolie-toute-conne. Elle ressemble à Claire Bennet dans Heroes. Traits pour traits. Mais alors… qu’est-ce qu’elle est bêêêête… Mon Dieu que c’est affligeant. Lors d’une « beauté des pieds », elle me coupa les cuticules, me fit saigner et pour parfaire le tout, me tamponna les plaies avec du dissolvant ! Haaaaaa !!! Ça pique, chienne putride ! Oui, j’avais mal, j’étais pas contente ! Lorsque je quittai l’institut elle resta bloquée 3 minutes sur mes Birkenstocks… (oui, je sais, elles sont tellement belles !) argumentant sur la praticité de ces tongues. Vous savez, c’est le genre de nana à parler lentement en articulant chaque syllabe (pour être sûre de ne pas en oublier ?) et qui sifflote un peu entre ses dents de manière sensuelle… Voyez ? « Ha mais c’est sûr que ces tongues sont super sympas ! C’est vraiment les meilleures tongues qui existent pour des personnes comme nous qu’on est toujours debout… » -blocage de 30 secondes sur mes pieds – « nan mais c’est sûr-han… » – regard vide témoignant de l’espace à louer dans son cervelet.

"J'adore vos tongues, elles sont trop jolies"

« J’adore vos tongues, elles sont trop jolies »

Je ne peux pas clore cette chronique sans parler de Monsieur Canard ! Monsieur Canard est un asiatique qui tient un stand de rôtisserie (canard laqué ?) sur le marché le dimanche matin. Il possède un don, nasalement parlant, qui lui permet de se faire comprendre par n’importe quel canard qui passerait. Sa diction impressionne tellement que les mecs du stand de légumes d’en face se gaussent et répètent ce qu’il vient de dire en accentuant encore plus, si cela est possible, son parlé nasillard.

Bienvenue dans ma ville, nos commerçants ont du talent !