Archives de juillet, 2014

Wahoo que c’est bon de suivre un artiste dans son évolution, de le voir grandir et s’épanouir comme un pitit papillon rose et mauve ! Oui je suis très bisounours , mais comme chacun sait, je ne suis qu’amour et gaz.

Bref, je voulais faire un big up à Sebastian Marx que je suis maintenant depuis plus d’un an. (« suis » du verbe « suivre », rien à voir avec l’auxiliaire « être », je précise pour notre New Yorkais préféré, non parce que sinon ça n’a aucun sens, tu en conviens…)

Hier soir, c’était son grand soir, son showcase au Gymnase et… bravo, mec !

Sebastian Marx apprend la France

7d9cded4-8b92-11e0-8aa3-750233c946c8

Sebastian a grandi, a mûri, a mieux défini son univers ! Son spectacle est d’une fluidité déconcertante, tout s’enchaîne parfaitement, les transitions sont douces, comme une première fois !

Son spectacle a été réécrit avec l’aide de Navo qui a su l’adapter, le franciser un peu, bien que Sebastian garde encore son accent d’on-ne-sait-où !

Il a approfondi ses anecdotes d’un américain plongé dans la culture française et surtout parisienne. Il va plus loin dans les différences culturelles qui lui sautent aux yeux encore aujourd’hui. Les particularités de la langue française écrite et sa presqu’opposée, la langue parlée ! Les tics de langages en prennent pour leur grade !

« Bon bah », « quand même », « ça va », « voilà quoi ». On se régale de ses petites réflexions si justes ! Bah en gros, Sebastian Marx il est drôle quand même… voilà quoi !

Et on reboucle sur son podcast tout aussi sympatoche intitulé « Donc voilà quoi » où Sebastian invite ses amis humoristes. Un podcast à écouter enfoncé confortablement dans un canapé en cuir, en buvant un moka au coin de la cheminée. Bon bah, si t’as pas tout ça, tu peux toujours aller au Starbucks ! Tout ça pour dire, que ça y est, Sebastian a une unité !

Mais je digresse, revenons-en à son spectacle !

Il nous raconte, comment il est arrivé en France par amour, dans la ville de « To lose », puis comment il est monté à Paris.

Son spectacle coule comme une rivière, on plonge dans les absurdités de la langue française et des français en général. On se prend vagues sur vagues de blagues, et Sebastian ne perd jamais le cap de son aventure franco-judaïco-americano-argentine ! C’est mieux qu’à la piscine municipale, le tout sans attraper une seule mycose !

Quelle fraicheur ! C’est là toute la beauté du travail accompli, car ce spectacle a mûri, il a été retravaillé à foison et pourtant il garde tous les arômes des débuts de Seb. Et là, c’est pas la blogueuse qui parle, c’est l’humoristologue ! (C’est comme caféologue, mais dans l’humour).

Bravo à toi, tu as bossé et ça paye ! J’ai passé, comme bon nombre de producteurs Américains (si, si, y’en avait dans la salle, j’te jure, ils portaient des Stetson et des santiags), une excellente soirée ! Ah…! Cette fin en apothéose qui découle si parfaitement de tout ce qu’il a dit au cours de son spectacle, j’avais envie de me lever !

Alors oui, Seb, tu fais partie de la catégorie des lapinoux qu’on a envie de regarder et qui nous attendrissent. Mais n’oublie pas qu’accompagné de moutarde, nous, Français que nous sommes, ne ferons qu’une bouchée de toi ! La question est : pourra-t-on se rassasier de ton humour ?

Il m’est d’avis qu’on en voudra toujours plus !

Longue vie à ton spectacle ! Longue vie à toi, l’artiste !

Venez découvrir ou redécouvrir Sebastian Marx, toujours sur les planches avec :

– son one man en anglais:
– les vendredis et samedis au théâtre du Gymnase
Reservation ici !
– le dimanche à la Nouvelle Seine

– son one man en français au théâtre du Gymnase tous les mardis Reservation ici !

– Les plateaux d’humoristes anglophones divers et variés qu’il anime

– Un tout nouveau spectacle dès le 25 Septembre, qui se jouera au théâtre Galabru et co-écrit avec Lou, la femme de sa vie !

On se tient au courant mes canards, guettez-le !

Les résas, c’est ici : http://www.billetreduc.com/71825/evt.htm

 Le podcast c’est par ici : http://www.sebmarx.com/sebmarx.com/Donc_Voila_Quoi.html