Archives de février, 2015

Chronique écrite

Salut à toi, Louis Lingg and the bombs !

Salut à toi Patron anarchiste !

Salut à toi Adepte du Fist !

 

Je suis ravie de chroniquer sur vous. Groupe Punk anarchiste franco-anglais !

Vous êtes résolument anarchistes et punks.

 

ça tombe super bien parce que moi, en matière de punk, je touche ma bille !

J’ai commencé par les Beruriers Noirs. En fait, j’ai commencé par porter le t-shirt des Beruriers à l’âge de 11 ans… en cours d’EPS… au collège Pablo Picasso à Montesson.

Ma soeur avait décidé de me transformer en meuf cool, et croyez-moi, y’avait du boulot !

Plutot que de me taper un t-shirt Domyos basique, elle s’était dit que d’afficher mon appartenance à quelque mouvance musicale anarchiste serait du meilleur effet et ferait du bien à ma cote de popularité.

 

Mais vous savez… le t-shirt Domyos n’est pas une fin en soi. Il peut être un outil stratégique sournois. J’ai un pote qui met systématiquement un t-shirt Domyos à chaque premier rendez-vous. C’est son moyen à lui de voir si la nana va au delà des apparences.ça a tout de suite marché entre nous, j’avais justement mis ma culotte 2 secondes ce jour-là. Cette culotte qui se replit en 2 secondes.

S’en est suivi une relation que j’aime appeler le trekking de l’amour. On a exploré de jolis sentiers escarpés ensemble tout en prenant soin de la flore locale. Les ascensions étaient parfois longues et erreintantes mais une fois là-haut, c’était beau, nous avions le souffle court.

[voix de con] et même qu’une fois on a croisé une marmotte !!

 

Si on en revient à mon t-shirt des beruriers, du coup, j’avais presque la classe en cours d’athlétisme. Quoi de mieux qu’un t-shirt des Bérus pour aller avec mon joli pantalon à pressions latérales ? Tu sais, ce pantalon de sport que les garçons s’amusaient à dégraffer sur les filles. Sur les filles… sauf sur moi quoi…

Je creuvais d’envie qu’on me le fasse bien que je craignais également que cela soit fait alors que ma toison jambière hivernale était à son paroxysme… Du coup je portais des chaussettes de ski qui remontaient jusqu’aux genoux ! Pas folle la meuf ! En matière de séduction j’ai plus d’un tour dans mon sac !

Je suis quand même en droit de me demander, pourquoi on n’a jamais voulu me faire sauter la pression ??

Il est vrai que je souffrais à l’époque d’une atrophie sévère de la zone mammaire, mais je mettais tout en oeuvre pour séduire, lorsque sous mon polo blanc, l’on pouvait apercevoir mon soutien-gorge rouge… enfin… cette espèce de bandeau rouge qui cachait de la peau et deux tétons frêles mais douloureux car gorgés d’hormones adolescentes.

 

Mais aujourd’hui, je ne peux que remercier la vie et le Nutella de m’avoir donné un poitrail qui m’empêche de voir mes pieds.

 

Tout ça pour dire que le punk était déjà présent dans mon enfance. Et je vois que l’enfance est également présente dans votre punk. Je vais y revenir dans un instant…

 

Louis Lingg and the bombs, votre nom rend hommage à l’anarchiste du même nom. Une sorte de mentor anarchiste pour vous !

Par exemple, si Léo montait son groupe de punk, il s’appelerait Emile Louiss and the lollipops !

 

Pour votre culture G, cette culture du même nom que le point, Louis Lingg, s’est donné la mort dans le couloir de la mort. Le mot “mort” étant si présent me permet de faire la transition vers un anarchiste français infiltré dans le monde de la comptine, j’ai nommé Henri Death !

 

En faisant des recherches j’ai bien vu que Riton étant un de vos mentors. On ressent cette énergie enfantine, ce côté joueur et jovial, comme un chaton à trois pattes avide de découvrir le monde. Vos titres Am Stram Gram et La menteuse sont là pour appuyer mes dires.

Quel bel hommage à Dorothée, soit dit en passant !

Vous ne pouvez nier que derrière ces cannettes d’amsterdamer se cachent de grands enfants.

 

Alleeeeez, dites-le qu’en fait Louis Lingg n’est qu’une tribute à Henri Dès !

 

Il faut savoir qu’Henri Dès est un anarchiste qu’on ignore.

Il a lutté contre le système capitaliste toute sa vie et prouvera son rejet des conventions sociales lors de la création de sa propre maison de disque nommée Mary-Josée. Si, si, c’est hyper anarchiste d’appeler sa maison de disque Mary-Josée…

 

Un parallèle peut être fait avec votre carrière et votre ascension.

 

Dans son titre Bla bla blou, Henri fucking Dès, nous fait part de son rêve d’un pays différent, où les gens seraient un peu blablablou. Il dénonce. Il attaque. Il ose. [extrait]

 

Il va plus loin dans la critique de la société industrielle dans son titre “Camion ça fait prout”. Où il chante, je cite, “camion sur la route, camion ça fait prout prout prout”. Dénonçant ici l’accélération de la course à la consommation & à la productivité, les flux logistiques par voie routière et les conditions de travail difficiles des routiers de France.

 

Je salue au passage Michel, notre auditeur témoin, qui est routier et qui s’assure qu’on capte bien Radio Libertaire sur le 89.4 FM dans toute l’île-de-France. Du coup il fait des tours de périph’ dès minuit trente. Michel, on t’embrasse.

 

Ainsi Henri Dès vaut presque Louis Lingg en matière d’anarchisme.

 

Louis Lingg, allemand d’origine, sera accusé des meurtres de Haymarket Square en 1886. En effet, les ouvriers de Chicago se réunirent pour revendiquer la journée de travail de huit heures. Mais ce rassemblement se terminera dans un bain de sang, et Louis Lingg est accusé d’avoir lancé une bombe sur la police qui chargeait les manifestants.

 

Du coup, le sachant allemand et connaissant mon amour pour la culture germanique, je ne m’étonne pas de trouver quelques influences germaniques dans votre musique. Je ne parle pas ici de casque à pointe, hein…

 

Oui, parce que l’influence anglaise est hyper marquée, so obvious ! Sex pistols, the clash… Mais moi, je retrouve parfois l’influence des Pantalons Morts aka Die Toten Hosen, notamment dans votre reprise de Luv Luv Luv de Pansy Division. Un bon refrain tous en choeur, comme à la fête de la bière, moi je peux te dire que ça me requinque ! [extrait] Zehn kleine Jägermeister.

 

Puis-je aller jusqu’à dire que sur certains morceaux, on retrouve des sons electros et du coup j’y retrouve du Rammstein ? Ouiiii je peux le dire, c’est ma chronique !!

 

Louis Lingg and the bombs, merci d’être là, grâce à vous j’ai compris que bière et comptines n’étaient pas incompatibles, je vous laisse, j’ai une soirée latex & tagada chez Anne Sylvestre !


Plus d’infos sur nos amis Louis Lingg and the bombs : https://www.facebook.com/louislinggandthebombs

louissss