Articles Tagués ‘Gardien de Phare’

Le phare de Sligo

Le phare de Sligo

Nous sommes partis à 5 par une belle matinée de Printemps vers cette île merveilleuse qu’est l’Irlande. Notre mission était d’aller jusqu’à la petite bourgade sauvage de Sligo. Seul moyen pour y accéder, atterrir à Dublin et prendre une voiture pour traverser de part en part la campagne Irlandaise pour arriver à l’autre côte.

Récit d’une épopée anthropologique en Irlande.

L’Irlande est un pays peuplé de moutons et de roux. Ils conduisent de l’autre côté de la route. Ça n’a rien à voir avec le fait qu’on change d’hémisphère et que l’eau coule de l’autre côté, puisqu’on ne change pas d’hémisphère… Etant sujette au vomito dans l’habitacle, j’étais donc à la place du mort. J’aimais mimer un volant devant moi, et nous rions tous en chœur. Comme c’était drôle, mais drôle ! Non, j’déconne, c’était pas très drôle… Je vais vous raconter la véritable histoire de notre voyage qui changea notre vie à tout jamais.

Le pied à peine posé sur le sol Irlandais, nous nous sommes transformés en une bande de gros cons. On riait de tout, on se moquait de nos autres collègues, on inventait des histoires. C’était comme si nous avions snifé de la lessive en poudre et chiqué des betteraves…

French citizensheep

French citizensheep in a mirror

Durant la longue traversée irlandaise, nous conclûmes que la campagne irlandaise n’était pas si jolie, quoi ! Finalement ils sont assez bocages dans ce pays, on se serait cru vers Lisieux, au mieux vers Bernay et Marolles. Nous eûmes tout le loisir de réfléchir à la qualité de la végétation luxuriante. Les prés étaient vêtus d’herbes vertes et rases et étaient parsemés çà et là de touffes de plantes. Nous notâmes tout de même que les moutons étaient des grosses baltringues parce qu’ils ne broutaient jamais les « touffes »… alors oui… sortie de son contexte effectivement, cela parait logique… mais quand même c’est important de noter que les moutons font la fine gueule sur cette île !

Kevin le moutache consanguin

Kevin le moutache consanguin

Revenons à nos moutons. Savez-vous que les moutons sont confinés dans les mêmes prés que les vaches. Et comme nous sommes au Nord de l’Europe, ça reste le Nord de quelque chose, du coup, ça se mélange de partout, ça consanguine sec et c’en est venu à créer une espèce susnommée « moutache ». C’est comme cela que Padraig O’Sullivan, le vieux sage roux Gaélique qui sent la bière et l’urine surtout par temps humide, explique l’apparition de cette race de mouton blanc à tête noire. En définitive, c’est simplement la conséquence d’un gang bang mouton-vache, d’une soirée libêêêêêêrtine avec entrée gratuite pour les gros pis.

Après moult kilomètres toujours tout droit malgré trois ronds points sur 150 kilomètres, nous avons émis l’hypothèse que peut-être, tous les moutons du paysage n’étaient pas forcément des vrais. Parce que, c’est vrai quoi, les champs étaient super bien décorés, ça paraissait limite louche autant de symétrie. Ou alors, ils ont trouvé un process industriel de production du moutache. Je pense que l’industrie du moutache en Irlande est en plein essor. Nous on leur fait peut-être bouffer du cheval, mais eux préparent une armée de moutaches et ça, personne n’en parle !!

Arrivés au bout de notre périple, là où y’avait plus de route, nous nous sommes arrêtés dans notre hôtel. J’eus la chance de récupérer la chambre d’un homme vieux, certainement roux – 99% de chances – , ayant de gros problèmes de tremblements des membres et notamment d’un en particulier. En effet ma cuvette était toute tachetée de gouttes d’urine, on aurait dit un Van Gogh ! Un peu comme le « Wheatfield », sauf que là c’était le « WetField ». Bim ! Paie ton jeu de mots international et culturel!Van Gogh _ weatfield

La suite de notre court séjour ne fut qu’amusement et business. Après avoir brisé la glace avec un collègue anglo-saxon lors d’un dîner en lui demandant « who’s your daddy ?» et après m’être dessiné des moustaches afin de ne pas être reconnue à l’aéroport au retour, je pense que nombre de ces détails n’ont que peu d’intérêt. Cela dit, ne vous laissez pas distraire et restez sur vos gardes, les moutaches veillent… les moutaches veillent…

J’espère chroniquer de nouveau sur un pays que j’ai visité afin de vous donner l’envie de globe-trotter.

Si vous avez l’occasion d’aller à Sligo, vous ne le regretterez pas, cette ville est sauvage, mignonne, entourée de nature et juchée sur de majestueuses falaises donnant sur des plages de sable noir. Magnifique!

La bise.

Publicités