Articles Tagués ‘La culotte’

Ô toi, culotte !

La culotte a su traverser les âges avec dignité.

La culotte a su se montrer au fil des années, sexy, provocante, parfois délaissée mais jamais has-been !

Le string a cru, pendant quelques années, prendre le dessus, mais on ne peut pas le nier, la vulgarité lui colle à la ficelle, la culotte, elle, a su rester classe.

« Je n’ai pas mis de culotte ! » dit d’un air fripon aura toujours plus d’effet qu’un « J’ai pas mis de string ! » qui vous donnera l’air d’un tapin d’autoroute. Excusez ma violence, mais sachez-le, cela est vrai !

La fameuse phrase aguicheuse qui pourrait être prononcée par n’importe quel Sylvain Mirouf, éminent magicien de son état, « Je vais te faire disparaitre ta culotte, tu vas voir si j’suis pas magicien ! », perdrait tout son piquant si l’on ne parlait pas ici de culotte mais d’un vulgaire string irritant les zones de frottements !

Mallaury Nataf et la disparition de culotte... Est-ce là un mauvais tour de Sylvain Mirouf ou de Giorgio le mentaliste ?

Mallaury Nataf et la disparition de culotte…Fut-ce là un mauvais tour de Sylvain Mirouf ?
Giorgio le mentaliste aurait-il pu prévoir l’incident ? 

Etymologie de la culotte

Il est vrai que le nom culotte, quand on y pense, n’est pas évident à porter… Le suffixe « otte » ajoute un sens diminutif du mot « cul ». Petit Cul. La question que je me pose « Pourquoi voudrait-on diminuer un cul ? » N’est-il pas beau ce postérieur charnu prêt-à-manger ?!

Je ne veux pas partir sur la théorie selon laquelle le suffixe « otte » ou « ote » ajoute un côté péjoratif comme dans parlote ou camelote. Non. La vue de la culotte n’a jamais été péjorative, de tout temps, en tout pays. Point.

Faire glisser une culotte est élégant, sensuel, charmant… il n’y a qu’à voir l’enroulement vulgaire et tortillé d’un string trop pressé d’en finir !

Les académistes auraient pu s’atteler à redorer le blason de la culotte en lui ajoutant le suffixe « oire ». Celui-ci désigne souvent un objet fonctionnel. Exemple : une baignoire, une armoire. Ce suffixe peut également désigner un lieu d’exercice. Exemple : un laboratoire, un fumoir.

Une Culoire aurait pu souligner toute la fonctionnalité de l’objet et le faire exister en tant que lieu d’exercice… Pourquoi pas !

Le suffixe « ette » qui implique aussi une idée de diminutif aurait pu également convenir.

Une Culette aurait pu mettre en valeur la préciosité de l’objet. Une petite culette laisse imaginer une culette mignonne et coquine, un objet précieux, un trésor.

Les mathématiciens et physiciens s’insurgèrent et s’opposèrent à la mise en fonction du mot culette, de peur des déviances au CNRS. Le mot culette ayant une sonorité trop proche de calculette. Imaginez le merdier si un confrère physicien entendait : »Michel, fais péter ta culette ! »

La culotte et l’enfance

Force est de constater le manque de charisme du Sans-Culotte...

Force est de constater le manque de charisme du Sans-Culotte…

La culotte nous accompagne depuis notre plus tendre enfance. Elle est très féminisée. Allez dire à un p’tit mec « Va mettre ta culotte ! » il s’offusquera en un rien de temps et préfèrera usiter le mot « slip » ou « slibar » qui plus tard, lui, deviendra totalement has-been et dégueulasse sur un homme d’âge adulte et carrément vomitif sur une personne d’âge désuet.

Qui n’a jamais eu l’impression de passer pour une slut à l’âge de 5 ans parce que Jonathan avait réussi à voir ta culotte ? (Jonathan est d’ailleurs devenu gay par la suite, je pense que ce jour fut une révélation pour lui, et finalement, je suis heureuse d’avoir facilité son coming out.)

La culotte et l’Histoire de France

La culotte aurait pu accompagner la Révolution Française mais ces défroqués de révolutionnaires ont préféré la laisser de côté. Les Sans-culottes, qu’ils disaient ! En opposition aux gens qui en portaient et qui étaient nobles et pétés de tunes. Posez-vous les bonnes questions ! A votre avis, pourquoi ces gens avaient le pouvoir ? La réponse est dans la culotte… Je suis certaine que nos chers révolutionnaires auraient eu plus de force de frappe s’ils avaient montré qui porte la culotte !

Savez-vous qu'une femme sur trois dès 35 ans souffre de fuite urinaire ? (ça n'a rien à voir, mais je tenais à vous le dire).

Savez-vous qu’une femme sur trois dès 35 ans souffre de fuite urinaire ? (ça n’a rien à voir, mais je tenais à vous le dire).

La culotte et ses détracteurs

Soyons honnêtes, la culotte ouvre un panel de possibilité bien large de jolies pensées coquines. Mais il existe des détracteurs au sein du clan culotte qui ne sont pas des petites frappes.

Nous noterons les grosses culottes en coton qui tâche de type Playtex, Tex et autres Dim qui sont « vachement bien quand j’ai mes règles » mais qui, ne nous mentons pas, ont tendance à se taper l’incruste un peu trop souvent au quotidien. Ne tombez pas dans le piège Mesdames, ces culottes-là sont fourbes parce que confortables. Il faut savoir s’en séparer en temps voulu.

rentre dans les fesses

Il est vrai que même si nos fesses mangent not’ culotte, le poly reste sexy…

Il existe également le gang des Poly. Polyéthylène, polyesters, polyuréthane… Celles-là, il faut s’en méfier. Elles ont l’air doux et jovial mais ne sont, en fait, que plastique et désolation. Leur douceur les rend glissantes et c’est là que l’on voit qu’elles sont mal dans leur peau. Elles aspirent à être des strings et n’assument pas leur côté culotté puisqu’elles glissent à longueur de journée dans votre sillon inter-fessier, aka « vot’ raie du cul », pour les moins lettrés d’entre mes lecteurs. Vos fesses mangent littéralement vot’ culotte, Mesdames ! Ce qui rend cela très désagréable ! Beaucoup trop de tissu dans un endroit si contigu ! Par ailleurs, n’oublions pas que le plastique c’est certes fantastique, mais ça fait transpirer. On ne veut pas transpirer de notre intimité. Notre intimité doit se faire oublier en journée.

Nous avons, enfin, la bande des Ouvertes. Trop c’est trop ! Choisis ton camp, choisis ton combat ! Sans compter que toute la journée/soirée les lèvres à l’air, tu risques de gercer et d’avoir la bouche pâteuse ! Personne ne veut connaitre cela, personne ne veut se frotter à du papier de verre ! Alors non… je dis : place à la culotte traditionnelle !

Pour toute culotte ouverte achetée, un labello offert !

Pour toute culotte ouverte achetée, un labello offert !

Culotte un jour, culotte toujours !

C'est pas Yum-Yum ça ?

C’est pas Yum-Yum ça ?

Mesdames, ne soyez pas complexées par vos culottes, assumez-les, l’Humanité vous en sera reconnaissante !

La culotte sait traverser les âges et sera toujours coquine. Oui, car c’est la coquinerie que je chéris tant ! La coquinerie de souligner sans dévoiler, cacher sans cacher et la magie de laisser deviner.

Les danseuses de French cancan, les professionnelles de l’effeuillage, et les femmes coquines et câlines vous le diront. La culotte c’est sexy !

Alors voilà, mon souhait au Père Noël, j’aimerais avoir la longévité et la classe de la culotte, s’il te plait. Bisous.

Père noel culotte

Le Père Noël, lui aussi, aime les culottes…

Publicités