Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

Me voilà, en ce jour magnifique, prête à prendre ma plume (oui parce qu’elle commençait à m’faire mal là où c’est qu’j’l’avais mise.) pour vous parler du spectacle de Bruno Salomone « Euphorique ».

40x60-b-salomone

 

Nous voilà assis parmi un public France 2. Un peu cul-serré. Derrière moi Caro-han et Jean-Chi ( Jean-Chilippe de son prénom), couple fraichement tinderisé, parlent de leur folle nuit. Jean-Chi parlait du fait qu’il était arrivé en retard ce matin au boulot, et Caro-han de rétorquer « Bah si t’avais ajouté 15 minutes de plus, tu l’aurais eu ta levrette ! ». Ouai bah si c’est pour être en retard et avoir mal au cul, merci !!.

J’ai adoré laisser traîner mon esgourde. Surtout que Jean-Chi prévenait Caro-han au sujet de Salomone « Je te préviens, il est cocasse et complètement délire ! Et son spectacle d’avant, tiens-toi bien, il disait qu’il était mi-homme, mimolette.». Jean-Chi s’est ensuite levé, a quitté la salle pour repartir dans sa DeLorean direction 1992, Marty !!! Mais qui parle comme ça ?!?

Bref, je m’égare, je m’égare !

J’ai toujours admiré et adoré ce que ce comédien complet faisait.

pirouette-et-salomonePour ainsi dire, j’ai été élevée au Salomone, à hautes doses. Depuis Graine de Comiques, j’ai suivi ce qu’il faisait. Il me fait rire ce mec. Il est génial ! Et surtout il ne m’a jamais déçue. Même y’a quelques semaines chez Ardisson, je venais de zapper, et quand Ardisson lui a demandé s’il buvait du lait, il a répondu « Oui, je bois du lait de temps en temps ». Enooooorme. Drôôôle. Il est toujours au yop ce mec ! Pirouette, première sur les jeux de mots.

Son spectacle relate l’histoire de Golri, qui est né en riant et qui rit de tout, tout le temps. Cet être différent dérange, surprend à travers les yeux de chaque personnage que Bruno incarne au long de son spectacle.

Mon Dieu qué régalade, Monsieur Bonnard !! Je me suis délectée de son spectacle. Bruno a fait grandir et mûrir ses personnages. Ils ont vécu toutes depuis toutes ces années avec lui, en lui, et sont magnifiés !

Un spectacle complet, mais qui ballonne pas, voyez ? On se marre, et j’ai même eu les larmes aux yeux à la fin.

J’ai adoré tous les clins d’œil aux sketchs que je m’empressais d’enregistrer avec mon magnétoscope quand j’avais 12 ans ! Je laissais une cassette vidéo calée et le magnétoscope en position enregistrement en pause et hop, j’avais plus qu’à « dépauser » le merdier pour agrandir ma collection de sketchs et passages télé !

saturnin-pirouette

Y’a eu Graine de Comiques, Farce attaque et une émission estivale qui passait en 2è partie de soirée présentée par Maïtena il me semble, Patrick Sébastien, Jean Passe…et des pas mûres ! A l’époque, Pascal Obispo se gomineyyyy la calvitie à son piano en chantant Lucie… Je me souviens avoir refait son sketch sur Deauville avec Dujardin avec mon camescope dans mon jardin avec ma sœur qui m’engueulait dès que je me marrais !

J’ai retrouvé avec plaisir le Professeur Salmonex, à qui il ne faut pas prendre le chou. Mickael Damour, dont on découvre le vrai nom, Saturnin, bien entendu, drôle, juste et touchant !

Wahoo… merci, merci mille fois de m’avoir fait autant rire par votre talent, votre sincérité, et votre capacité à partir en sucette ! J’ai explosé de mon rire suraigu sur cette vanne !

Les transitions entre les personnages m’ont rappelé l’impro. Une utilisation parfaite des mimiques et des postures pour passer d’un personnage à un autre ! Magique !

Alors, oui, ce soir-là, j’avais l’impression d’vivre un rêve, lorsque, pendant que nous attendions sous la pluie devant le théâtre du petit Montparnasse, j’aperçute Bruno marchant devant moi.

natacha

Niveau coiffure, j’en suis pas loin…

Je m’étais toujours dit que le jour où je le rencontrerais, je serais émue comme une petite kônasss. J’en avais les jambes qui flageolaient et les intestins, pareil. J’aurais jamais dû bouffer c’cassoulet Thaï avant le spectacle.

J’ai pensé à Pascale, ma meilleure amie, avec qui on partage cet amour du rire et de la cocasserie Salomonienne. Je me suis dit que si elle avait été là, elle aurait adoré prendre cette photo avec nous. (Hey, j’vous rassure, elle n’est pas décédayyyy, elle habite juste pas à Paris !).

Alors je l’ai alpagué, ce que je déteste faire quand je vois des comédiens que j’aime bien, parce que je ne veux pas les déranger. Mais là, il fallait que je lui dise « merci ». Merci d’avoir ajouté cette touche de fantaisie dans ma vie, dans mon humour ! Merci d’être le foufou déjanté à l’écriture si juste et drôle. Ouai, je lui ai dit que je le suivais depuis ma tendre enfance, c’était niais un peu, mais je le lui ai dit ! Je conseille à tous les parents d’élever leurs enfants au Salomone. Ça fait des gens biens (oui, du coup je m’identifie tout à fait en gens bien) ! Petit clin d’œil à mon ami Bisounours aussi, qui a écopé de ce surnom, grâce à Saturnin, d’ailleurs !

L’adolescente en moi a eu la chance d’être remerciée à son tour à la fin de son spectacle, par un merci, un regard et un clin d’œil quand je me suis levée pour l’applaudir, entourée du public France 2 resté assis.

Voilà, courez-y, parce que ce spectacle est intense, drôle, beau, émouvant !

Et puis, comme la vie fait bien les choses, et que la philosophie de Francis Lalanne se vérifie toujours, dimanche, je vais voir Oldelaf et Alain Berthier grâce à mon amie Marie, à qui je dis merci aussi ! Et comme de par hasard, Bruno y sera. Comme de par hasard… On recroise toujours 2 fois une personne, si vous en doutiez, vous le vérifierez…

Et d’ailleurs, vous en voulez ??? Dou thé !!

Toujours partir sur une vanne.

 

 

Je remercie aussi Cyrille de Lasteyrie qui avait évoqué ce nouveau spectacle et grâce à qui j’ai eu l’info !

http://www.theatremontparnasse.com/euphorique-bruno-salomone/

14657296_567111673489831_1210845442174983122_n

J’avais pris 30 kilos pour les besoins du tournage

Alors oui, j’ai une tête de cul sur la photo, toute crispée, le périneyyy ébaubi. Mais je l’ai eu mon moment Salomone !

Publicités

dialogueJ’ai eu l’immense honneur d’être conviée à ce spectacle par Valentin Martinie himself. Comment ?? Tu ne sais pas qui c’est ??

Valentin Martinie est le metteur en scène et l’interprète, accompagné de Florian Spitzer, de ce joli spectacle Dialogue à fables.

Comment définir Dialogue à fables… C’est un spectacle entre le stand up (On a de l’interaction avec le public, si, si !) et la pièce de théâtre classique (on sent bien la grâce du théatreux dans ces comédiens!).

Valentin et Florian joutent sec ! Sur scène, et tour à tour, ils s’affrontent en déclamant des fables ! Un jeu installé entre eux, où chacun cherche à avoir le dernier mot, le dernier pied.

On alterne entre boutades lolifiantes et émotions subtiles.

Les fables, on les connait ! Disons qu’on en connait peu finalement, mais ça nous parle. On oublie aussi qu’il existe des fables modernes et qu’elles sont souvent toutes intemporelles et donc transposables à notre société actuelle.

Ce spectacle m’a donné envie de m’acheter le dernier opus de Mister Jean de la Fontaine, Ionesco ou Mister Anouilh pour les découvrir toutes !

Lire une fable c’est bien. Mais se les faire conter par Sieurs Valentin et Florian, quelle régalade !!

Dialogue à fables est subtilement construit et utilise l’essence des fables à l’avantage des comédiens et de leurs propos. Je peux te dire qu’ils ont dû en bouffer des Annabacs pour construire ce spectacle !

Ce spectacle original te permet de rire de Booba, tout en te cultivant, un exploit que seuls Valentin et Florian ont su accomplir !

J’en profite pour faire ma déclaration façon Sanson (Véronique, hein, pas le pote â Dâlilâ.)  à Florian lorsqu’il nous a raconté la fable La fille et le loup. Un silence s’est installé dans la salle, comme un doux brouillard enveloppant, nous étions pendus à ses lèvres. Je suis littéralement tombée amoureuse de cette fable. Magnifiquement racontée par Florian. Ses pauses savamment dosées, sa respiration, son regard. Du bonheur, merci pour cette découverte !

Pour te donner un exemple parlant, cher lecteur/se… Père Castor, à côté, a le charisme d’une motte de terre.

Florian, raconte-nous une histoire !

Du coup, afin de ne pas relancer la joute et attiser la jalousie, je salue le talent de Valentin, son piquant, son aisance et ses vannes bien placées. La scène lui va bien, et l’on sent le bonheur qu’il a de nous faire découvrir ce joli spectacle. Je ne boude pas non plus mon plaisir en admirant ses mollets moulés dans un collant… Si, si, ça vaut le déplacement !

Valentin, je te remercie donc de m’avoir fait découvrir votre spectacle. J’y ai passé un agréable moment plein de poésie.

J’attends toujours que tu me récites Le wombat et le buisson. J’y tiens. Je te jette même un gant au visage !!

Ils jouent à la Comédie Saint Michel les jeudis à 21h30 et les samedis à 20h, résa ici.

95 bd Saint Michel

Ce théâtre, que je ne connaissais pas, propose des comédies pour adultes mais également moult spectacles pour enfants, Bon plan donc !

La fille et le loup

Une fille tomba amoureuse d’un loup
Qu’un montreur d’animaux exhibait sur la place,
Le jour de sa noce, au village.
Il était fier et sombre et de mauvaise grâce,
Il faisait quelques tours navrants,
Ne semblant pas sentir les coups.
Voir un loup enchaîné redonne du courage
Au cœur mou des petites gens :
Dans le cortège, on s’amusait beaucoup.
Les lourds garçons d’honneur lui faisaient des grimaces,
Chacun rivalisait de bons mots et d’audaces ;
La mariée ne disait rien.
C’était un triste mariage,
Elle était belle, pure et sage,
Elle épousait un jeune richard du village,
Mal formé – avec la bénédiction des siens.
C’est le sort des filles sans bien.

Pendant que l’homme, fouet en main,
L’obligeait à faire sa danse,
Le regard du loup et le sien,
Se croisèrent dans le silence…
Ayant jeté sa maigre obole au bohémien
La noce l’entraîna vers les réjouissances
Interminables du festin,
Le principal de la cérémonie, en France.
Elle fut déflorée à la fin du repas.
Mais, pendant la nuit, laissant là
Le mari qui ronflait après le sacrifice,
Insoucieuse du sang qui coulait sur ses cuisses ;
Elle alla jusqu’à la roulotte endormie,
Ouvrit au loup et le suivit dans la forêt
Pour y devenir son amie…

Le lendemain le scandale éclatait.
Les paysans armés partirent en battue.
On retrouva la fille demi-nue
Qui dormait près du loup. On les prit tous les deux.
Le loup fut égorgé et la fille jugée.
Quand on lui demanda ce qui l’avait poussée
A bafouer ainsi les Dieux ;
Les regardant bien dans les yeux,
Son mari haut comme trois pommes,
Le curé bedonnant, le juge fielleux,
Les paysans niais et communs,
Elle le leur dit : « J’aime les hommes,
Et seul le loup en était un. »

Jean Anouilh

Tu es célibataire, tu as 30 ans et tu cherches l’âme sœur ? Pas de soucis, voici quelques astuces pour réussir tes entretiens de motivafion sans perte de temps.

Lors de ton prochain entretien de débauche, munis-toi d’un stylo et d’un papier et d’un peu de patafix (parce que c’est rigolo, ça s’tripote et c’est gluant) et note attentivement les réponses de tes candidats.

Tu pourras, ainsi, définir quel est celui qui conviendra le mieux au poste que tu proposes.

Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

Réponses possibles :

  1. Sous vous : c’est possible, mais va pas falloir attendre 5 ans, mec !
  2. Sur vous : mmmmoui, encore une fois, c’est possible, mais niveau innovation et dynamisme on a vu mieux…
  3. Dedans vous : ok, pas mal, un peu d’humour, c’est bien. Attention tout de même à ce que les propositions soient réalistes, faudrait quand même voir à pas prendre mon cul pour un loft… ou alors s’il est sérieux et qu’il veut faire de votre corps son petit pyjama, je vous conseille de black-lister l’individu sus-mentionné.

En matière d’hygiène, diriez-vous que vous êtes plutôt Hermès ou Herpès ? / Boucheron ou bucheron / Bvlgari ou Roumanie / Chanel ou Chamelle / Clinique ou Dispensaire / Davidoff ou David Hasselhof / Diesel ou Sans Plomb 95?

Réponses possibles :

  1. J’ai pas compris … : Vous, au contraire, vous avez tout compris. Faites comme la morvelle qui s’échappe de sa narine : fuyez !!
  2. Je me lave régulièrement par respect pour mon partenaire de jeu : Réponse satisfaisante, car, retenez ceci : nous préférons que ça sente le petit marseillais plutôt que la bouillabaisse.
  3. J’ai une hygiène buccodentaire irréprochable et des gencives saines : Vous êtes probablement sur une vraie bonne nouvelle !

Quelles sont vos prétentions salariales ?

Cette question permet d’évaluer le niveau d’estime de soi de votre candidat.

Réponses possibles :

  1. J’suis plus resto gastronomique que fast food de la baise ! Réponse claire, qui demande tout de même d’être approfondie. Un resto gastro c’est bien mais faudrait pas non plus que ça dure huit plombes. Et puis, le plus souvent, c’est tout p’tit au milieu de l’assiette et on est obligé de bouffer l’décor…

Parfois, un bon fast food, ça fait du bien, surtout un lendemain de cuite ou même pendant la cuite !

2. Mes prétentions salariales ? … Que me proposez-vous ? Alors, là, direct, tacle au niveau de la jugulaire. Positionne-toi, gamin ! Moi j’te propose un voyage 4 étoiles au pays de l’hormone, mais toi, qu’est-ce que tu vaux ?

3. Je suis trop cher pour vous. Bon bah, effectivement, si le mec est trop beau gosse, tu devrais peut être simplement te rendre à l’évidence, c’est pas aujourd’hui qu’tu vas faire les poussières, meuf.

Après, on peut partir sur des questions plus directes, du type :

Quelle note vous a-t-on déjà donné en matière de pratique sexuelle ? Cette personne était-elle quelqu’un d’autre que vous-même ?

Etes-vous aussi à l’aise à l’oral qu’en art plastique ?

Pratiquez-vous le cunnilingus ? l’anulingus ? les bisous ? Dans quel ordre ?

La question ouverte est aussi une bonne façon de sonder son candidat. (« sonder » est ici à comprendre au sens figuré, on n’est pas à la Fistinière !)

Parlez-moi de vous ?

Réponses possibles :

  1. … Pluto ? : Bon, si le mec répond ça, il fait référence à la réplique la plus usitée et usée de la Cité de la Peur. Vous valez mieux qu’une citation utilisée par le commun du mortel. Une citation qui sent le sébum à force d’utilisation surexploitées ! Vous êtes autorisée à lui cracher au visage. Mais pas dans les yeux, c’est pas gentil.
  2. Si vous avez droit à un parcours détaillé des différentes « boites » qui l’ont débauché, vous êtes en droit de lui demander plus d’explications. Pourquoi enchainer CDD sur CDD ? Je vois également que vous pratiquez l’interim et le bénévolat, à quel point aimez-vous faire du social ?

Souriez, c’est peut-être gagné pour vous !

3. J’adore le travail en équipe ! Evitez toute cage d’escalier ou autre cave, on ne sait jamais.

Du même acajou, les questions suivantes peuvent être posées :

Pourquoi vous plutôt qu’un autre ?

Combien d’années d’expériences avez-vous ? Attention, face au degré d’honnêteté assez élevé, vous risquez d’attraper peur ou des MST.

Afin de vous projeter à moyen ou long terme, n’hésitez pas à vous renseigner. Il serait dommage d’investir sur ce candidat alors qu’il risque de vous claquer entre les doigts. Pensez-vous faire le tour rapidement de votre nouveau poste et vous ennuyer ?

Et enfin, question délicate mais pour autant nécessaire : Êtes-vous déclaré en tant que travailleur handicapé ? Sans discriminer, un malade de la tourette pourrait, certes, animer vos repas de famille, ou pimenter vos ébats, mais au quotidien, est-ce vraiment cela dont vous rêviez comme Prince charmant ?

Vous êtes maintenant armées, donc à vos agendas, y’a de l’entretien à caler !

Un entretien pour votre entretien.

Mes phobies ne s’expliquent pas. Bah oui, c’est un p’tit peu le principe d’une phobie !

1. Toutes des putes !

Totalement incapable de taper "araignée" dans Google, je me suis vue dans l'obligation de vous en dessiner une.

Totalement incapable de taper « araignée » dans Google, je me suis vue dans l’obligation de vous en dessiner une.

Ma première phobie, la plus connue, est la peur des araignées. Primo parce que ce sont des putes et secundo parce qu’elles sont fourbes. Oui, je vous ai déjà raconté que je trouvais ça abject leur manière de faire la morte quand tu tentes de les buter. Bon, moi, perso, j’arrive même pas à les buter.

Un jour alors que je sortais de ma douche, je me dirigeai vers ma chambre afin de prendre mon pyjama qui était accroché derrière la porte.

– Aparté pyjama- effectivement, à l’époque je portai des pyjamas… j’étais avec mon ex, celui qui me dégoutait, donc je portai des pyjamas. Maintenant que j’ai trouvé l’Amour de ma vie, je ne porte bien sûr que ma peau douce et confortable en guise de pyjama. Je vous avoue qu’en période de grand froid, vaut mieux éviter d’avoir envie de pisser en pleine nuit. Il est également déconseillé d’avoir du vis-à-vis ou alors… tant mieux pour le vis-à-viseur ! Pouvoir se délecter d’un corps aussi parfait surtout le matin, au réveil, l’œil encore collé et le cheveu hirsute (je parle de moi hein !), ça vaut le coup de payer un loyer indécemment élevé dans Paris ! Je dis ça, en toute humilité et je sais très bien que j’ai raison. Toi-même tu sais, t’as vu, wesh Morray.

Donc je disais, un jour, alors que je tendis le bras pour chopper mon pyjama, j’aperçu sur le mur jouxtant ce sus-pyjama, une énorme pute ! E-norme ! Et rien ne l’annonçait ! Pas même un sac à pute accroché à l’orée de ma chambre ! (si vous vivez à l’orée d’un bois, vous comprendrez.)

Mon sang ne fit qu’un tour je courus au milieu du salon, nue, et restai figée, tout en appelant mon ex et en le sommant de rentrer. J’en profitai donc pour déboiter mon forfait SFR de l’époque (illimité à 2 heures entre 18h62 et 20h-12). Je zieutai de loin si la pute n’en profitai pas pour s’échapper. Vue de l’extérieur (non mais vraiment, y’avait une jolie baie vitrée dans mon salon qui donnait sur des cours de tennis municipaux… bref…), donc vue de l’extérieur, j’aurai pu passer pour un modèle nue. La chair laiteuse, le tétons pointant (ouai ça meulait un peu, c’était en Octobre), le corps figé, la peau frissonnante. Mais vue de l’intérieur, je ressemblais à Brigitte Fontaine en pleine crise de Gilles de la Tourette. « Ah !! Pute !! Pute !!!! Saloperie !! Salope ! ». Après une heure d’attente, mon ex arriva et la buta. Il faisait pas trop sa maline non plus…

Je pourrais aussi vous raconter lorsque j’avais 10 ans, et qu’on avait récupéré les clefs d’un manoir d’amis d’amis d’amis de la famille. Un manoir jamais aéré et gazé au Fly Tox depuis 1900. Aparté Fly Tox, on parle ici d’un produit insecticide gazeux que ma grand-mère adorée a toujours utilisé. Elle le prononçait « Flitox »… et pourtant elle était mariée à un Anglais… ! Flitox tu fus, Flitox tu resteras !

Bref, ce manoir avait 8 chambres (et à mon avis, était hanté, vu comme il était glauque !). Il a fallu que je trouve une araignée dans mon lit pour que cela me provoque un rejet total de l’endroit. Je passai ma nuit à vomir et à chier en spray… J’aime vraiment pas les araignées. Depuis, j’ai jamais sprayé à ce point en voyant une araignée… faut reconnaitre que j’avais vraiment tout donné ce soir-là et que la réaction était peut-être un tantinet exagérée… Et puis, le « j’ai peur, donc je chie », ça peut vite faire foirer des soirées Halloween…

2. Les seringues…

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu (je me suis sentie partir en regardant cette photo...)

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu (je me suis sentie partir en regardant cette photo…)

Les seringues, les aiguilles, les vaccins. Tout ce qui pique, qui pénètre dans ton habitacle cutané, voyez ? J’aime pô bien quand on me pique. Mais plus élargie, cette phobie touche à tout ce vocabulaire de l’intérieur du toi-même. Dès que tu vas me parler de cartilage, veines, nerfs, tendons… là je commence à me sentir partir…

Quand j’étais petite, je courais dans le cabinet du pédiatre pour pas qu’il me fasse les rappels de vaccins. C’est d’ailleurs les seules fois où je courais quand j’étais petite.

Aparté course à pieds autour du stade – Je me souviens que lorsque je fus en CE1, ma sœur décida de me donner son truc magique pour faire croire au prof de sport que je courais… Elle me dit qu’au moment où je me trouvais pile à l’opposé du prof sur le stade, je pouvais facilement me mettre à marcher, tant que je gardais les bras pliés et en mouvements, comme un playmobile sportif, voyez ? Cela ferait illusion parfaite selon elle, et me permettrait de marcher tout en blousant le prof. Quelle kônassss je fis en la croyant ! ça marchait que dalle, mais ce n’est qu’en milieu d’année que le beau Vincent, prof de sport me dit « Juliette, tu sais que je vois que tu ne cours pas vraiment quand tu fais ça avec tes bras… ? »… Pffff ! Alors là ! Mais bien sûr !! Bien sûr Monsieur !! (que je ne le savais pas…)….

Bref, je me souvins de nombreuses ruses de mes parents qui, voyant que je me débattais pour ne pas faire mon rappel du tétanos, me dirent « non, mais c’est bon, tant pis, on ne te le fera pas… c’est pas grave… ». Bah ils ont attendu que je sorte de la douche, et BIM, ils m’ont choppée et m’ont collé le merdier sur le bras ! Mais quelle belle bande de bâtards !!! (Je vous aime, Papa Maman).

Par la suite, j’ai opté pour les pommes. Puisqu’ An apple a day, keep the doctor away, je me suis dit qu’en tombant dans les pommes, cela me permettrait de m’évader du cabinet du médecin et d’aller dans ma Happy place !

Dès lors, à chaque contrôle sanguin (et Dieu sait que j’en fais souvent, qu’elle veinarde je fais !), je m’évade de mon corps ! Je ne sais pas pourquoi les tireurs de sang trouvent toujours le moyen de me dire ce qu’ils font. Est-ce que c’est dans le serment qu’ils prêtent de dire à quelqu’un « je vais te planter un truc dans le bras pour te prendre du sang, et je pense que te le dire pourra te faire plaisir. Bisous. »

Tiens, je ne trouve pas la veine ! – tais-toi steuplé…

On vous prend le sang de quel côté d’habitude ? – J’m’en fous… le côté qu’tu veux ! Mais ferme-la !

Je tapote, je serre bien le garrot, mais vous n’avez pas de sang qui vient ! – Ah… je me sens partir…

Le problème, c’est que je me sens partir dès qu’on me met le garrot !! Kônassss ! Je tourne de l’œil quand on me dit « Ouvrez la main ». Mais jamais… ô grand jamais, quand on me pique !

Je ne pars jamais complètement, bah non, ce serait trop facile, pfiout, black out total et je me réveille quand c’est fini ! Bah que dalle ! Je suis toujours entre deux pour un maximum de mal-être ! Comme si mon âme voulait quitter mon corps mais que mon corps la retient pour ne pas être seul dans sa merde ! Je gigote sur ma chaise, je gigote comme un ver solitaire face à un festin intestinal.

regalad-1Vu que les malaises matinaux ça emmerde tout le monde au laboratoire d’analyses, ils n’ont jamais rien de prévu pour les fiottasses dans mon genre, ce qui fait qu’un matin, à jeun, j’ai fini avec un Régalad dans la bouche, histoire d’avoir un peu de sucre… impossible de faire fondre ce connard de bonbon tant ma bouche était sèche. J’ai failli crever en m’étouffant avec…

Dernière de mes phobies et pas des moindres…

3. Les Tyranosaures Rex

Le premier que je choppe à trafiquer de l'ADN, je le vide !

Le premier que je choppe à trafiquer de l’ADN, je le vide !

Maiheu… foutez-vous pas d’ma guêule !

Dans cette catégorie rentre facilement les vélociraptors, je n’suis pas bégueule. J’ai fait une fois un cauchemar horrible où nous étions dans les espaces verts de la résidence de mon enfance, et nous cherchions partout notre chat trépied nommé Berlioz (oui, il ne lui reste que 3 pattes… ). Quand nous le repérâmes, il était non loin de nous, derrière un buisson et au loin… catastwophe et malheuw, un vélociwaptow ! Mon Dieu, vous voyez, quand j’ai peur, je prends l’accent crwéol pour minimiser l’effet sur mon inconscient. Je vous passe également les cauchemars où seul l’œil du tyrannosaure espiègle nous espionne dans ma chambre, ma sœur et moi… ça fout les mickettes* ces conneries ! J’espère ne jamais en rencontrer un !

Voilà, vous savez tout de mes plus grandes phobies. Les autres ne méritent pas un article, vraiment…

La peur des poils par terre, le dégout des piscines publiques, l’horreur des crottes de nez, la crainte de se rompre le tendon d’Achilles, la peur de roter en parlant en public, des miasmes des pigeons qui décollent devant moi, la suspicion de poils de cul dans ma bouffe au resto, la peur des gens en costume de personnages de fiction… Ah non, pardon, ça c’est ma sœur ! Elle a eu peur de Buzz L’éclair et de Beetlejuice… nevermind… !

Oui, oui, effectivement, par contre, la connerie, ça c’est de famille.

* l’auteuse préfère cette orthographe à celle-ci « miquettes » parce qu’elle imagine plein de petits Mickey efféminées quand elle utilise cette expression.

Cours, Mister Sister ! Cours !!

Cours, Mister Sister ! Cours !!

image

Tu es fan de psychologie ? La société actuelle te passionne ? Tu vois la colocation comme une forme moderne de partage et d’apprentissage des valeurs humaines ?

Amène donc tes fesseps aux Feux de la Rampe pour le spectacle de Pierre Croce.

Alors, revenons aux basiques… Qui est Pierre Croce ? Pierre est né en 1996 à l’âge de 10 ans, le petit Pierre est un passionné de l’âme humaine et du comportement d’autrui. C’est donc tout naturellement qu’il se tourne vers la psychologie et devient prof à la fac mis brutalement à la retraite à l’âge de 26 ans.

Depuis, il vit sa vie à pile ou face et se jette à corps perdu dans l’élaboration de Power Points d’un niveau toujours plus pointu. Il fait ce que font les plus drôles d’entre nous au travail, sauf que lui en a fait un spectacle, le génie ! Du coup il est pété de tunes et annonce la bonne parole partout en France et nous fait l’honneur de nous enseigner les rudiments de la psychologie ! Mais en vrai…

Pierre est très exigent des autres (voir tableau excel sur la gente féminine, et si tu sais pas de quoi je parle, bah… réserve ici…) mais il est tout aussi exigent face à lui-même, il n’y a qu’à voir le niveau de classe que cet homme impose !

image

Sans déconner, il te donne pas envie d’apprendre, ce mec ?

Alors voilà, si tu cherches un spectacle rafraichissant qui te permet de sublimer ton train-train quotidien en copil ou autre réunion de service, je te le conseille vivement !

Car OUI ! Ce spectacle utilise tous les codes des réunions en entreprise, mais NON ça ne te rappelle pas le boulot !… ou alors … ça te rappelle que ce ton managérial, ce ton monocorde et explicatif Mc lesggyiesque peut vraiment être comique. Viens titiller ton envie de faire pareil au sein de ton entreprise chérie, viens apprendre des choses utiles sur la condition de stagiaire bon à Power Pointer à foison, et viens te former sur les recherches facebook !

Un spectacle qui s’adresse à toi, jeune actif plein de vie, mais également à toi, jeune stagiaire ou encore à toi, Michel, qui a soif de nouvelles expériences !

Pierre saura te faire exploser de rire tout en gardant tout son sérieux. Un rôle qui lui colle parfaitement à la peau car Pierre est un pince-sans-rire. Tellement sérieux que tu as souvent l’impression, au cours de son spectacle, que tu ne peux pas rire de peur de gêner sa présentation. C’est dingue, l’atmosphère qu’il recrée. Mais on est bien à un spectacle comique, je vous rassure ! D’ailleurs, tu peux tout à fait réagir à ce qu’il dit, il t’en sera reconnaissant !

Jouer avec les codes d’une présentation en public c’est vraiment la spécialité de Pierre ! Il te balancera statistiques et autres théories sur la psychologie humaine en étayant ses propos avec des sources plus ou moins potables mais une chose est certaine, c’est que l’on boit ses paroles ! Pfiouuuu c’te métaphore aqueuse de malade !!

En conclusion, si tu recherches un spectacle original et décalé, cours-y vite ! Et si tu veux un peu d’astuce et d’espièglerie, va retrouver Candy.

Pour chopper tes places, c’est tous les mardi et mercredi soirs aux Feux de la Rampe – clique ici

On nous a menti, on nous a spoliés ! Dieu soit loué, je suis là pour vous ouvrir les yeux et vous donner quelques conseils en matière d’éducation de vos enfants!

L’éducation, quelques pièges à éviter.

***************

Vous avez remarqué depuis quelques temps que vous aviez des tocs, tics et autres rangers du risque ?… Pardon… je disais, vous avez remarqué que vous aviez parfois des comportements étranges, des réactions sans explication, ou des manières de vous habiller quelque peu différentes ? Vous comprenez tout juste d’où cela vous vient : de l’éducation. L’éducation, cette action de mener l’enfant vers l’âge adulte en lui inculquant toutes sortes de mœurs, valeurs, coutumes, us et autres comportements pour qu’il soit le moins con possible une fois hors du nid.

Seulement, ce que vous ne savez pas, c’est que dans tout ce barda, ya quand même une tripotée de mensonges, et je me dois de vous les révéler en ce jour saint du [insérer date, vous avez le choix]

« Fais tes lacets, tu vas tomber ! »

Fini les scratchs ringards et rebiquants, voici que vous arboriez fièrement vos nouvelles tennis Décathlon blanches comme neige. Qui peut me regarder droit dans les seins (oui, j’ai laissé tomber l’idée qu’on me regarde dans les yeux…), donc je disais, qui peut me regarder droit dans les seins et me soutenir que vous n’avez jamais entendu : « Fais tes lacets tu vas tomber ! » et qui peut me dire combien de fois cela vous est arrivé de tomber à cause de vos lacets défaits ? ZERO ! ZERO !! Cela n’est jamais arrivé de se péter la tronche en marchant sur nos lacets !! Vraiment ! Ceci est un mensonge. Un honteux mensonge ! Non, mais sans déconner, même Corky ne se pétait pas la gueule avec ses lacets défaits ! Et Dieu sait qu’c’était un enfant pas comme les autres !

La chose la plus grave qu’il peut t’arriver en revanche, et ça personne n’en parle, c’est qu’avec tes lacets qui trainent par terre, tu peux ramasser bon nombre de fluides corporels et extra-corporels et te chopper des maladies moyenâgeuses rares. Je dirai même qu’en ces temps de procréation médicalement assistée, ya p’têt moyen de chopper du donneur en laissant trainer ses lacets dans les rues de Paris. Doit bien y avoir une demi-douzaine de  donneurs différents à la fin de la journée, dont deux pigeons !

Corky non plus, n'est jamais tombé avec ses lacets défaits.

Corky non plus, n’est jamais tombé avec ses lacets défaits.

« Ferme ton manteau, tu vas prendre froid ! »

Second mensonge honteux ayant marqué nos enfances, le « Ferme ton manteau tu vas prendre froid ! » Maaaaaaais c’est des conneriiiiies !! On n’a jamais pris froid avec son manteau fermé ! C’est justement si tu le laisses ouvert que tu risques de prendre froid. On nous prend vraiment pour des connasses de lapins de six semaines !!

A cause de cette directive j’ai vécu bon nombre de moments humiliants. A commencer par Halloween. Tous les ans, nous fêtions Halloween dans notre résidence pavillonnaire très empreinte de cette culture anglo-saxonne. L’automne étant bien là, il était donc impossible pour ma mère de me laisser sortir déguisée en Fée normale… non… point possible… Peu importe le déguisement, tu te devais d’être couverte. Très couverte. Ne m’avez-vous jamais vue, déambulant dans les rues Montessonnaises déguisée en fée obèse ? Cette fée qui portait son gros blouson sous sa robe légère de taffetas rose ?? Cette fée bibendum ?? La grassieuse fée que je faisais… Aujourd’hui je me suis transformée en fée railleuse et une semaine par mois je deviens la fée Pachié. Le manteau n’était pas la seule obligation vestimentaire dès que la température était en dessous de 20 degrés… il y avait aussi la cagoule. Je l’ai connue sous toutes ses formes. La cagoule avec l’ovale du visage, la version G.I.G.N. avec juste les yeux apparents, la cagoule qui ressemble à un cache-main mais qui n’en est pas un et que tu enfiles à ton cou pour venir ensuite la remonter sur ta tête et enfin, la version écharpe et chapka intégrées… J’ai usé tous les modèles que ma mère trouvait sur 3615 Cagoule, Vitrine Magique et la Blanche Porte…

Oh bah oui, tiens, la cagoule ! J’entends encore ma mère me lancer « Quand tu sortiras de la natation avec les cheveux mouillés en plein hiver, tu seras bien contente de la trouver, ta cagoule ! » Mais Maman !!! J’ai 14 ans !!!!  En plus, où se trouve le plaisir de la cagoule à enfiler en sortant de la natation, les cheveux humides, collés sur ta nuque ? Sentir toute ta tête emprisonnée dans un carcan, alors que tout ton corps encore transpirant continue à sécréter de la sueur. Aaaah bah oui putain que tu as chaud avec ta cagoule !! Mais c’est le fait de l’enfiler qui te donne chaud. Chaud et humide. L’humidité fait ensuite ressortir le piquant de la matière cagouleuse. Les cagoules, ça pique !!  N’y tenant plus, j’ai pris la décision d’arrêter la natation… et pour être sûre, tout autre sport. Je ne souhaite à personne de vivre ce traumatisme de la cagoule.

Rends-toi compte, Jeune! Ouvre les yeux, Mec!

Rends-toi compte, Jeune! Ouvre les yeux, Mec! On dirait une Grosse Bouffonne!

« Attention, tu vas attraper des poux ! »

Dans les phrases que j’ai entendues moult fois, « Attention, tu vas attraper des poux »… Alors oui, je comprends nos mamans, les poux c’est des batards. J’ai moi-même eu le cuir chevelu brûlé à la marie-rose plus d’une fois. Je nous revois, ma sœur et moi, honteuses, une serviette sur nos cheveux attendant que nos amis les bêbêtes décèdent dans nos touffes respectives embaumant la marie-rose et ignorant certainement que tous ces produits chimiques imbibaient nos corps entiers. Mais, bon à l’époque on léchait du bisphénol et on mangeait des YES dans lesquels il y avait de l’alcool ! Sympa l’gouter pour enfants !

Contre les poux, ma mère avait une technique imparable totalement écolo pour éviter la contamination en chantant du Philippe Lavil. Oui, alors, dis comme ça, j’en conviens, ça n’a aucun rapport ! Dès qu’elle me voyait trop proche de mes copines, elle chantait « collé serré », très joli duo avec Kassav ! Lorsque j’entendais ce signal, je devais me décoller instantanément de mes copines, sous peine de fouilles douloureuses au peigne fin…

La technique la plus écologique de lutte contre les poux - exit le kolé séré!

La technique la plus écologique de lutte contre les poux – exit le kolé séré!

« Arrête de loucher, un ange va passer et tu vas rester bloquée »

Et bah sympa l’ange, tiens ! Ça réconcilie avec la religion, j’te l’dis moi ! Croyez-vous que cette malédiction fonctionne pour d’autres choses ? Les culs-de-jatte ont-ils trop joué à la marelle ? Ainsi, cette réflexion m’amène à me demander quel genre de jeu a pratiqué Patrick Bruel pour devenir monobouliste… A-t-il, au cours d’une soirée câline et féline, pratiqué le jeu du « Pose donc mes couilles sur ton nez, ça t’fera des lunettes ?? ». Hop, sur ce, l’ange des Gonades est passé, et bim ! Joli monocle, Patrick ! Peut-être était-ce, en plein été, lors d’une partie de pétanque, alors qu’il était en train de se tripoter l’cochonnet ? Nous ne connaîtrons jamais son tenant et son aboutissant…

Alors, vous ! Parents ! Arrêtez de nous encagouler, de nous emberlificoter!

Vous, enfants spoliés, rebellez-vous ! Insurgez-vous !!

Voici venu l’avènement d’une nouvelle éducation ! Une nouvelle éducation où nous ne mentirons pas à nos enfants. Une nouvelle éducation où nos enfants ne porteront que des Bensimon, attraperont la crève sans manteau, sans cagoule mais avec des chemises col en V hyper profond et pourront loucher tant qu’ils veulent. Nous appellerons cette génération, la génération Y !! La génération juste avant la génération Z ou Génération « fin de race » !

Bon allez, je vais me coucher, il est 20h30 et demain j’ai école. On se sms, kikoo biz looool !

Patrick une célébrité, certes, mais, nu face au miroir, c'est d'abord une victime de l'Ange des Gonades

Patrick une célébrité, certes, mais, nu face au miroir, c’est d’abord une victime de l’Ange des Gonades

Ah que ça m’énerve toutes les expressions et clichés qui permettent de laisser ton cerveau en veille!! Pourquoi tant d’enfermement de l’esprit ? Pas besoin de voyager pour s’ouvrir aux autres, aux connaissances. Titiller, chatouiller sa curiosité. L’éveiller, la nourrir, l’exciter.

Vivant moi-même en société -si, si j’vous jure!- , j’ai l’occasion régulièrement de tomber sur des clichés qui sortent tout-faits, tout empaquetés, prêts à l’emploi, de la bouche des gens sans passer par la case réflexion,.

 S’il a des cheveux blanc si jeune, c’est qu’il a dû avoir beaucoup de stress dans sa vie

Tu connais la généti… ou… bouaif… laisse tomber. Il a dû voir un fantôme hier soir… c’pour ça!

J’ai vu un reportage sur le tatouage et les journalistes disaient que si c’était mal fait, ça pouvait endommager les organes

Effectivement, si un bucheron te propose de te tatouer, prends un instant pour réfléchir.

Moi je ne vais pas voir n’importe quel ostéopathe, le frère de ma meilleure amie connait quelqu’un qui est allé voir un nouvel ostéopathe et il a fini en chaise roulante…

Ça doit être de nouveau l’œuvre du tatoueur-bucheron qui est également boucher-charcutier…

Pour protéger et préparer ma peau au soleil, mon dermato m’a conseillé d’aller au Point Soleil

Je soupçonne ton dermato de vouloir se faire de la tune… ça rapporte le traitement du cancer de la peau… T’as un mélanome, c’est malin!

Mon médecin m’a mis sous antibiotiques

Pas de commentaire, rien que le mot « antibio » me donne des mycoses mentales!

Ecrire sur un post-it et signer par « cordialement »

C’est comme dire avant de raccrocher son téléphone « veuillez agréer Madame, Monsieur, mes salutations distinguées »

Par pitié, prenez le temps de former votre esprit à la reflexion. Penser par soi-même, c’est tellement important ! Je ne suis que trop souvent frappée par la présence, l’omniprésence, de votre poste de télévision dans vos vies.

Combien de fois entends-je « Ah ouai, c’est comme dans la pub de [MesCouillesSurTonNez] quand ils disent [blablabla-bullshit]!! ».

Pourquoi faut-il que les seules références s’attachent à la télévision ? Qui plus est, à la lie de la télévision : la publicité ! Ce matraquage de bullshit enrubanné et parfumé. Je ne lis pas beaucoup, je ne lis pas sur tout, mais je m’intéresse. J’aime discuter, favoriser le contact humain, les analyses, les discussions. J’aime sonder (gnerk) les âmes, j’aime ressentir.

J’ai l’impression que beaucoup de personnes oublient de réfléchir, sont en apnée intellectuelle, en asphyxie. Certaines le sont depuis leur naissance, et le manque d’oxygène a atteint son sombre objectif : griller toutes les cellules du cerveau. Eteignez vos télés, libérez-vous du joug de cet objet. Elle ne vous veut aucun bien. La télé, c’est pire que la cigarette ! Elle attaque vos pensées, votre cœur, votre âme. Oxygénez-vous, faites l’amour, rigolez, buvez, jouissez de la vie ! Débranchez-vous, pour l’Amour de Vous-mêmes, débranchez-vous ! Ressentez et pensez !

Article écrit en écoutant Miss You de Maple Sun qui m’a tout de suite donnée une bouffée d’émotions. Merci.