Archives de la catégorie ‘Les trucs qui me font bouger’

Si vous pensiez être énergique et vivant, laissez tomber. C’est Yann Stotz qui gagne.

Yann-STOTZ-onemanshow-headerYH
Pour démarrer cette chronique à la manière d’une kônassss, je dirais « Nan mais wa-hoo, quoi ! ».

Je sors du spectacle de Monsieur Stotz, c’était beau, vivant, drôle, musical puisque music-hall !
Ce genre de spectacle devrait remplacer la salutation au soleil chère aux adeptes de Yoga puisqu’il tonifie votre corps sa race et vous empêche de dormir comme si vous aviez pris des ecsta !

Comment décrire ce spectacle… Music Hall certes, mais plus Music Hole, si l’on compte toutes les blagues sur le caca.

Rentrer au théâtre Michel, c’est comme rentrer chez mon ami de Lycée bourgeois Jean-Pascal, qui, lorsque je demandais ce que faisait son père, me répondit : « il est allé chercher mon frère à la gare ». (cf Ah… les cons !)
Bah pareil. Le bourgeois aime la moquette et le velours rouges. Ça lui rappelle Cannes, certainement.
Ce théâtre est magnifique. Même les chiottes sont tout de rouge vétues. Pas d’velours sur la cuvette, mais vu l’odeur d’urine qui s’en dégageait, valait mieux p’têt pas pousser.
Niveau salle, on part sur de la fresque plafonnesque classique, des sièges (en velours rouge, vous en conviendrez), une vioc… une ouvreuse en chaussons Isotoner qui tend la main comme une roumaine alors qu’elle vient d’te dire d’un air désagréable : « C’est vaguement par là, connard, j’suis payée qu’au pourboire (siiiii, elle l’a dit avec ses yeux !) », mais c’est illégal Madame ! Viens-là que j’dénonce ton employeur, Monsieur Michel! Du coup, grande Seigneuse, j’ai raclé le fond d’ma poche et lui ai filé un mouchoir usagé… enfin, vu l’expression faciale de M’ame Isotoner, c’était tout comme.

M'ame Isotoner, une femme charmante.

M’ame Isotoner, une femme charmante.

J’oubliais, du fait de leurs hauteurs démesurées (1/2 nain au bas mot), attention aux marches dans les gradins !
On aurait pu voir apparaître Jean-Luc Reichmann, que nenni, ce fut Pef… non euh… Zaz… non trop d’gencives… euh Tex qui prit place non loin de moi.
Je pense qu’il a d’ailleurs perdu l’usage de son oreille droite à cause de mes cris suraigus.

Je n’oublie, bien sur, pas la brochette de l’amicale UMP qui était assise devant moi. Une brochette un peu faisandée par la vie, les serre-têtes et le bon vin.
Gonzague, Marie-Monique, (2 qui la tiennent, 3 qui font rien), Pierre-Emmanuel et bien sur Jean-Marie.
Le spectacle commence.
Monsieur Stotz, en costume, entouré de ses musiciens du grand orchestre de manamana (j’ai pas r’tenu le nom, j’en suis confuse).
Décidément, ces derniers temps le jazz est, le jazz est là !
On a du piano, d’la batterie, d’la basse, deux trompettes, un saxo et un trombone. Magnifique.

stotz1

La ligne directrice de Monsieur Stotz : faire un spectacle classe. Mais il dérape. Il n’y peut rien, ça sort tout seul.
Comme lorsque j’eus 14 ans (30?) pendant la fameuse gastro de Noël et qu’accoudée aux toilettes, occupée à me délester joyeusement de quelques saucissons cuits aux éclats de pistaches, mes sphincters décidèrent de tester l’étanchéité du carrelage de la salle de bain de mes beaux-parents. Sphincters 1- Carrelage 0.

Monsieur Stotz alterne entre Sinatra, caca, Bécaud et prout.

Marie-Monique et Gonzague rirent à tour de rôle par de grands « Hâ ! Hâ ! Hâ ! » en cherchant l’approbation de leurs pairs.
rrrrrrroh ! Il a dit « chiasse », c’est osé !
C’est bon la honte !

Yann Stotz est un peu le gâteau de semoule Senoble de la classe Bourgeoise.

Je vous laisse faire le parallèle entre Yann Stotz et la substance blanchâtre en direction de la gorge de la madame. Ou pas.

Je vous laisse faire le parallèle entre Yann Stotz et la substance blanchâtre en direction de la gorge de la madame. Ou pas.

Quelle énergie il déploie sur scène ! C’est impressionnant !
Certes, je l’ai déjà moult fois vu lors de Versus d’impro – Duels d’impro organisés par la Ligue Majeure d’Impro au
théâtre Clavel, une fois par mois, infos ici.
Mais pendant toute la durée de son spectacle, il n’arrête pas !
Ce mec balance du mouvement, de la vanne à nous vider de rire ! Il utilise son corps comme jamais (sur scène, j’entends, bien sur…).
Il a grandi avec les Monty Python, et ça se voit ! Monsieur Stotz est tellement nombreux dans son corps, c’est un peu le Clara Morgane du one man.

Clara Morgane reprend Tata Yoyo.

Clara Morgane reprend Tata Yoyo.

Il a cette manière d’enchaîner les idées, sans même parfois finir ses phrases, ce qui pousse le spectateur à visualiser ce dont il parle, alors qu’il enchaîne sur une autre idée.
Du coup, Monsieur Stotz a toujours une longueur d’avance sur toi, et toi, dans ta p’tite tête de spectateur, tu enchaînes les images hilarantes dans ton ciboulot, comme les diapos d’une soirée queue-leu-leu au Cap d’Agde.

J’en ai vu des spectacles d’humour drôle, j’en ai déroulé des kilomètres de tickets ! Mais là, mon gars… !!! Monsieur Stotz m’a soufflée !
Pendant qu’il racontait d’la merde (si, si, là on peut vraiment dire qu’il racontait d’la merde), j’en étais même parfois à encore rire d’autres conneries qu’il avait dites avant. C’est simple, j’ai pas du tout été ballonnée d’la soirée. C’est dire que mes abdos ont dû tout comprimé mon côlon qui s’est senti serein et décontracté.
Mon côlon, ma vie. (Glâne quelques infos ici, tu comprendras mieux).

Je n’arrive pas à résumer. Il faut le voir sur scène, Monsieur Stotz est magique !
Il imite, il chante à merveille, il est drôle, cocasse et sincère. Un vrai bonheur !
Ses musiciens étaient au top, surtout qu’exception d’un, tous découvraient le spectacle en même temps que nous, ce qui ajoutait au côté convivial et sincère !

J’ai été émue lorsqu’il a chanté du Reggiani. J’ai ri quand il a parlé des chiens, des chats, quand il a pris son cours pour devenir James Bond, quand il a revisité le magnifique conte de la Belle au Bois Dormant, quand il a chanté la sérénade à sa bien-aimée…

Je vous encourage à guetter cet homme-là. Suivez-le !
Il anime en ce moment le Battle Show sur l’Enorme TV, tous les samedis à 20h50.

Pour ma part, je suis chanceuse, il sera notre professeur d’impro very soon…
Churros, chevaliers, Paul-loup Sulitzer, fantômes, paupières, Mireille Mathieu, lutins farceurs, vahiné… ces mots sont liés.
Le lien, c’est Monsieur Stotz !

La page Youhumour de Yann Stotz c’est ici !

Prochaines dates à LYON, mes canards, pour son spectacle avec la talentueuse Cécile Giroud, infos ici !

Guettez les infos sur les Versus, il réapparaitra certainement en 2015… infos ici !

Publicités

Attention : alerte fleur bleue !

Si tu as peur que je te parle d’amour et de musique Jazz et si tu préfères d’autres sujets plus légers, je t’invite à lire l’article juste en dessous, sur les cons… ne le prends pas pour toi. C’est le sujet de l’article…

Hot Sardines 01 - (c) LeAnn Mueller
Vous ai-je déjà parlé des Hot Sardines ?

Ne bougez pas, je m’en vais vous raconter ma rencontre avec les sardines chaudes…

Octobre 2012 : Nous voilà arrivés à New York. Ma première fois à New York. J’en rêvais… L’époque de la prohibition, les buildings si hauts que les sons de la ville en sont déformés et amplifiés, les réservoirs d’eau sur les toits, les échelles de services à l’extérieur des bâtiments, la ville du Jazz !

J’ai été totalement réceptive à la magie de cette ville. Il y a plusieurs New York dans New York ! Chaque quartier a son âme. Je les ai toutes aimées.
New York me fait vibrer, littéralement, tout comme Paris. Nous avons parcouru 27 kilomètres à pieds en l’espace de 4 jours !
Nous y étions une semaine pile-poil avant la grosse tempête de New York.

Le premier jour de notre visite, il pleuvait à grosses gouttes, mais il y eut une éclaircie au moment d’entrer dans Central Park. Ce fut devant le lac qui donne sur le Belvédère que Nico posa un pied à terre et me demanda en mariage !
Le soir même, pour fêter cela, nous prîmes un verre de vin chacun en terrasse (un 20 Octobre) dans le Village, au Gitane Café, à Mott street.
Tout était magique… être en amoureux, assis à un terrasse à New York, à siroter un verre de vin sous un lumignon… Même l’addition était magique ! 25 dollars pour 2 verres. Et oui, on est français, on a envie de boire du vin français, et on oublie parfois que la France n’est pas si proche…

DSCN0091

48 cents le centilitre.

DSCN0094

Un lumignon qui sait poser l’ambiance.

 

Le lendemain, nous avions pris des billets pour un concert au Joe’s Pub, pour découvrir The Hot Sardines.
Nous ne les connaissions pas, mais avions envie d’aller à un concert de Jazz à New York.
Déjà, parce que nous n’avions jamais assisté à un Jazz show et aussi peut-être un peu parce que nous approchions la trentaine et étions des « putains d’parisiens ». La vraie raison est que nous voulions juste vivre, une fois de plus, New York.

DSCN0153Nous voilà, dans le hall du Public Theater, puisque le pub se trouve dans le théâtre.
En entrant dans le Joe’s pub, tu as l’impression de voyager dans le temps. Au temps de la prohibition ! C’est impressionnant comme les Américains accordent de l’importance au décor. On est loin d’Hollywood mais les détails minutieux sont là pour récréer une ambiance que l’on croyait perdue !
De grands lustres, un bar en bois massif, des petites tables dispersées devant la scène et, bien sur, un bar entourant la scène, auquel bien sur, nous nous sommes attablés.

 

 

 

Une serveuse souriante et très serviable (payée au pourboire, mais peu importe tant que le service est là !), prit notre commande.

J’avais envie d’un Martini, dans un verre à cocktail évasé, que quand tu bois dedans, y’a la moitié qui pisse à côté, mais qu’est considéré dans mon imaginaire comme le must de la classitude ! Je voulais mon Martini avec une olive dedans parce que… ché pô, c’est classe aussi, je trouve !
Quelle bonne surprise, je n’eus point besoin de le lui demander, elle me la proposa d’elle-même. Elle me dit un truc du genre « with olive… olive juice ? »…
Jus d’olive ?… hummmm…. chelou mais… OK !!

Et bien, sachez, qu’aux Etats-Unis, un Martini, n’est pas la fameuse boisson Italienne ! Un Martini est un alcool fort et blanc. Ainsi, si tu veux de la vodka, cela donnera un « Vodkatini »… Quant au « Olive juice »… bah j’me suis retrouvée avec une Vodka-saumure, avec une brochette d’olives qui flottait mollement.
On aurait dit l’eau des poissons, juste au moment où tu te dis « Tiens, faudrait la changer, Michel doit plus y voir grand chose dans son bocal! ». Ça en avait le même goût, bien que je n’ai, personnellement, jamais bu l’eau de Michel.

On commanda un burger chacun, et hop, le show commença.

Une washboard, un whiskey, et une Vodka-Saumure.

Une washboard, un whiskey, et une Vodka-Saumure.

 

Le bonheur.

The Hot Sardines est un collectif de Jazz complet – instrumentalement parlant-  dont les influences sont de Paris, de New York et de la Nouvelle-Orléans. Vous avez ? Ce jazz qui swingue à mort ! Qui vous emporte et vous possède entièrement !
Ce swing qui prend possession de vos mains, de vos pieds, de votre tête et qui vous insuffle de la joie instantanée !

Voilà ce que joue The Hot Sardines !
Sur scène, le pianiste et band leader Bibs Palazzo, un vrai de vrai New Yorkais d’origine Italienne qui fait voyager directement dans les années 30 !
Miz Elizabeth, chanteuse charismatique à la voix de velours et au sourire lumineux, Nick Myers, le clarinettiste/saxophoniste tellement choupinou, Jason Prover le trompettiste virtuose qui ne manque jamais de souffle et qui est parfois si gêné de recevoir des applaudissements.
Nous avons aussi Alex Raderman, le batteur, Sugar Crane à la contre-basse, Joe Mc Donough au trombone, et Fast Eddy aux claquettes !
Mesdames et Messieurs, un joueur de claquettes à bretelles! Cet homme-là vous coupe le souffle à remuer tout son corps aux rythmes endiablés des chansons !
Il est même allé jusqu’à tap dancer sur le bar où nous avions nos boissons.
Autant vous dire que je n’étais pas inquiète pour ma Vodka-Saumure et que c’était un véritable plaisir de le voir s’agiter sur nos yeux !

 

Nous sommes tombés amoureux de ce groupe. Nous avons été transportés et conquis par toute cette joie de vivre, la virtuosité des musiciens et la complicité entre toutes les sardines.
Tellement transportés que le jour de notre mariage, Nicolas, au bras de sa mère et moi-même au bras de mon père, avons été accompagnés jusqu’au pied du chêne centenaire par la version de « C’est si bon » de nos amies les Sardines.

C’est si bon, de partir n’importe où, bras-dessus, bras-dessous, en chantant des chansons,
C’est si bon, de se dire des mots doux, des petits riens du tout, mais qui en disent long…

Puis, plus tard, lors de l’ouverture du bal, nous avons dansé sur « Some of these days« .
« Dansé » est un bien grand mot, sachant que les danses de salon ressemblent plus à des danses de saloon quand nous les pratiquons !
Apparemment, certaines personnes ont été soufflées par notre prestation, mais la plupart n’était pas dupes !
Nous, dans tous les cas, nous sommes éclatés et avons vécu un beau moment, quoique un peu long… mais beau quand même !

Octobre 2014: Nous voilà mariés. Un matin, au réveil, j’aperçois la nouvelle. Les Hot Sardines se produisent à Paris…

Yihaaaaa je saute du lit, l’œil encore collé, me saisis de ma carte bleue et prends deux billets pour faire la surprise à mon cher mâri.

13 Novembre 2014: Nous arrivons devant le Duc des Lombards. Nico, qui ignorait où on allait me dit « Ah ? c’est un concert de Jazz? ». Il n’avait pas mis ses lunettes, et n’avait donc pas vu l’affiche du groupe juste devant son nez… la surprise n’est pas encore totalement révélée ! Bon…vu qu’on a attendu 30 minutes devant la porte, un m’ment donné… il dit « Hé mais c’est The Hot Sardines!! »… Héhéhé, dans ces moments-là, j’me dis que je suis trop forte ! J’attendais depuis 1 mois de pouvoir lui faire cette surprise.

Le concert a commencé. C’était un immense bonheur de les voir s’amuser sur scène, de vivre des moments parfois très doux, très suaves, et d’autres explosifs, fous !

Le concert de New York était so New Yorker, grandiloquent et étincelant, à l’image de la ville-hôtesse. Celui que l’on a vécu à Paris était plus intimiste, plus romantique et parfois piquant !

On notera que Miz Elizabeth, née en région parisienne, a écrit une magnifique chanson sur Paris : Wake up in Paris.

L’ambiance dans la salle était plus réservée qu’au Joe’s Pub. C’est étrange comme d’un public à l’autre, les perceptions sont différentes ! A New York, les gens parlaient entre eux mais réagissaient plus facilement. Alors qu’à Paris, le public est plus sage, bien que latin au fond de son cœur, ce qui fait qu’il met du temps mais dès qu’il est chaud, c’est parti !
Personnellement, dès les premières notes, j’ai frissonné de plaisir ! J’étais en joie et totalement possédée par la musique ! J’avais mal aux phalanges à force de claquer des doigts ! Une telle euphorie !

Si bien, qu’en sortant de scène, Miz Elizabeth est venue vers moi et nous avons discuté rapidement. Il s’avère que cette belle dame est originaire de Saint Germain-en-Laye !

Décidément, cette ville magnifique ne me quitte pas !
Découvrir un groupe de Jazz à New York. Les revoir à Paris. Et au milieu, Saint Germain-en-Laye.

C’est con c’que j’vais dire, Josiane, mais … le monde est p’tit !… pis y’a pu d’saison !

Je vous invite vraiment à découvrir ce groupe, qui met la pêche et qui émeut. Je me suis réveillée en chantant « Hoo-bee-doo I wanna be like you-hou-hou ». Sérieusement, j’ai jamais eu cet effet-là avec du Hervé Vilard.

C’est dire la puissance des Sardines Chaudes !

Leur nouvel album sort en Janvier 2015 en France

D’ici là, je vous invite à vous procurer leurs albums déjà sortis via : http://hotsardines.com/music/

Maintenant que vous les avez découverts, vous ne pourrez plus vous en passer !

 

1094084_10203396316961927_6648733582435139830_oNous avons d’un côté Lou, professeur de théâtre classique et Sebastian, stand upper américain. Ils s’aiment et aiment l’amour du public.

Dans cette pièce, Lou & Seb ont un projet commun : écrire leur histoire. Un projet qui serait à la fois Lou, à la fois Seb, à mi-chemin entre le théâtre et le stand up… leur bébé en quelque sorte ! Tout cela devant un public présent dans leur salon.

Je ne veux pas trop en dire sur cette pièce. Elle m’a donné de la fraîcheur, plein d’amour et un sourire en sortant. On ne connait pas la proportion d’anecdotes et de sketchs inspirés de faits réèls, mais on les devine par la justesse et la sincérité des comédiens, on les ressent.

Je trouve qu’ils ont mis énormément d’eux-mêmes dans cette pièce, ce qui la rend forte et fragile à la fois… Merde… je parle comme dans le cinéma français… !

Hier soir, j’ai fait partie d’un public discret, tranquille et témoin. Parfois ému, souriant, et touché par ces émotions distillées. Alors oui, forcément, la construction d’un projet en commun avec l’homme que l’on aime me touche forcément. J’suis en plein d’dans ! Mais ça n’est pas la seule raison pour laquelle j’ai aimé cette pièce.

On découvre Sebastian plus touchant, plus vrai encore, car dans un autre registre, celui du théâtre. Il se met à nu (et pas seulement parce qu’on le voit en boxer au cours de la pièce !).

Lou est parfaite, douce, sincère, émouvante et drôle !

Ah ! Et la mise en scène… Quelle mise en scène ! Celle-ci sublime le jeu des comédiens. Un décor simple mais des astuces efficaces pour que le public se sente dans leur salon, à la fois présent et en retrait de leurs scènes du quotidien. L’astuce des rêves est géniale ! (Comme tu ne comprends pas de quoi je parle, je te suggère de prendre tes places !)

Les apartés sur le devant de la scène permettent davantage d’intimité. La lumière se tamise poussant tour à tour Seb et Lou à se confier au public. Lorsque Lou s’est assise pour nous raconter cette anecdote émouvante de son audition au conservatoire, j’avais envie de lui répondre, de réagir. Je me suis surprise à hocher la tête. Je participais au spectacle !

Leur idée était que chacun d’eux amène son univers à la pièce. Mieux que cela, chacun est entré dans l’univers de l’autre et pratique avec bonheur l’art de l’autre ! Sebastian devient parfois ce comédien touchant, sérieux. Lou balance des vannes avec cette petite étincelle de bullshit dans le regard. Alors… fuck Pascal !

Courez voir cette pièce, ce sont les débuts, ils ajustent, continuent de travailler dessus, rajoutent des sketchs. Ils ont établi un cadre solide dans lequel la créativité s’épanouit. Allégorie du couple ?

Je les remercie pour ce spectacle et je leur souhaite beaucoup de bonheur sur les planches !

J’espère aussi qu’un jour, vous écrirez l’histoire de Sebasto et Loupiote… parce que franchement… j’pense qu’il y a du potentiel !

C’est tous les jeudis soir à 21h30 jusqu’au 18 Décembre, au Théâtre Montmartre Galabru, 4 rue de l’Armée d’Orient, Paris 18.

Réservez vos places ici !

Wahoo que c’est bon de suivre un artiste dans son évolution, de le voir grandir et s’épanouir comme un pitit papillon rose et mauve ! Oui je suis très bisounours , mais comme chacun sait, je ne suis qu’amour et gaz.

Bref, je voulais faire un big up à Sebastian Marx que je suis maintenant depuis plus d’un an. (« suis » du verbe « suivre », rien à voir avec l’auxiliaire « être », je précise pour notre New Yorkais préféré, non parce que sinon ça n’a aucun sens, tu en conviens…)

Hier soir, c’était son grand soir, son showcase au Gymnase et… bravo, mec !

Sebastian Marx apprend la France

7d9cded4-8b92-11e0-8aa3-750233c946c8

Sebastian a grandi, a mûri, a mieux défini son univers ! Son spectacle est d’une fluidité déconcertante, tout s’enchaîne parfaitement, les transitions sont douces, comme une première fois !

Son spectacle a été réécrit avec l’aide de Navo qui a su l’adapter, le franciser un peu, bien que Sebastian garde encore son accent d’on-ne-sait-où !

Il a approfondi ses anecdotes d’un américain plongé dans la culture française et surtout parisienne. Il va plus loin dans les différences culturelles qui lui sautent aux yeux encore aujourd’hui. Les particularités de la langue française écrite et sa presqu’opposée, la langue parlée ! Les tics de langages en prennent pour leur grade !

« Bon bah », « quand même », « ça va », « voilà quoi ». On se régale de ses petites réflexions si justes ! Bah en gros, Sebastian Marx il est drôle quand même… voilà quoi !

Et on reboucle sur son podcast tout aussi sympatoche intitulé « Donc voilà quoi » où Sebastian invite ses amis humoristes. Un podcast à écouter enfoncé confortablement dans un canapé en cuir, en buvant un moka au coin de la cheminée. Bon bah, si t’as pas tout ça, tu peux toujours aller au Starbucks ! Tout ça pour dire, que ça y est, Sebastian a une unité !

Mais je digresse, revenons-en à son spectacle !

Il nous raconte, comment il est arrivé en France par amour, dans la ville de « To lose », puis comment il est monté à Paris.

Son spectacle coule comme une rivière, on plonge dans les absurdités de la langue française et des français en général. On se prend vagues sur vagues de blagues, et Sebastian ne perd jamais le cap de son aventure franco-judaïco-americano-argentine ! C’est mieux qu’à la piscine municipale, le tout sans attraper une seule mycose !

Quelle fraicheur ! C’est là toute la beauté du travail accompli, car ce spectacle a mûri, il a été retravaillé à foison et pourtant il garde tous les arômes des débuts de Seb. Et là, c’est pas la blogueuse qui parle, c’est l’humoristologue ! (C’est comme caféologue, mais dans l’humour).

Bravo à toi, tu as bossé et ça paye ! J’ai passé, comme bon nombre de producteurs Américains (si, si, y’en avait dans la salle, j’te jure, ils portaient des Stetson et des santiags), une excellente soirée ! Ah…! Cette fin en apothéose qui découle si parfaitement de tout ce qu’il a dit au cours de son spectacle, j’avais envie de me lever !

Alors oui, Seb, tu fais partie de la catégorie des lapinoux qu’on a envie de regarder et qui nous attendrissent. Mais n’oublie pas qu’accompagné de moutarde, nous, Français que nous sommes, ne ferons qu’une bouchée de toi ! La question est : pourra-t-on se rassasier de ton humour ?

Il m’est d’avis qu’on en voudra toujours plus !

Longue vie à ton spectacle ! Longue vie à toi, l’artiste !

Venez découvrir ou redécouvrir Sebastian Marx, toujours sur les planches avec :

– son one man en anglais:
– les vendredis et samedis au théâtre du Gymnase
Reservation ici !
– le dimanche à la Nouvelle Seine

– son one man en français au théâtre du Gymnase tous les mardis Reservation ici !

– Les plateaux d’humoristes anglophones divers et variés qu’il anime

– Un tout nouveau spectacle dès le 25 Septembre, qui se jouera au théâtre Galabru et co-écrit avec Lou, la femme de sa vie !

On se tient au courant mes canards, guettez-le !

Les résas, c’est ici : http://www.billetreduc.com/71825/evt.htm

 Le podcast c’est par ici : http://www.sebmarx.com/sebmarx.com/Donc_Voila_Quoi.html

 

I got my balls on you…

premieresfois

Welcome to la cave la plus hot et suave de Paris… Le temple des hipsters de Paris… Si, si, j’vous jure. Y’en avait plein. Avec des coupes de cheveux aléatoires et des tatouages patchworkés sur les avant-bras…

Welcome to the Workshop et surtout, bienvenue à la soirée Premières Fois !

Vos hôtes, MIM et Yacine Belhousse, ont monté cette soirée alternant artistes de stand up et artistes musicaux afin qu’ils puissent tester leurs shows respectifs devant un public bienveillant, et nous divertir à souhait !

Alors effectivement, au premier abord, quand un arabe t’invite dans une cave en te disant qu’il y aura plein de copains à lui et qu’on va rigoler, tu te méfies un peu…surtout qu’il te dit que c’est une soirée « premières fois » et que celle-ci est sous-titrée « I got my balls on you »… Tu vas m’faire croire que j’crains rien, tu m’prendrais pas pour un dindon  ??

Point de peur, tu n’en ressortiras que dilatée de rire et moite de lol.

La bienveillance. Je reviens dessus. Pour connaitre un peu le Yacine, rien ne le définit mieux que l’adjectif bienveillant. Je pense que c’est vraiment ce qui l’anime et qui lui a donné envie de se lancer dans l’organisation de ce plateau artistique en toute décontraction, comme à la maison. Tu savoures cette soirée comme une soirée entre potes et surtout tu admires les artistes qui ont les bollocks de monter sur scène pour se mettre à nu. ( meuh noooon, mon canard, pas littéralement.)

Quand je vois monter les artistes sur scène, stressés et tremblants, j’ai envie de me lever et de leur faire un gros câlin, leur pincer les joues et d’leur mettre une claque sur le cul – Allez, vas-y, champion !! Ils sont beaux les artistes que Yacine et MIM nous présentent. Ils sont beaux, car vrais, sincères et profonds (Oui, on est tout de même dans une cave… ne l’oublions pas… pas un donjon, hein… une cave.)

Le format alternant stand-up et musique, à savoir zik-lol-zik-lol, et parfois les deux en même temps, permet de casser le rythme parfois trop monotone d’un plateau d’humoristes. Ce cocktail est efficace et jovial ! Pas le temps de t’ennuyer, et pas l’temps d’aller pisser non plus !

En plus, si tu aimes bien les Internets (et c’est le cas, vu que tu lis mon blog régulièrement et je t’en remercie), tu te retrouveras propulsé dans un monde parallèle où tous les gens que tu vois dans ton smartphone sont à côté de toi, dans le public, ou sur scène. C’est en faisant la queue pour récupérer ta place que tu verras que certains Youtubeurs passent devant toi, mais c’est normal, eux, ils ont le haut-débit !*

Si cet article te fait ressentir des petits picotements au niveau des parties génitales, c’est que ça n’a rien à voir… Ce sont probablement les premiers signes d’un herpès à venir, va tout de suite consulter.

Si, par contre, cet article te donne envie d’aller découvrir les premières fois d’artistes en mode voyeur ou amateur, ferme ta session privée sur youporn et envoie un email à premieresfois.resa@gmail.com pour réserver tes places. L’entrée est à 5 boules. Franchement, ça fait même pas 1 boule par artiste ! Allez… viens… on est bien, bien, bien !

Hier soir, j’y ai vu :

– Kyan Khojandi, touchant, drôle et juste ;

– Jacques et Cedric, trop thug life surtout, à la piscine ; https://soundcloud.com/jacques-c-dric

– Marina Rollman, baaaah elle est drôle, quoi ! Cette artiste suisse est très juste et écrit magnifiquement bien ! L’équivalent d’un chocolat avec un p’tit paysage de montagne dessus, qui fond sous la langue… ; http://marinarollman.tumblr.com/home

– Anna Kova, chanteuse à la voix suave ; https://soundcloud.com/anna_kova

– la coquine Christine Berrou « Alors, si tu connais un peu tes auteurs, tu te régales ! » dixit ma chère compagnonne Marion ; http://www.christineberrou.com/

– Le groupe Tiger can swim, sexy, sensuel, profond… ; www.tigerscanswim.com

– Le saxophoniste Adrien Roch, qui manie très bien son gros instrument (oui elle est facile celle-là…ok donc j’en teste une autre…). Je disais donc, le saxophoniste Adrien Roch, qui a l’air d’avoir la langue très souple… ça doit être l’ambiance cave… ;

– Sanacka Zuckerberg, très à l’aise dans son jean, et certainement frère de Mark vu qu’il avait l’air de maitriser les nouvelles technologies. (Le mec vient pas sur scène avec son texte sur papier. Noooon, le mec il met son texte sur I-phone !! Bouyah !!) ;

– Yacine et MIM de très bons et complémentaires hôtes !

 

 

Prochain plateau le 12 Juin !

 

Workshop Paris
173 rue Saint Martin, 75 003 Paris
Résa : premieresfois.resa@gmail.com

https://soundcloud.com/anna_kova

http://marinarollman.tumblr.com/home

http://www.christineberrou.com/

www.tigerscanswim.com

https://soundcloud.com/jacques-c-dric

 

 

*blague copyrightée par Nioc

 

Giorgio devinera tout, mais ne pourra pas vous faire retrouver l'être aimé ou soigner vos problèmes d'impuissance...

Giorgio devinera tout, mais ne pourra pas vous faire retrouver l’être aimé ou soigner vos problèmes d’impuissance…

Voilà un spectacle que je vous conseille et qui change des one men que je suis habituée à voir !

Si vous souhaitez passer une soirée en compagnie d’un charmant hôte, n’hésitez plus une seconde ! Giorgio, notre mental expert national, n’a rien à envier au blondinet de TF1. Il vous apporte une ambiance Cabaret, sans Patrick Sébastien et un côté Julio, sans Iglésias ! Il vous subjugue avec son spectacle savamment mené.

Un mental expert, ça peut faire tiquer les plus pragmatiques d’entre nous, mais dans tous les cas, ça fascine. « Comment fait-il cela ? C’est quoi le truc là ?? Ça m’énerve quand je n’comprends pas ! » Voici les différentes réactions que vous pourrez avoir pendant son spectacle. Ah ! J’oubliais celle-là : « Hahaha ! Il est marrant ce con !! » (ça, c’est la mienne !).

Nous voici rapidement entrés dans son univers qui s’articule autour de plusieurs chapitres afin de nous faire découvrir la discipline de « Mental Expert », une sorte d’exposé façon Team building sur les principes de bases du mentalisme, avec bien entendu, moult exemples à a clef pour illustrer ses propos.

Si vous n’aimez pas les spectacles participatifs, n’y allez pas ! Ou alors mettez-vous au fond de la salle, et arrêtez de penser en boucle que vous ne voulez pas être choisi, car Giorgio le saura. Giorgio sait ! Giorgio rentre dans vos têtes grâce à tous les petits signes que votre corps lui donne ! Giorgio est déstabilisant et désopilant.

Il passe tous les dimanches et lundis soirs à la Comédie Bastille. On y passe un agréable moment, j’y suis allée récemment, j’avais l’impression d’être à une grande fête de famille… du Nord… ouai, non parce que ce soir-là y’avait quand même la crème de la crème du public, comme si on avait fait une soirée Cotorep ! Giorgio a su déceler le potentiel de chaque personne qu’il a fait participer, et Dieu sait que pour certaines, le potentiel était immense !

Allez-y, en famille ou avec votre hamster. Giorgio vous recevra avec toutes ses meilleures vannes et tout son amour !

Seul regret, ne pas avoir pu parler avec lui afin de voir comment il me « capterait »… Une prochaine fois peut-être?

Pour réserver, c’est par ici!

Alex Barbe

Quelques mots sur Alex Barbe… oui je l’appelle Alex parce que, voyez-vous, Alex et moi avons une relation… oui… on s’est parlé 10 minutes à la fin de son spectacle… ça a créé un lien indélébile, tu peux pas comprendre, t’étais pas là ! Oui, oui, mon mec était là… je ne vois pas du tout ce que ça vient faire là ! Mais alors pas du tout !!!

Alexandre Barbe c’est un humoriste. Oui, bon, jusque-là, c’est pas transcendant. Comme vous avez besoin de repères, et de comparaison, j’aurais envie de dire que son côté tranchant et vif me fait penser à Christophe Alévêque avant qu’il devienne con. Oui, moi là je le trouve antipathique, mais à ses débuts je le trouvais génial. Alexandre Barbe c’est le mordant d’Alévêque quand il avait une moustache ! (Gros niveau sur la blague velue).

christophe-aleveque

Alex Barbe, le Christophe Alévêque à moustache

Son one man est un moment tout en rythme et délectant. Non seulement parce qu’Alex, c’est un peu le meilleur ami avec qui tu as toujours rêvé de coucher, mais en plus parce qu’il est saisissant. On l’a connu plus incisif, un peu violent, parfois choquant sur les Internets. Son one man garde cette marque de fabrique qui lui est propre tout en ajustant le personnage sur la longueur du show. (Si ça n’est pas clair, cherche pas, j’suis un p’tit peu bourrée en ce moment même).

Si tu veux un show touffu, dense, des vannes velues et piquantes, Alex Barbe est l’homme de la situation ! Pfiouuu j’ai tout donné sur le champ lexical du poil. Le Poil c’est la vie, tu ne peux passer ton chemin sans t’arrêter voir Alex Barbe au théâtre de dix heures tous les jeudis à partir du 16 Janvier 2014.

Au pire, Micheline, toi qui n’a rien mis sous ta vieille dent creuse depuis moult temps, si tu ne comprends pas les vannes, tu peux toujours fermer tes esgourdes et profiter de ce corps parfait !

Sinon, si tu es doté(e) d’un cervelet à capacités plus ou moins développées, viens savourer ce spectacle riche. Alex Barbe c’est un peu le couteau suisse du one man, il te sort toujours quelque chose pour te piquer ou te tire-bouchonner… N’hésite pas à lui répondre quand il s’adresse à toi (dans les limites du stock disponible de tes vannes les moins lourdes), il n’attend que ça, improviser avec toi !

Allez, je sais que tu es convaincu(e) mon canard. Rendez-vous au théâtre de dix heures !

Alex Barbe, en mouvements, ça donne ça!

Message à son attachée de presse… il est dommage de ne pas pouvoir « intégrer » de vidéos youtube dans mon article… je dis ça, je dis tout…!

Pour réserver, c’est ici !