Mon ami Al

Publié: 24-06-2013 dans En savoir plus sur Juliette Pirouette...

Mon ami Al m’a rendu visite il y a maintenant une quinzaine d’année. Au départ, il venait de temps en temps, à l’improviste. Puis, au fil du temps, il a pris ses aises et passait des journées entières avec moi, jusqu’à s’installer définitivement avec moi.
Mon ami Al a maintenant beaucoup d’influence sur moi. Quand je suis avec lui, je suis comme enveloppée d’un voile blanc, comme dans du coton et parfois, le fil de mes pensées m’échappe. C’est comme si je n’arrivais plus à m’exprimer clairement. Mon ami Al fait de moi une autre personne.

Parfois j’aimerais discuter, participer, rigoler, mais j’oublie.
J’ai l’impression d’être une marionnette à laquelle on ajoute, jour après jour, une ficelle supplémentaire.

Mon ami Al est un farceur. Un clown facétieux parfois un peu cruel.
Je me souviens de cette fois où, ma petite-fille était dans la douche et que ma fille vint à ma rencontre en me regardant avec de grands yeux ronds. Elle se mit à rire, et interpella ma petite-fille Juliette en lui disant en riant « Ju, embrasse-ta grand-mère ! Sors de la douche et embrasse ta grand-mère ! ». Ma petite-fille s’exécuta, mais s’arrêta net dans son élan vers moi et rit à son tour. Je ne compris pas de suite pourquoi… Mon ami Al m’avait murmuré, un peu plus tôt, de me mettre du dentifrice sur le visage à la place de ma crème hydratante. Sur le moment j’ai eu, effectivement, l’impression que mon visage me brulait, mais j’ai oublié aussitôt. J’avais l’air d’un clown. Mon ami Al est toujours là derrière moi.

Parfois j’ai envie de crier, d’hurler. Qu’il me laisse tranquille ! Puis j’oublie. Je ne suis plus moi. Je deviens ce qu’il fait de moi. Je voudrais qu’il parte, mais je sais que le jour où il partira, je devrais le suivre.
Je sais aussi que le jour où je partirai, une grande page de notre Histoire se tournera. Notre histoire s’endormira avec moi.

J’aimerais dire à ma petite fille que cela me touche qu’elle ait choisi mon prénom pour écrire. Juliette.
Juliette, c’est mon nom. Bien que parfois je n’en suis plus trop sûre. J’ai une histoire riche. Je suis d’ici et de là-bas. L’Algérie, la Tunisie, l’Angleterre, la France, ma patrie. J’ai été éduquée dans une famille ouverte d’esprit où toutes les religions se côtoyaient parce que nous savons que la richesse vient de la diversité. J’ai épousé un bel anglais. Je disais souvent que j’avais un gros derrière. Je parlais 4 langues. J’ai combattu dans l’Armée Française et j’ai aidé à libérer mon pays en débarquant à Saint Raphael. J’ai eu 3 filles et… j’oublie combien de petits enfants et d’arrière-petits-enfants que j’aime tant. Je préparais avec talents de bon couscous, des frites à l’huile d’olive, des Linzertortes, des cornes de gazelles et des congolais. J’ai toujours mis beaucoup d’huile. Mes petits-enfants en riaient beaucoup. J’ai toujours en moi mes racines, ce léger accent pied-noir si chantant. Oui, ma fille, j’ai toujours cet accent. Quand je vivais en Normandie, je collectionnais les Télé-poches pour que mes petits-enfants puissent les feuilleter pendant les vacances scolaires. J’aimais prendre le thé sur la table basse du salon. Je dormais toujours entourée de mes petits-enfants et n’ai jamais soupçonné à quel point ils adoraient le rituel du coucher. Lorsque, dans mon lit, à la lueur de ma lampe de chevet, j’ouvrais ma boite à médicaments et prenait, lentement, mes comprimés d’homéopathie. Puis, avant d’éteindre la lumière, j’embrassais la photo de mon père, ma mère et mon frère, parti trop vite.
En réalité, Juliette est mon deuxième prénom, bien qu’on m’ait appelée comme ça depuis toute petite. Mon vrai prénom est Turquya. J’ai toujours trouvé ce vieux prénom arabe horrible et gronde gentiment ma petite fille lorsqu’elle m’appelle comme ça pour m’embêter…

J’ai tellement de choses à raconter, pourquoi m’obliges-tu à me taire, mon cher ami Al ?
Crois-tu qu’ils savent tout cela ? Crois-tu qu’ils ne l’oublieront pas ?

A ma petite Mamina que j’aime fort

Publicités
commentaires
  1. prisK dit :

    Mamina qui nous manque deja tant…putain d’Al, si je pouvais lui foutre une balle entre les 2 yeux pour nous avoir vole ces annees….

  2. ohgrumpycat dit :

    Cet article est vraiment magnifique. Pour avoir un peu de famille pied-noir ça m’a beaucoup touchée 🙂 (c’est @alex_bns78)

  3. La meuf la bas dit :

    <3<3<3<3<3<3 et puis en vrai très très bientôt

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s