Flâner chez mes commerçants-stars

Publié: 04-02-2013 dans En savoir plus sur Juliette Pirouette...

Quand vient le week-end, j’aime me promener dans ma ville et goûter aux joies des relations humaines avec les commerçants si sympathiques!

  Madame crotte de nezMadame Crotte de nez. Madame Crotte-de-nez tient une boulangerie sans prétention mais dont les pâtisseries et viennoiseries sont hyper bonnes. Malheureusement Madame crotte-de-nez a souvent des bêtes de nez en plus d’avoir les dents gâtées. Ma gourmandise prend le pas sur ma passion pour l’eau de javel et je continue à aller acheter mes croissants chez Madame crotte-de-nez…

Monsieur Moustache. Feu Monsieur Moustache. Monsieur Moustache était le tavernier du bar à vin de la ville. Toujours le sourire avec sa moustache digne d’un cochet. Il a accompagné plus d’une de nos soirées avec ses bons crus et ses assortiments de claquos à déguster sans modération. Monsieur Moustache, tu es parti trop tôt, tu nous manques.monsieur moustache

Le saoulot-qui-fait-la-manche-et-qu’on-retrouve-au-pub. Alors lui, il est fort. On le retrouve posé à 2 spots principaux. En semaine dans la rue principale, le week-end dans la rue piétonne. Une fois qu’il s’est constitué un paquet de clopes entier grâce aux dons et un petit pécule, tu peux le croiser chaque soir au pub Breton du canton ! L’est fort l’saoulot !

La bande du Monop :

Dans la famille de la bande des caissiers du Monop, je voudrais…

caissière déprimée–          La femme arabe blasée de la vie qui a un grand besoin en coloration capillaire et qui a l’air au bout de la roulette. Elle est tellement au fond du trou qu’elle ne se donne même plus la peine d’émettre des sons. Elle mime la parole. Elle ne te regarde même pas. Elle a dépassé le stade du « j’t’emmerde ! », elle a transcendé celui du « j’m’emmerde », elle est au stade ultime du « … ». Un jour elle commettra un suicide par ingestion massive de coton hydrophile monté sur bâtonnets…en d’autres termes moins scientifiques, une overdose de coton-tige.beauf

–          Le vieux beau aux cheveux frisottants pour cause d’excès de gomina ou de sébum – les experts ne sont pas formels. Chaine en or et drague sur tapis roulant sont au programme. La quarantaine vient de le frapper, mais il compte accomplir son rêve : tromper sa femme avec une minette. Il met toute son énergie et ses clins d’œil pour vivre son rêve de Caissière-Homme. Il n’hésite pas à dire qu’il ne peut pas sentir les bourgeois à tout client qui passe… tout client de notre jolie ville de la rive droite…

–          La caissière lycéenne qui met des pulls en mohair, épaule droite dégagée, cheveux filasses ramenés sur le côté toutes les 2 minutes. Effet décoiffé-décoiffé. Au fil des mouvements de ses bras qui amènent les produits vers le scan, son pull en mohair laisse apparaitre sa bretelle de soutien-gorge puis son épaule toute entière, puis une côte, deux côtes… et hop, elle le remonte et ainsi de suite pendant 35h par semaine. Je rêve du jour où le tapis roulant se rebellera et coincera son pull sous lui. Elle se retrouvera à poil devant tout le monde et ce sera bien fait pour sa gueule ! « Tu fais moins la maline, espèce de p’tite allumeuse ! Tu m’as chauffé toute la semaine !! »

Jolie Mome en pull en mohair

Passons aux rayons frais !

beau gosse légumeLe beau gosse du rayon fruits et légumes, qui doit certainement avoir quelques traits de caractère communs avec ces derniers. Il possède de solides compétences d’identification visuelle et reconnaissance des diverses espèces de légumes, fruits et autres légumineuses à racines pivotantes des montagnes. Son agilité remarquable lui permet de pianoter à une vitesse impressionnante, se jouant de tous les chiffres arabes avec la plus grande dextérité.

Si si la famille, respect, ce mec pèse … les légumes… Booyah !

Jean-Pierre Rascasse, poissonnier chez Prisunic, devenu Monoprix en 1997. Le souci est que personne ne connait vraiment le visage de Jean-Pierre Rascasse. La raison d’une telle méprise est que l’on passe toujours très vite devant son rayon qui pue la poiscaille. Personne n’a envie de rester dans un rayon où il fait froid et où ça sent le vieux frigidaire décédé. Jean-Pierre Rascasse finira sa vie seul, méconnu, avec une odeur corporelle maritime.

Je m'en souviens vaguement...

Jean-pierre Rascasse? Je m’en souviens vaguement…

Le vendeur de la boutique Bio. Il s’appelle Laurent. Je le sais, il m’a déjà tchatchée pendant 20 minutes. Laurent n’est pas vendeur, il est commercial, VRP… Le bon gros lourdaud qui te tient la jambe et qui réussit à te faire acheter de la cyprine d’abeille ménopausée lyophilisée alors que tu n’en avais pas besoin. Mais en même temps ça a plein de vertus contre le cholestérol (que je n’ai pas), le diabète (que je n’ai pas) et les hémorroïdes (que…). Bref.

La mère de la petite jeune qui a ouvert sa boutique de cupcakes trop fashion. Cette femme te parait avenante la première fois, la deuxième fois, puis la troisième fois tu te dis qu’elle te sort toujours la même chose « vous pouvez aller sur le facebook de la boutique ! », « la dernièrecupcakes fois ma fille a créé un cupcake super mignon ! », « vous êtes adorable mademoiselle de revenir dans notre boutique ! »… En fait, cette dame ne se souvient jamais de toi ! J’ai l’impression que c’est un cyborg mal programmé. Elle a de gros yeux et une grande bouche tout sourire comme les personnages dans le clip de Soundgarden, Black Hole Sun. Weird. Elle a suivi une formation accélérée du « marketing pour les nuls ». Elle a tout pris au premier degré quant au « matraquage » marketing puisqu’elle te défonce littéralement la tronche avec ses phrases marketing toutes faites. Elle t’en dit un maximum pour que tu ressortes du shop complètement saoulée. Elle fait peur !

L’esthéticienne toute-jolie-toute-conne. Elle ressemble à Claire Bennet dans Heroes. Traits pour traits. Mais alors… qu’est-ce qu’elle est bêêêête… Mon Dieu que c’est affligeant. Lors d’une « beauté des pieds », elle me coupa les cuticules, me fit saigner et pour parfaire le tout, me tamponna les plaies avec du dissolvant ! Haaaaaa !!! Ça pique, chienne putride ! Oui, j’avais mal, j’étais pas contente ! Lorsque je quittai l’institut elle resta bloquée 3 minutes sur mes Birkenstocks… (oui, je sais, elles sont tellement belles !) argumentant sur la praticité de ces tongues. Vous savez, c’est le genre de nana à parler lentement en articulant chaque syllabe (pour être sûre de ne pas en oublier ?) et qui sifflote un peu entre ses dents de manière sensuelle… Voyez ? « Ha mais c’est sûr que ces tongues sont super sympas ! C’est vraiment les meilleures tongues qui existent pour des personnes comme nous qu’on est toujours debout… » -blocage de 30 secondes sur mes pieds – « nan mais c’est sûr-han… » – regard vide témoignant de l’espace à louer dans son cervelet.

"J'adore vos tongues, elles sont trop jolies"

« J’adore vos tongues, elles sont trop jolies »

Je ne peux pas clore cette chronique sans parler de Monsieur Canard ! Monsieur Canard est un asiatique qui tient un stand de rôtisserie (canard laqué ?) sur le marché le dimanche matin. Il possède un don, nasalement parlant, qui lui permet de se faire comprendre par n’importe quel canard qui passerait. Sa diction impressionne tellement que les mecs du stand de légumes d’en face se gaussent et répètent ce qu’il vient de dire en accentuant encore plus, si cela est possible, son parlé nasillard.

Bienvenue dans ma ville, nos commerçants ont du talent !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s