Articles Tagués ‘cire orientale’

Ouai j’m’épile !

J’ai été obligée, c’est ce qu’on appelle la pression sociale.

Celle qui te dit qu’il ne faut pas que ton persil dépasse du cabas. Et tu cèdes à cette fucking pressure après un été au camping de la plage à St Gilles-Croix-de-vie, quand tu tentes de t’extirper de la piscine en passant l’une après l’autre une jambe sur le rebord trop haut de la piscine, ta target étant derrière toi en regardant les quelques algues dépassants de ton coquillage…

J’ai commencé par l’épilation des jambes au caramel (Ouai, à l’arabe quoi ! Ce que les femmes occidentales appellent la « cire orientale », ce n’est ni plus ni moins du caramel qu’il vaut mieux consommer avant usage parce qu’après, ça chatouille la glotte…). Ma première épilation à l’âge de 11 ans, prodiguée par ma mère, fut une expérience douloureuse, qui se solda par une solution astucieuse de ma production : « T’as qu’à épiler que devant, derrière, on s’en fout ça s’voit pas !! ».

L’épilation des aisselles suivie, puis celle du maillot quelques années plus tard. Quand la forêt gagna du terrain et que les autochtones commençaient à investir les lieux tandis que les industriels misaient sur l’exploitation à grande échelle de mes ares, je m’attelais à un débroussaillage en mode hard core. Ma technique, toujours liées à la cire orientale, s’articulait autour d’un cérémonial bien particulier. Dans ma chambre, chaise face au miroir de mon placard, pattes écartées, bandes de tissus prêtes à sévir, bassine d’eau pour le dépôts des bandes honteuses et velues. Le tout sur du Rammstein. Mettre Rammstein à fond était la condition sinequanon pour une épilation en toute quiétude, le but était, bien entendu, de tirer la bande –plus ou moins passante – sur les passages violents tout en m’exprimant bruyamment. Ich will dass du mich verstehst !!! ‘foirés d’poils !! Je dois avouer que plus d’une fois j’eus peur d’emporter mes lèvres à jamais dans la cire.

Mais par une belle matinée printanière, c’était un mârdi, je crois, Dark Vador arriva avec son sabre laser. Il m’a tendu la main alors que je broyais du noir, seule, sur ma petite planète nommée « les Poils de la Mort », et me fit rejoindre le côté obscur de l’épilation définitive.

–          To be continued… –

Un rétrospective d'épilatoire

Une rétrospective d’épilatoire

Quelle salope cette pression sociale !

quelques références d’épilatoires en musique:

https://www.youtube.com/watch?v=ZHwVBirqD2s

https://www.youtube.com/watch?v=48LfLs4tYHk

Publicités