Articles Tagués ‘caméscope’

La technologie, c’est pas évident pour tout le monde.

Tenez, moi, par exemple, j’ai acquis mon premier GSM intelligent l’année dernière. Seulement ! Et encore, j’en ai pris un semi-intelligent, voire un téléphone totalement abruti, c’est un Blackberry. Les Blackberrys sont tout le contraire des smartphones… Des dumbphones en résumé. Il est décédé 6 mois après l’achat, d’une bête erreur 523. Certainement un truc pas frais qu’est mal passé… D’où le nom, Blackberry TORCHE.

Je suis un peu réticente à la technologie, car malgré le fait que je sois née dans les années 80 et que j’ai grandi dans les années 90 en même temps que les PC, je n’ai pas baigné dans cette culture.

Notre premier PC familial a été acheté alors que j’avais 14 ans. J’avais déjà pratiqué l’outil, des années auparavant, chez mes voisins qui avaient deux ordinateurs (wahoo les riches !) parce que leur papa travaillait chez Bull (wahoo c’est vieux !). On jouait à un jeu où tu tirais sur le château de ton adversaire. Une sorte d’ancêtre de Worms.

Notre premier magnétoscope a été acheté l’année de mes 15 ans. Tous les Disneys je les ai vus chez… mes voisins ! Encore et toujours ! C’est pour cela que je suis à la masse sur les grands classiques du cinéma ! Nous n’avions pas de quoi visionner Rabbi Jacob et autre Grande Bouffe !

Quant à ma rencontre avec celui qui devint rapidement mon meilleur ami, aka el camescope, ce fut vers mes 16 ans.

Aparté camescooooope * jingle*. Le caméscope fut un bel investissement de mon père. Lors d’un voyage à Hong-Kong, mes parents eurent la bonne idée de se faire totalement arnaquer par des chinois. « voooh, bondou’ dézirez-vous que je vous a’naqu-hen ? » ouai, je sais, je fais hyper bien l’accent ! Et voilà mon père reparti avec un magnifique caméscope Sansung! San sung et surtout sans son ! Non seulement la qualité de l’image était proche de 2, mais mon père n’avait jamais utilisé de camescope de sa vie. Il pensait qu’en arrêtant de filmer le décor, le caméscope s’éteindrait tout seul. Le voilà, caméscope en bandoulière sur l’épaule, baroudant dans les rues de Hong-Kong.

Mon père en tongues

La tongue de Daron

Résultat : 7h de bande vidéo de trottoirs Hongkongais ! Un voyage magnifique. Mon passage préféré ? Celui où on voit les tennis bleu et blanc de mon père avec son mollet velu sur le planché d’un bateau et où on entend, dans un anglais approximatif à fort accent francaoui, ses meilleures blagues à d’autres touristes. J’aime aussi beaucoup le passage où mon père avait mis des tongs noires aux passants multicolores, vous savez, on en a tous eues des comme ça ! J’aime aussi le passage romantique du séjour où ma mère avait mis de jolies sandales avec ses orteils aux ongles rouges et où mon père avait mis ses sandales en cuir marron style Jesus from Nazareth. Là c’était quelque chose à voir à Hong Kong !

Ah ! Je ne connais pas Hong-Kong et pourtant j’ai l’impression d’y avoir mis les pieds !

————————————————

Technologies, j’essaie de vous amadouer, mais je sais au fond de moi que vous n’êtes qu’objets et outils. Ô grand jamais je ne serai dépendante de vous!

Dès demain, je commence un blog sur papier! Un quoi…?? …. Un bouquin?? C’est quoi??

 

Chorégraphie sur sacs plastiques

Chorégraphie sur sacs plastiques

Publicités