Articles Tagués ‘Ligue Majeure d’Improvisation’

Si vous pensiez être énergique et vivant, laissez tomber. C’est Yann Stotz qui gagne.

Yann-STOTZ-onemanshow-headerYH
Pour démarrer cette chronique à la manière d’une kônassss, je dirais « Nan mais wa-hoo, quoi ! ».

Je sors du spectacle de Monsieur Stotz, c’était beau, vivant, drôle, musical puisque music-hall !
Ce genre de spectacle devrait remplacer la salutation au soleil chère aux adeptes de Yoga puisqu’il tonifie votre corps sa race et vous empêche de dormir comme si vous aviez pris des ecsta !

Comment décrire ce spectacle… Music Hall certes, mais plus Music Hole, si l’on compte toutes les blagues sur le caca.

Rentrer au théâtre Michel, c’est comme rentrer chez mon ami de Lycée bourgeois Jean-Pascal, qui, lorsque je demandais ce que faisait son père, me répondit : « il est allé chercher mon frère à la gare ». (cf Ah… les cons !)
Bah pareil. Le bourgeois aime la moquette et le velours rouges. Ça lui rappelle Cannes, certainement.
Ce théâtre est magnifique. Même les chiottes sont tout de rouge vétues. Pas d’velours sur la cuvette, mais vu l’odeur d’urine qui s’en dégageait, valait mieux p’têt pas pousser.
Niveau salle, on part sur de la fresque plafonnesque classique, des sièges (en velours rouge, vous en conviendrez), une vioc… une ouvreuse en chaussons Isotoner qui tend la main comme une roumaine alors qu’elle vient d’te dire d’un air désagréable : « C’est vaguement par là, connard, j’suis payée qu’au pourboire (siiiii, elle l’a dit avec ses yeux !) », mais c’est illégal Madame ! Viens-là que j’dénonce ton employeur, Monsieur Michel! Du coup, grande Seigneuse, j’ai raclé le fond d’ma poche et lui ai filé un mouchoir usagé… enfin, vu l’expression faciale de M’ame Isotoner, c’était tout comme.

M'ame Isotoner, une femme charmante.

M’ame Isotoner, une femme charmante.

J’oubliais, du fait de leurs hauteurs démesurées (1/2 nain au bas mot), attention aux marches dans les gradins !
On aurait pu voir apparaître Jean-Luc Reichmann, que nenni, ce fut Pef… non euh… Zaz… non trop d’gencives… euh Tex qui prit place non loin de moi.
Je pense qu’il a d’ailleurs perdu l’usage de son oreille droite à cause de mes cris suraigus.

Je n’oublie, bien sur, pas la brochette de l’amicale UMP qui était assise devant moi. Une brochette un peu faisandée par la vie, les serre-têtes et le bon vin.
Gonzague, Marie-Monique, (2 qui la tiennent, 3 qui font rien), Pierre-Emmanuel et bien sur Jean-Marie.
Le spectacle commence.
Monsieur Stotz, en costume, entouré de ses musiciens du grand orchestre de manamana (j’ai pas r’tenu le nom, j’en suis confuse).
Décidément, ces derniers temps le jazz est, le jazz est là !
On a du piano, d’la batterie, d’la basse, deux trompettes, un saxo et un trombone. Magnifique.

stotz1

La ligne directrice de Monsieur Stotz : faire un spectacle classe. Mais il dérape. Il n’y peut rien, ça sort tout seul.
Comme lorsque j’eus 14 ans (30?) pendant la fameuse gastro de Noël et qu’accoudée aux toilettes, occupée à me délester joyeusement de quelques saucissons cuits aux éclats de pistaches, mes sphincters décidèrent de tester l’étanchéité du carrelage de la salle de bain de mes beaux-parents. Sphincters 1- Carrelage 0.

Monsieur Stotz alterne entre Sinatra, caca, Bécaud et prout.

Marie-Monique et Gonzague rirent à tour de rôle par de grands « Hâ ! Hâ ! Hâ ! » en cherchant l’approbation de leurs pairs.
rrrrrrroh ! Il a dit « chiasse », c’est osé !
C’est bon la honte !

Yann Stotz est un peu le gâteau de semoule Senoble de la classe Bourgeoise.

Je vous laisse faire le parallèle entre Yann Stotz et la substance blanchâtre en direction de la gorge de la madame. Ou pas.

Je vous laisse faire le parallèle entre Yann Stotz et la substance blanchâtre en direction de la gorge de la madame. Ou pas.

Quelle énergie il déploie sur scène ! C’est impressionnant !
Certes, je l’ai déjà moult fois vu lors de Versus d’impro – Duels d’impro organisés par la Ligue Majeure d’Impro au
théâtre Clavel, une fois par mois, infos ici.
Mais pendant toute la durée de son spectacle, il n’arrête pas !
Ce mec balance du mouvement, de la vanne à nous vider de rire ! Il utilise son corps comme jamais (sur scène, j’entends, bien sur…).
Il a grandi avec les Monty Python, et ça se voit ! Monsieur Stotz est tellement nombreux dans son corps, c’est un peu le Clara Morgane du one man.

Clara Morgane reprend Tata Yoyo.

Clara Morgane reprend Tata Yoyo.

Il a cette manière d’enchaîner les idées, sans même parfois finir ses phrases, ce qui pousse le spectateur à visualiser ce dont il parle, alors qu’il enchaîne sur une autre idée.
Du coup, Monsieur Stotz a toujours une longueur d’avance sur toi, et toi, dans ta p’tite tête de spectateur, tu enchaînes les images hilarantes dans ton ciboulot, comme les diapos d’une soirée queue-leu-leu au Cap d’Agde.

J’en ai vu des spectacles d’humour drôle, j’en ai déroulé des kilomètres de tickets ! Mais là, mon gars… !!! Monsieur Stotz m’a soufflée !
Pendant qu’il racontait d’la merde (si, si, là on peut vraiment dire qu’il racontait d’la merde), j’en étais même parfois à encore rire d’autres conneries qu’il avait dites avant. C’est simple, j’ai pas du tout été ballonnée d’la soirée. C’est dire que mes abdos ont dû tout comprimé mon côlon qui s’est senti serein et décontracté.
Mon côlon, ma vie. (Glâne quelques infos ici, tu comprendras mieux).

Je n’arrive pas à résumer. Il faut le voir sur scène, Monsieur Stotz est magique !
Il imite, il chante à merveille, il est drôle, cocasse et sincère. Un vrai bonheur !
Ses musiciens étaient au top, surtout qu’exception d’un, tous découvraient le spectacle en même temps que nous, ce qui ajoutait au côté convivial et sincère !

J’ai été émue lorsqu’il a chanté du Reggiani. J’ai ri quand il a parlé des chiens, des chats, quand il a pris son cours pour devenir James Bond, quand il a revisité le magnifique conte de la Belle au Bois Dormant, quand il a chanté la sérénade à sa bien-aimée…

Je vous encourage à guetter cet homme-là. Suivez-le !
Il anime en ce moment le Battle Show sur l’Enorme TV, tous les samedis à 20h50.

Pour ma part, je suis chanceuse, il sera notre professeur d’impro very soon…
Churros, chevaliers, Paul-loup Sulitzer, fantômes, paupières, Mireille Mathieu, lutins farceurs, vahiné… ces mots sont liés.
Le lien, c’est Monsieur Stotz !

La page Youhumour de Yann Stotz c’est ici !

Prochaines dates à LYON, mes canards, pour son spectacle avec la talentueuse Cécile Giroud, infos ici !

Guettez les infos sur les Versus, il réapparaitra certainement en 2015… infos ici !

tiens... c'est rigolo... ya pas Manu dessus...

tiens… c’est rigolo… ya pas Manu dessus…

Voilà mon coup de cœur de l’hiver 2013/2014 !

En même temps, mon jugement est biaisé de base par la présence, que dis-je, l’aura de Monsieur Emmanuel Gasne !

Emmanuel Gasne… Qui donc ?

Vous, qui êtes fans d’impro ou de Héro Corp, c’est le grand mec en costume qui présente les grands matchs d’impros de la LMI (Ligue Majeure d’Improvisation) à la Cigale contre Héro Corp ou encore le Québec, que sais-je !

Pour les intimes de ce genre de spectacle, Emmanuel Gasne c’est le grand mec qui finit en slibar (Lothar) sur scène à la Cigale. Ah bah ça y est… vous le situez !!

Première fois que je l’ai vu sur scène, c’était en 2012, un vendredi, je m’souviens ! Le coup de foudre artistique comme j’en ai parfois ! Je suis pas une catin du comic hall, ni une fille facile de la galéjade, mais Emmanuel Gasne, moi, j’suis fan ! Ce mec est lol, voilà tout.

Enfin bref, assez parlé de lui ! Il en a eu pour son grade, le saligot.

Le grand showtime est donc un show d’improvisation, quasi-uniquement d’impro, puisque la présentation des comédiens est la seule partie écrite. Soyons honnêtes !

La joyeuse bande du showtime est là pour nous servir. Nous, public adoré !

Drôles, sexy et spirituels, un plaisir les yeux mais pas que !

Drôles, sexy et spirituels, un plaisir pour les yeux, mais pas que !

Les thèmes viennent du public de manière anarchiquement et subtiquement bordelesque et c’est ça qu’c’est bon ! (subtiquement est un mot qui existe, y’a qu’à demander à Farid, qui fait partie de la fine équipe.)

Au niveau des comédiens, ils sont géniaux ! En quelques minutes on les adopterait bien comme bande de potes ! Chacun a sa personnalité bien marquée, chacun a sa couleur de jeu. J’aime parfois parler comme Bruno Vandelli, je trouve ça classe.

Ils s’enflamment, s’échauffent, parfois pouffent, et déconnent à tout va en respectant les différents thèmes.

Ma petite praline de Proust à moi : les improvisations chantées (Marcel ne bouffait pas que des madeleines, le con!). Peut-être parce qu’elles se rapprochent le plus de ce côté enfantin que je tends à retrouver. Ce côté totalement décomplexé (encore plus que la droite) qui me permettait d’inventer les paroles à mesure que je les chantais. C’est ça en fait l’impro, c’est retrouver cette propension à en avoir rien à branler de ce que les autres pensent quand tu vis ton truc à fond ! Et bah croyez moi, cette bande là, elle s’en bat les cordons bleus et elle se donne à fond !

Un véritable moment Nutella (non, cette fois-ci, pas celui-là, Manu…). Une tartine de miel dans ta tronche ! Un rush de sucre et sans huile de palme.

Ô comédiennes et comédiens, je vous applaudis ! Je salue votre passion, votre ardeur que l’on sent parfois dans les geysers qui jaillissent de vos bouches endiablées, votre enthousiasme (j’imagine que ce mot est difficile pour Farid, par exemple, je t’invite donc à le noter dans ton répertoire de nouveaux mots, juste à côté de « subtiquement »).

Concernant la structure du spectacle, pas d’essoufflement possible, on est tenu en haleine car les changements d’impros sont savamment rythmés, les exercices originaux, et le ton est toujours bon enfant.

Si vous y mettez les pieds, vous y retournerez, car chaque soir est différent, chaque soir est unique, n’ayez crainte, approchez, vous allez vous régaler !

Rendez-vous les vendredis et samedis soir à 22h30 Au Point Virgule : pour vos billets, cliquez ici !
Simon Astier et Emmanuel Gasnes avant "la déculottée"

Simon Astier et Emmanuel Gasnes avant « la déculottée »

Simon, Manu et Richard juste après ...

Simon, Manu et Richard juste après …