Articles Tagués ‘Noël de merde’

Je dédie cet article à tous ceux qui le vivent chaque année et à Damien Gillard qui a fait une vidéo qui m’a sincèrement parlé au fond de moi-même…

A mon tour, laissez-moi vous transmettre ma fucking magie de Noël !

Lorsque j’eus 10 ans je passai le pire Noël que l’on puisse passer. Enfin… le pire à mon échelle… bien sûr, j’étais bien portante, bien sûr j’avais un toit au-dessus de la tête et bien sûr, j’eus des cadeaux… N’empêche que ce fut le Noël où mon père engendra une scission au sein de la famille et je découvris que y’a pas que de l’amour à Noël!

Bienvenue dans la vraie vie Juliette ! Tu r’prendras bien un peu d’chapon ?

Je compris alors que cela ne faisait que commencer… Une malédiction, pensais-je.

Je me faisais la réflexion pas plus tard que là tout de suite maintenant : Si on accompagne toujours le nom « Noël » de l’adjectif « joyeux » c’est bien parce qu’on n’est pas certain, cette année encore, qu’il le sera ! Du coup, on te le souhaite joyeux ! Avec un peu de chance, ce sera le cas ! Sait-on jamais, les miracles existent, tout comme le Père Noël !

Et oui, nous entendons souvent parler de la Trève de Noël… A ce concept je dirai, deux points, ouvrez les guillemets « bullshit ! bullshit ! ». C’est justement le contraire !!

Noël c’est LE jour de l’année où tu peux te mettre sur la gueule avec toute ta famille ! C’est une fête qui a été inventée pour ça ! Les Chrétiens se sont approprié l’évènement avec la naissance de Baby Jesus dans l’étable, mais en réalité, Joseph, qui n’était pas le père, faisait bien la gueule ce soir là, et je peux te dire que bourré comme il l’était, il était à deux doigts de contacter la DDASS !!

Fuck

Enfin bref, je m’égare…

Je disais donc que c’est le jour de l’année où tu réserves tes meilleurs dossiers poussiéreux pour les jeter, dès que tu te sens un peu chaud, à la tronche des gens que tu aimes le plus au monde. Cela va de soi, sinon ça n’a aucun impact, et du coup, c’est beaucoup moins rigolo, vous en conviendrez !

Force est de constater que la puissance de la fête te mène même à t’embrouiller sans aucune raison !

Noël approche !

oh, déjà ?

As-tu préparé tous tes dossiers ?

Oh, non !

Pas de panique, à Noël, tout est permis, tu peux te mettre sur la tronche sans aucun prétexte !

Dernier souvenir en date, « l’épisode de la gousse ». Petit aparté, la « gousse » désigne dans mon langage un quartier de clémentine. Voilà, moi j’appelle ça une gousse !

Un soir de Noël au moment du dessert, alors que des petits angelots flottaient autour de nous, ma mère apporta des clémentines. Mon père commença à en éplucher une. C’est à cet instant que tout bascula.

Ma mère, cette insolente, déclama « tiens, c’est marrant, d’habitude tu ne manges pas la peau des quartiers ! »

Effectivement, mon père les mâche puis recrache la peau (plus ou moins discrètement -ouai c’est dégueulasse, mais c’est comme ça!-). J’ai également toujours fait ça depuis toute petite, trouvant que la peau était dure. Ma mère me disait toujours « ça va pas te boucher le … hein ?? », mais dans le doute, on ne sait jamais, soyons prudents, évitons l’occlusion, me disais-je.

Bref, je reprends.

clementineMa mère, cette insolente, déclama « tiens, c’est marrant, d’habitude tu ne manges pas la peau des quartiers ! ». Quelle indécence d’attaquer sur un tel sujet en ce soir de Paix dans les maisonnées !

Quelle impudence de jeter cette anecdote comme l’on jetterait un gant au visage !

Plus qu’une provocation, ce fût une invitation au duel !

Mon père, rouge de rage: « quoi ?? Mais n’importe quoi !! C’est pas vrai !! Tu inventes toujours les choses !! C’est des conneries! Toujours prête à faire ton intéressante!! ». Il jeta sa serviette à table, et se leva de table, furieux comme jamais!

Et ouai les mecs ! Moi, j’ai vécu ça ! Un peu jaloux ? Non mais parce que sincèrement, on a rarement vu motif plus bidon pour gueuler le soir de Noël !

Par conséquent, chaque année s’est établi, par la force des choses, une sorte de concours avec mon amie Filochard, du Noël le plus glauque en famille. A quelle heure furent prononcées les premières insultes, au bout de combien de verres et qui quitta la table en premier.

Je pense qu’en parler ensuite était le seul moyen d’exorciser ces moments…

Il faut dire, à la décharge de ces éléments perturbateurs, de ces trublions du merdier familial, de ces… fouteurs de merde – il n’y a pas d’autres mots –, qu’ils sont tout simplement les résultantes d’une pression sociale ! Oui, Camarades !

Fin Novembre, ça commence déjà… tu entends des murmures à peine distincts. Puis à mesure que les jours passent, ces murmures se muent en chuchotements puis en mots audibles et bien compréhensibles. Noël…. Noël….. Noël……… Noëëëël…….

La pression monte, monte, jusqu’à atteindre son paroxysme le 24 au soir et hop, tout pète !

Joyeux Noël, bande de connards !

Noël, ça reste quand même en définitive le putain de moment où il faut être heureux ! T’as pas le choix, mon gars, il faut que tu sois heureux, en forme et disposé à t’amuser ! C’est OBLIGATOIRE puisque tout le monde est HEUREUX !! Alors pourquoi toi tu n’y arrives pas, hein ??

La soirée est généralement découpée en deux parties.

–          Le moment UP qui peut s’illustrer ici par un épisode de la gousse ou tout autre moment de tension à motif varié (chaussettes dépareillées, raie à gauche plutôt qu’à droite, renversement d’un verre d’eau sur la nappe blanche…)

–          Le moment DOWN.

Le moment DOWN arrive une fois que l’on s’est bien échauffé et que, mes lecteurs bilingues l’auront compris, l’ambiance redescend.

Tu peux ainsi faire sortir André Rieu du placard car c’est l’instant larmoyant. Chez nous, c’était au moment où l’on commence à penser à ceux qui ne sont plus là… les grands-parents décédés… ce qui est un vrai moment triste parce qu’on aurait tellement aimé qu’ils soient avec nous ce soir-là, pour que, eux aussi, EN PRENNENT PLEIN LA GUEULE, merde, quoi ! On partage tout à Noël !!

C’est entre deux larmes parentales que mon père, repu, sortait son arme fatale… son CD de chants de Noel à la flûte de pan…

PAN ! Comme la praline que tu as envie de te mettre dans le buffet ! Tu arrives au summum de MA soirée de Noël, Cher Lecteur !

c'est lui le coupable!

Après tout ça, soyez rassurés, je vais de l’Avent (blague Lolilol) !

Je tends à inverser la tendance et à créer ma magie de Noël à moi !

Alors ne me les brisez pas… (mes rêves de jeune femme) ! Je vais y arriver à la créer cette ambiance zen et joviale !

Mes enfants auront, eux aussi, la possibilité de descendre le matin dans le salon en courant (si tant est qu’on ait une maison, mais vu le prix de l’immobilier, c’est pas gagné) pour ouvrir leurs cadeaux !

La joie de découvrir les bottes en plastique Kinder avec moult Schokolade dedans ! Es ist wunderbach ! (excusez-moi, quand je rêve d’une vie meilleure, je parle en allemand !)

En résumé, Noël est un moment où tu t’emballes, tu t’enguirlandes et où tu finis toujours par avoir les boules. – C’est bien de moi et non de Jean Roucas-. Mais dans les rares cas où cela se passe bien, tu en ressors heureux et comblé ! J’ai de jolis souvenirs d’enfance, fort heureusement et je commence à collectionner mes souvenirs d’adulte.

Noël c’est un moment joyeux, si, si, c’est pas que dans les livres, je le découvre à présent… un moment où on bouffe, on boit et on rigole… Dommage que certaines personnes ne connaissent pas ce plaisir, car il est vrai, qu’il est étonnamment plus agréable que de s’en mettre plein la tronche !

Alors éloignez cutters, lacets et radiateurs, et détendez-vous, c’est Noël, BORDEL !!!

Publicités