Articles Tagués ‘Les expats’

Bon, voilà, ce n’est un secret pour personne, dans la vie, moi, je suis une kônassss !

J’aimerais tout de même revenir sur la définition de la kônassss qui est loin d’être proche de la connasse. Rien que par cette phrase, vous commencez à percevoir la nuance.

Lors d’un précédent billet sur les insultes, je me permettais de vous éduquer peu à peu à cette notion. Mais aujourd’hui, j’ai voulu aller plus loin dans l’analyse afin de vous sortir de ce marasme culturel dans lequel vous errez depuis maintenant trop longtemps.

Comme je trouve ça génial de me citer, je vais donc le faire : « La connasse, prononcée « kônassss » c’est souvent moi. C’est la nana qui parle trop vite, ou qui pose des questions cons, la gentille conne en quelque sorte. » (Les insultes) Vous trouverez tout de même cela cocasse puisqu’au final je me cite tout le temps, puisque c’est moi qui écrit mon propre blog, n’était-il point rigolol?… voilà, voilà…

Au fil du billet, vous allez voir votre ignorance s’effacer peu à peu, un peu comme si le citron de ma connaissance dissolvait la plaque dentaire de votre ignorance… voyez ?

Ce terme apparut dans ma vie, un mârdi. Lorsqu’un ami professeur de lycée me raconta une bien jolie anecdote. Il convoqua un jour une grosse Mama africaine avec sa fille afin de discuter du comportement de celle-ci. Elle ne faisait que sécher les cours. Alors que mon ami le professeur exposait les faits à la grosse Mama, celle-ci l’interrompit, en se retournant vers sa fille. Elle la regarda et lui balança sa main large et ferme au travers de la tronche et lui lança avec son accent Africain : « Kônassss ! Tu vas finir à la DDASS !!! ». Cette expression était née. C’était beau, c’était la direction que je voulais donner à ma vie !

Le mot kônassss s’utilise donc souvent avec l’accent Africain en se tapant le front du plat de la main. Une sorte de « d’oh ! » d’Homer Simpson.

Alors, voilà, je suis une kônassss.

Je suis une kônassss parce qu’à chaque fois que mon mec me demande pourquoi je suis chiante, je lui réponds d’un air méprisant, d’un air de dire « tu lis la presse ou bien ?! » : « je suis chiante parce que je vais avoir mes règles !! ». Comme si le fait de devancer la remarque faisait que je prenais le contrôle de la situation, voire je légitimais le fait d’être une kônassss !

C’est normal que je sois une vraie morue dessalée, j’ai le droit, j’ai l’immunité ! Le totem de la kônassserie ! Finalement, quand je réponds ça, je devrais tout aussi bien faire le raccourci suivant :

–          Pourquoi t’es chiante, là ?

–          Parce que je vais avoir mes règles !!  suis une kônassss pardis, mon chéri, tu le sais bien, mon Amour !

Je suis une kônassss également parce que quand j’ai ma collègue que je peux pas blairer qui m’envoie un email me demandant des informations que j’ai déjà envoyées y’a 3 jours de cela, je renvoie un mail bien assaisonné aux tessons de bouteille pour lui dire que j’ai déjà envoyé ces informations, « merci de lire tes emails »… pour me rendre compte que dans l’email, il manquait justement cette information… ← kônassss ! C’est comme si je prenais mon nez avec mes petits doigts et que je le fourrais directement dans mon caca…

Aparté sur la formulation « Merci de… », à laquelle j’ai envie de répondre « Merde, si ! ». Cette expression, que j’exècre, rassemble mépris, totalitarisme et défécation dans ta bouche. J’ai horreur de cette façon de donner des ordres sous couvert de politesse !

Ex : Nestor, merci de nettoyer ma caisse à caca avec votre langue !

C’est pour cela que je n’utilise cette expression qu’avec parcimonie lorsque je réponds aux sacs-à-purins qui me l’ont adressé, sorte de technique « miroir magique ». On trouve également la technique « j’me fous d’ta gueule » en répondant à la demande suivante « Merci de me faire parvenir le document asap » par cette phrase polie et efficace : « S’il te plait de bien vouloir trouver le document demandé ». Tu peux toujours finir par la formulation ChantalGoyesque « Bien à toi » qui ne veut absolument rien dire mais qui est tout aussi foutagedegueulesque. Bien à toi et mieux à moi parce que moi mieux.

Je suis une kônassss parce que la dernière fois j’ai appelé mon boss pour lui dire que je ne pourrais pas venir au bureau parce que ma serrure était cassée. La clé tournait dans la serrure mais ne fermait pas la porte. J’ai donc appelé mon assurance qui a contacté un serrurier qui m’a appelée. Lorsque celui-ci m’a demandé d’aller voir la marque de la serrure qui se trouvait sur la clé, je me suis rendue compte que je n’avais pas mis la bonne clé dans la serrure… mais je n’ai rien dit… j’ai simplement pris mon air de Jean Lefebvre et ai dit « Oh… attendez Monsieur le serrurier… j’ai l’impression que ma clé fonctionne de nouveau… hum…. C’est vraiment bizarre… ! Ne raccrochez pas, je fais quand même deux essais pour être sûre… ! » J’ai tout de même conclu la conversation par cette blagounette très Meurinienne (Meurine) dans un gloussement dindal « Hihihih c’est parce que vous avez appelé que ça remarche » LOLILOOOOOOL  kônassss !!!

Une situation de kônassss très rapide. Tu croises quelqu’un que tu connais dans la rue. Cette personne ne te reconnait pas mais te répond quand même. Tu le vois dans ses yeux qu’elle ne sait pas qui tu es. Mais pourtant, tu l’entends lancer un « ça va ? » alors que tu continues à marcher, tu réponds sans te retourner « Ouaiiii, tranquille! Et toi ? », tout en te rendant compte qu’une voix masculine lui répond « Ouai, mec, c’était cool hier soir !! blablabla »… y’avait un mec derrière toi qui lui fait un check…  kônassss ! Non mais sérieux, ça donne envie de chanter du Laura Pausini ! La solitudineeee!

Dans le même style, on te présente quelqu’un et cette personne est asiatique. Et bah tu peux être sûr que dans les 5 minutes qui suivent, si le contact passe bien, je vais me mettre à parler avec l’accent asiatique ! Du coup, tu passes pour une grosse racho, alors qu’en fait, ça n’est pas du tout ton cas, tu es juste une kônassss ! ça marche aussi avec l’accent du Nord, l’accent du Sud, ou l’accent crwéole ! Tu es juste une sacrée kônassss !

Un jour je fus invitée à la projection privée d’un pilote d’une websérie très sympa (Les Expats, avec mes copains Corneliu, Sebastian et Pierre), et alors que je sirotais une coupette de Champ’, je me suis mise à discuter avec l’une des comédiennes de la série que j’avais trouvé bonne dans son rôle. Je lui ai lancé un : «  Tu joues hyper bien la connasse ! » et elle m’a simplement répondu hyper hautaine, en s’étouffant avec son petit four au chèvre… « Euh… mais mon personnage n’est pas une connasse ! »…  ah… ok… et bien, figure-toi, que du coup… bah… tu joues mal !! Non, bien sûr, c’était faux… j’ai donc enchainé sur la sécheresse des petits fours et sur le lustrage de son cul avec ma langue afin de me rattraper sur ce que je venais de balancer…  kônassss² !

Je pense sincèrement qu’être kônassss est un don. N’est pas kônassss qui veut ! Pour être une bonne kônassss, il faut être con et ass à la fois. Soit con et cul et tu m’auras convaincue ! Mais en même temps, une kônassss doit avoir une certaine prestance!

La langue française nous fait cadeau de ce mot. On a tellement plus d’insultes féminines que masculines. Des insultes mauvaises, qui sont dures. Salope, Pute, Chienne ! Mais nous avons le Connasse ! Le connasse rassemble en son sein la pouffiasse, la morue et la boulette. Les hommes ne pourront jamais se vanter d’avoir un équivalent masculin. Connard s’en rapproche, mais reste un peu violent. Je ne l’utilise qu’avec précaution avec des hommes qui s’en qualifient eux-mêmes. L’enfoiré est trop faible, l’enculé est trop direct. Finalement, qualifier un homme de connasse devrait devenir une habitude, ce pourrait être notre cadeau pour qu’ils n’oublient jamais qu’il ne faut pas se prendre au sérieux et qu’il faut assumer son côté connasse !

J’en connais de plus en plus autour de moi qui assument leur côté kônassss, alors… faites passer le mot, mes kônassss !

Mon Dieu qu'elle est kônassss!

Mon Dieu qu’elle est kônassss!

Publicités