Articles Tagués ‘Paris’

Je m’en vais ici relater mon histoire passionnante d’un week-end retrouvailles en amoureux avec 1ère grasse matinée depuis plus d’un an et sexe à la demande et non entre la purée de légumes-floraline et la compote-boudoir.

Oui, cette phrase était longue mais j’en avais gros !

uberceval

Afin d’optimiser le temps de présence sur le dit-lieu, nous optâmes pour un joli 4 étoiles à Paris même. Oui, nous on aime bien partir en vacances à domicile.

Au programme, le samedi midi bento rue Ste Anne puis direction l’hôtel Saint Marc, 36 rue St Marc dans le 2è (je donne les coordonnées, ça peut ne pas servir pour la suite).

Ensuite dîner en amoureux le soir et enfin le lendemain matin de 9h30 à 11h30, piscine, hammam et réservation de 2 massages.

Voilà le brief de départ et les attentes.

map

La carte pour pas y aller.

Voici la réalité :

Arrivés à 14h30, la nana de la réception me dit « ah bah c’était ce matin vos soins, on vous a appelés ! », alors non, la résa était pour le lendemain matin, et oui, j’ai eu un appel en absence sauf que si vous laissez pas de message, bah je peux pas deviner qui m’a appelée !!

Bref, on regarde l’email de confirmation de la date du soin et son collègue s’était planté, il avait réservé à la mauvaise date alors que je l’avais eu au téléphone… mais je n’ai pas vérifié qu’il était capable de bien faire son travail en lisant l’email de confirmation… My bad.

On monte dans notre chambre. Un pitit peu vénère mais bon, on nous a calé le soin le lendemain à 8h30.

Pfffiouuuuut, c’est la grasse mat’ qui se faufile dans ton rectum, l’entends-tu ?

schema-rectum

5 minutes plus tard, knock, knock, who’s there ?

Un réceptionniste tout tremblant qui tenait les feuilles de l’email de confirmation erronée me disant : « je suis embêtée Madame, mais le prestataire de massage ne veut pas revenir demain si on ne leur paie pas les soins qu’ils étaient censés faire ce matin… ».

Ok, donc en grand professionnel, ton collègue a fait une erreur, tu as un problème et donc tu frappes à ma porte pour que je le résolve à ta place ? Really nigga ??

really-nigga

J’ai donc reformulé, oui, j’arrive à être correcte même quand je commence à avoir la main qui démange… « Donc vous êtes en train de me dire que vous voulez que je paie pour des massages que je n’ai pas eus ce matin parce que votre collègue s’est trompé de date ? ».

L’effet nez-caca s’est fait ressentir de suite… Tu vois ton nez ? Tu vois ton caca ? « Oui… euh… en effet… je vais voir ce que je peux faire… ».

On a attendu 10 minutes dans la chambre en se disant qu’on allait se barrer, merci beaucoup le week-end en amoureux complètement foiré, bande de branques ! Vive l’accueil de ce soi-disant hôtel 4 étoiles, mes couilles !!!!

Bref, on a appelé la réception, c’était finalement ok pour le lendemain 8h30.

On se douche, on baise. Ça détend, je suis plus dispo… bon avant ça, j’ai trouvé la poubelle de la salle de bain pleine des merdes des personnes qui étaient là avant… oui, de toutes les poubelles qu’ils auraient pu oublier de vider, ils ont trouvé le moyen de me laisser la plus dégueulasse. #Tampons #cotonstigesusagés #fluidescorporels #putaindhotel

En descendant, pour dîner, Monmon avait le ventre vide, soit, mais le vagin frétillant. Le chef de réception me dit « Vous devez me détester … »… mais euh, mec, c’est quoi cette manière si antiprofessionnelle de nous parler ? Ouai, j’te déteste, t’es plus mon copain ! Mais t’as craqué !! Ne mets pas d’émotionnel là-dedans ! Tu es un être humain, tu fais des erreurs, faut juste que tu apprennes à les résoudre, mais je déteste personne !

« Souhaitez-vous que je vous offre une demie bouteille de Champagne ? ».

Euh, pourquoi demie ? Et non, non, j’préfère que tu me montes une canette de Cacolac steupl’ !

le-plat-sale-aprs-nourriture-de-la-nourriture-reste-35329160

Je vous propose également ce demi-plat.

Je passe sur le lendemain… en fait, ils ont commandé qu’une masseuse, donc j’ai commencé mon massage en circuit fermé de vénéritude dans mon cervelet, pendant que mon mari me regardait. Puis 15 minutes après le début de mon massage, le masseur du mari est arrivé.

Oui, il était à la réception depuis le début, mais vous comprenez la personne à la réception a changé entre temps donc elle ne savait pas que votre masseuse était déjà dans le SPA en train de s’installer donc on l’a fait attendre en attendant votre masseuse qu’on croyait pas encore arrivée et… TA GUEULE !!!

Sérieux. 300 boules la nuit. 120€ chaque massage. Sérieux ?!

Ah oui, ils nous ont proposé de partir à 14h plutôt que 12h… merci c’est cool, mais on voit pas bien c’qu’on va foutre pendant les deux heures de pause déj dans notre chambre… sucer les savonnettes Hermès ?

On s’est barrés. Je leur ai redit mon mécontentement. Le jeune homme m’a dit que son manager m’appellerait pour faire une ristourne mais que comme ils doivent payer les massages non effectués la veille, il faudra surement que le prix de notre chambre supporte ce coût mais que son manager me dira ce qu’il nous rembourse.

Traduction : Vous allez quand-même payer les soins, et au mieux on vous remboursera 60 boules. Et je me perds dans mes justifications, je ne me contrôle plus, je n’arrive plus à m’arrêter haaaaaaarggggg !!!

J’ai eu des nouvelles du manager.

Un email me donnant droit à 30% de remise sur notre prochaine réservation.

Alors, dis-moi, Manager… Je vais te poser une question assez simple :

Imagine, tu vas manger dans le restaurant Dans le noir, en amoureux, tu penses vraiment bouillave ta Marie-Christine à la fin de la soirée. Vous êtes servis par d’adorables serveurs non voyants, qui sont un peu maladroits, mais ça va, c’est pas trop de leur faute, tu es toléranmarie-christinet. #ManifPourTous. Mais, au moment, où ta tendre Marie-Christine demande à être resservie en vin, le serveur se penche pour atteindre son verre. Marie-Christine sent contre sa joue et son collier de perles, une verge turgescente. Bim, la biffle ! La biffle bête et méchante. La biffle qui s’assume. La biffle décomplexée. La biffle à 15 centimes !!!

Et, comble de la cocasserie, outre le fait que vous vous rendez compte que les serveurs vous servent à oilpé, vous vous tapez une intoxicaFion alimentaire toute la nuit. Donc, hop, tu te la colles derrière l’oreille en attendant qu’t’aies fini de pisser du cul.

J’en profite pour placer ici cette anecdote d’intoxication alimentaire suite à un dîner Dans le noir, 51 rue Quincampoix dans le 4è. Apparemment, mes cops n’ont pas été les seules à en chier !

dans-le-noir

Voilà, donc si on reprend, cher Manager, j’ai envie de te dire que je ne suis pas un lapin de 6 semaines. Tu sais bien que je ne vais pas revenir, comme tu ne retourneras pas te faire biffler Dans le noir et pisser de l’anu. Non, tu le sais bien qu’on ne le refera pas.

Je voulais juste souligner le fait que cet hôtel est une merde sans pareille. Equipe pas organisée, pas professionnelle.

En attendant, je vais faire le tour des réseaux sociaux. Je file, j’ai un Hôtel à biffler.

 

Attention : alerte fleur bleue !

Si tu as peur que je te parle d’amour et de musique Jazz et si tu préfères d’autres sujets plus légers, je t’invite à lire l’article juste en dessous, sur les cons… ne le prends pas pour toi. C’est le sujet de l’article…

Hot Sardines 01 - (c) LeAnn Mueller
Vous ai-je déjà parlé des Hot Sardines ?

Ne bougez pas, je m’en vais vous raconter ma rencontre avec les sardines chaudes…

Octobre 2012 : Nous voilà arrivés à New York. Ma première fois à New York. J’en rêvais… L’époque de la prohibition, les buildings si hauts que les sons de la ville en sont déformés et amplifiés, les réservoirs d’eau sur les toits, les échelles de services à l’extérieur des bâtiments, la ville du Jazz !

J’ai été totalement réceptive à la magie de cette ville. Il y a plusieurs New York dans New York ! Chaque quartier a son âme. Je les ai toutes aimées.
New York me fait vibrer, littéralement, tout comme Paris. Nous avons parcouru 27 kilomètres à pieds en l’espace de 4 jours !
Nous y étions une semaine pile-poil avant la grosse tempête de New York.

Le premier jour de notre visite, il pleuvait à grosses gouttes, mais il y eut une éclaircie au moment d’entrer dans Central Park. Ce fut devant le lac qui donne sur le Belvédère que Nico posa un pied à terre et me demanda en mariage !
Le soir même, pour fêter cela, nous prîmes un verre de vin chacun en terrasse (un 20 Octobre) dans le Village, au Gitane Café, à Mott street.
Tout était magique… être en amoureux, assis à un terrasse à New York, à siroter un verre de vin sous un lumignon… Même l’addition était magique ! 25 dollars pour 2 verres. Et oui, on est français, on a envie de boire du vin français, et on oublie parfois que la France n’est pas si proche…

DSCN0091

48 cents le centilitre.

DSCN0094

Un lumignon qui sait poser l’ambiance.

 

Le lendemain, nous avions pris des billets pour un concert au Joe’s Pub, pour découvrir The Hot Sardines.
Nous ne les connaissions pas, mais avions envie d’aller à un concert de Jazz à New York.
Déjà, parce que nous n’avions jamais assisté à un Jazz show et aussi peut-être un peu parce que nous approchions la trentaine et étions des « putains d’parisiens ». La vraie raison est que nous voulions juste vivre, une fois de plus, New York.

DSCN0153Nous voilà, dans le hall du Public Theater, puisque le pub se trouve dans le théâtre.
En entrant dans le Joe’s pub, tu as l’impression de voyager dans le temps. Au temps de la prohibition ! C’est impressionnant comme les Américains accordent de l’importance au décor. On est loin d’Hollywood mais les détails minutieux sont là pour récréer une ambiance que l’on croyait perdue !
De grands lustres, un bar en bois massif, des petites tables dispersées devant la scène et, bien sur, un bar entourant la scène, auquel bien sur, nous nous sommes attablés.

 

 

 

Une serveuse souriante et très serviable (payée au pourboire, mais peu importe tant que le service est là !), prit notre commande.

J’avais envie d’un Martini, dans un verre à cocktail évasé, que quand tu bois dedans, y’a la moitié qui pisse à côté, mais qu’est considéré dans mon imaginaire comme le must de la classitude ! Je voulais mon Martini avec une olive dedans parce que… ché pô, c’est classe aussi, je trouve !
Quelle bonne surprise, je n’eus point besoin de le lui demander, elle me la proposa d’elle-même. Elle me dit un truc du genre « with olive… olive juice ? »…
Jus d’olive ?… hummmm…. chelou mais… OK !!

Et bien, sachez, qu’aux Etats-Unis, un Martini, n’est pas la fameuse boisson Italienne ! Un Martini est un alcool fort et blanc. Ainsi, si tu veux de la vodka, cela donnera un « Vodkatini »… Quant au « Olive juice »… bah j’me suis retrouvée avec une Vodka-saumure, avec une brochette d’olives qui flottait mollement.
On aurait dit l’eau des poissons, juste au moment où tu te dis « Tiens, faudrait la changer, Michel doit plus y voir grand chose dans son bocal! ». Ça en avait le même goût, bien que je n’ai, personnellement, jamais bu l’eau de Michel.

On commanda un burger chacun, et hop, le show commença.

Une washboard, un whiskey, et une Vodka-Saumure.

Une washboard, un whiskey, et une Vodka-Saumure.

 

Le bonheur.

The Hot Sardines est un collectif de Jazz complet – instrumentalement parlant-  dont les influences sont de Paris, de New York et de la Nouvelle-Orléans. Vous avez ? Ce jazz qui swingue à mort ! Qui vous emporte et vous possède entièrement !
Ce swing qui prend possession de vos mains, de vos pieds, de votre tête et qui vous insuffle de la joie instantanée !

Voilà ce que joue The Hot Sardines !
Sur scène, le pianiste et band leader Bibs Palazzo, un vrai de vrai New Yorkais d’origine Italienne qui fait voyager directement dans les années 30 !
Miz Elizabeth, chanteuse charismatique à la voix de velours et au sourire lumineux, Nick Myers, le clarinettiste/saxophoniste tellement choupinou, Jason Prover le trompettiste virtuose qui ne manque jamais de souffle et qui est parfois si gêné de recevoir des applaudissements.
Nous avons aussi Alex Raderman, le batteur, Sugar Crane à la contre-basse, Joe Mc Donough au trombone, et Fast Eddy aux claquettes !
Mesdames et Messieurs, un joueur de claquettes à bretelles! Cet homme-là vous coupe le souffle à remuer tout son corps aux rythmes endiablés des chansons !
Il est même allé jusqu’à tap dancer sur le bar où nous avions nos boissons.
Autant vous dire que je n’étais pas inquiète pour ma Vodka-Saumure et que c’était un véritable plaisir de le voir s’agiter sur nos yeux !

 

Nous sommes tombés amoureux de ce groupe. Nous avons été transportés et conquis par toute cette joie de vivre, la virtuosité des musiciens et la complicité entre toutes les sardines.
Tellement transportés que le jour de notre mariage, Nicolas, au bras de sa mère et moi-même au bras de mon père, avons été accompagnés jusqu’au pied du chêne centenaire par la version de « C’est si bon » de nos amies les Sardines.

C’est si bon, de partir n’importe où, bras-dessus, bras-dessous, en chantant des chansons,
C’est si bon, de se dire des mots doux, des petits riens du tout, mais qui en disent long…

Puis, plus tard, lors de l’ouverture du bal, nous avons dansé sur « Some of these days« .
« Dansé » est un bien grand mot, sachant que les danses de salon ressemblent plus à des danses de saloon quand nous les pratiquons !
Apparemment, certaines personnes ont été soufflées par notre prestation, mais la plupart n’était pas dupes !
Nous, dans tous les cas, nous sommes éclatés et avons vécu un beau moment, quoique un peu long… mais beau quand même !

Octobre 2014: Nous voilà mariés. Un matin, au réveil, j’aperçois la nouvelle. Les Hot Sardines se produisent à Paris…

Yihaaaaa je saute du lit, l’œil encore collé, me saisis de ma carte bleue et prends deux billets pour faire la surprise à mon cher mâri.

13 Novembre 2014: Nous arrivons devant le Duc des Lombards. Nico, qui ignorait où on allait me dit « Ah ? c’est un concert de Jazz? ». Il n’avait pas mis ses lunettes, et n’avait donc pas vu l’affiche du groupe juste devant son nez… la surprise n’est pas encore totalement révélée ! Bon…vu qu’on a attendu 30 minutes devant la porte, un m’ment donné… il dit « Hé mais c’est The Hot Sardines!! »… Héhéhé, dans ces moments-là, j’me dis que je suis trop forte ! J’attendais depuis 1 mois de pouvoir lui faire cette surprise.

Le concert a commencé. C’était un immense bonheur de les voir s’amuser sur scène, de vivre des moments parfois très doux, très suaves, et d’autres explosifs, fous !

Le concert de New York était so New Yorker, grandiloquent et étincelant, à l’image de la ville-hôtesse. Celui que l’on a vécu à Paris était plus intimiste, plus romantique et parfois piquant !

On notera que Miz Elizabeth, née en région parisienne, a écrit une magnifique chanson sur Paris : Wake up in Paris.

L’ambiance dans la salle était plus réservée qu’au Joe’s Pub. C’est étrange comme d’un public à l’autre, les perceptions sont différentes ! A New York, les gens parlaient entre eux mais réagissaient plus facilement. Alors qu’à Paris, le public est plus sage, bien que latin au fond de son cœur, ce qui fait qu’il met du temps mais dès qu’il est chaud, c’est parti !
Personnellement, dès les premières notes, j’ai frissonné de plaisir ! J’étais en joie et totalement possédée par la musique ! J’avais mal aux phalanges à force de claquer des doigts ! Une telle euphorie !

Si bien, qu’en sortant de scène, Miz Elizabeth est venue vers moi et nous avons discuté rapidement. Il s’avère que cette belle dame est originaire de Saint Germain-en-Laye !

Décidément, cette ville magnifique ne me quitte pas !
Découvrir un groupe de Jazz à New York. Les revoir à Paris. Et au milieu, Saint Germain-en-Laye.

C’est con c’que j’vais dire, Josiane, mais … le monde est p’tit !… pis y’a pu d’saison !

Je vous invite vraiment à découvrir ce groupe, qui met la pêche et qui émeut. Je me suis réveillée en chantant « Hoo-bee-doo I wanna be like you-hou-hou ». Sérieusement, j’ai jamais eu cet effet-là avec du Hervé Vilard.

C’est dire la puissance des Sardines Chaudes !

Leur nouvel album sort en Janvier 2015 en France

D’ici là, je vous invite à vous procurer leurs albums déjà sortis via : http://hotsardines.com/music/

Maintenant que vous les avez découverts, vous ne pourrez plus vous en passer !

 

Pour parfaire votre panoplie de personne trop « in », il va vous savoir bruncher.

Je me propose d’être votre guide spirituel à travers quelques étapes simples et pratiques qui vous permettront d’accéder au Nirvana.

Tout d’abord commençons par le B.A. BA, que signifie le mot bruncher ?

Bruncher est une contraction entre le mot anglais « lunch » (déjeuner) et « bouffer » qui signifie « manger comme un goret ». Le brunch se pratique de 11h à 16h généralement le dimanche.

Bruncher devient le summum de la citadinerie dès les années 80. Nous autres, jeunes de banlieue, sommes très attirés par cette coutume de la grande ville et nous encanaillons volontiers.

Pour t’intégrer totalement dans le paysage urbain, il te faut respecter des règles et ne pas tomber dans des pièges de débutant (afin de ne pas te faire repérer et bruler sur un bucher pour ne pas être un vrai citadin, mais seulement un vulgaire copy-cat).

Respecte tes congénères...

Respecte tes congénères…

Règle n°1 : Avant de bruncher, pense à avaler quelque chose de léger, qui ne te coupera pas l’appétit, mais qui t’évitera d’enfumer tes compatriotes de ton haleine matinale de maquereau dans les transports en commun.

Règle n°2 : Aller bruncher le lendemain d’une soirée trop arrosée est une fausse bonne idée. En effet, tu te dis sûrement que te gaver de nourriture alléchante salée-sucrée-caféïnée colmatera les brèches laissées la veille… ERREUR !!! Ce raisonnement montre que tu as beaucoup trop confiance en tes intestins et te méfier, tu dois… Être prévoyant tu seras, ton sac avant de partir, tu videras.

Si tu respectes ces deux règles, tu obtiens le droit d’aller bruncher dans un des 3 lieux cités ci-dessous.

Si tu aimes les serveurs en grenouillères et le concept de buffet…

… je te conseille d’aller bruncher au « Who’s », 14 rue St Merri dans le 4è. Brunch à 26€.

Mais il est ENORME ton buffet!!

Mais il est ENORME ton buffet!!

Grand buffet sucré avec des gâteaux, des pancakes, des crêpes, des viennoiseries. Grand buffet salé avec saucisses, œufs brouillés, bacon, salades variées, charcuterie, fromages. Les boissons chaudes et froides sont à volonté. Le cadre est design et sobre et le buffet est très soigné. J’ai vraiment apprécié mon brunch au Who !

Seul bémol, le lieu devient rapidement surpeuplé, et donc très très bruyant. Un conseil, si vous y brunchez, commencez à 11h puis filez vous promenez dans le Marais.

http://www.whosparis.com/brunch-fr.html

Si tu veux voyager dans le passé de ton école primaire…

… je te conseille d’aller bruncher à « La cantoche Paname », 97 rue Montmartre dans le 2è. Brunch à 21€.Brunch la cantoche

Assiette English breakfast ou Bagel saumon accompagnée de boissons chaudes et jus d’orange pressée. Une fois que tu as terminé ton assiette appétissante, Paul, le serveur adorable, te pose gentiment un grand pot de Nutella sur ta table ainsi qu’une corbeille de mini viennoiseries, pain, puis une gaufre et du pain perdu faits maison. (Sauf, si bien sûr, tu es un tocard et que tu choisis la salade de fruits frais ou le fromage blanc !!). Ce brunch est délicieux et carrément abordable ! Le tout dans un décor rappelant l’école primaire.

http://www.lacantochepaname.com/

Je garde le meilleur pour la fin…

Si tu veux manger des mets exclusivement préparés le matin-même avec des ingrédients de qualité et bio…

… je te conseille d’aller chez « Soul Kitchen », 33 rue Lamarck, dans le 18è. Au pied de la butte Montmartre, côté quartier bobo.

Isabelle, Sophie et Anaïs, une équipe de choc!

Isabelle, Sophie et Anaïs, une équipe de choc!

Une expérience délicieuse ! Ce resto a été créé par 3 jeunes et jolies jeunes filles aux expériences variées. Isabelle, Anaïs et Sophie préparent les délicieux mets devant vous car la cuisine est ouverte sur le bar où sont exposées les merveilleuses pâtisseries home-made. Rien n’est laissé au hasard dans ce havre de Paix. La décoration est savamment sobre et poétique. La lumière et la fraicheur de ce lieu s’emparent de vous, et la perfection de ce que vous avez dans vos assiettes finit de vous conquérir.

Tout y est bon, tout y est beau parce que tout y est simple. J’aimerais pouvoir y manger tous les midis, car la carte change tous les jours. Quelle créativité ! Quel bonheur !

C’est simple, je n’ai jamais entendu autant de compliments de la part des clients qui venaient régler l’addition au bar. Impressionnant !

Les parts qu’elles nous servent sont copieuses et tous les ingrédients sont soigneusement sélectionnés. Vins Bio, viandes d’origines françaises, fruits cueillis en Alsace pour la confection des confitures maison… Je suis tombée amoureuse de ce salon de thé !Soul kitschen tarte salée

Revenons donc à notre sujet principal, le brunch.

Deux formules possibles à 18€ et à 23€. Sachant que les parts sont copieuses, prenez celle à 23 si vous avez vraiment très faim, je vous la conseille ! Mon Dieu que c’est bon !

Après avoir écrit tout ça, j’en ai l’eau à la bouche… je vaiSoul Kitschen madeleiness donc aller manger un bol de fromage blanc 0% pour calmer mes ardeurs.

Allez-y, testez, passez du temps là-bas, détendez-vous… vous ne le regretterez pas ! Et bravo les filles pour ces fourchetées de bonheur !

http://www.soulkitchenparis.fr

IMG_20130908_113938 IMG_20130908_130540 IMG_20130908_130546