Articles Tagués ‘Patrick Bruel’

Salut à toi, Thierry Cojan !

je ne te connaissais pas mais à travers mes recherches je t’ai découvert, et je suis certaine, chers auditeurs, que vous êtres comme Kyan, vous voulez savoir s’co j’en dis !

J’ai tout d’abord commencé par ta bio. Déjà, afin d’avoir un bon transit et ensuite, pour faire connaissance tout en douceur.

Il s’avère que Thierry, tu étais volleyeur, mais que suite à un malheureux accident de chaussettes, tu aies dû arrêter ta carrière.

Fort heureusement, ta passion pour la musique t’a amené vers cette carrière.

Un beau jour de printemps, Patrick Bruel se baladait tranquillou pilou, et il t’a rencontré, il t’a alors regardé et écouté te casser la voix. Tu jouais ce soir vers la place des grands hommes, ou pas loin, ton style Décalé lui a plu.

Après ton set, il s’est écrié qu’il s’attendait pas à toi. Puis, il t’a complimenté, même s’il savait qu’il te l’avait trop dit, il t’l’a dit quand même, qu’il te mentirait s’il te disait qu’il n’y avait pas pensé, à lancer ta carrière.

Puis dans une ultime question, il a demandé: “Qui a les droits ??”.

Tu lui as répondu : “Bah personne, Patrick, j’ai pas encore déposé tout ça à la SACEM et pis j’ai pas fini d’écrire mon album, mais j’te tiens au jus, on s’fait un poker bientot s’tu veux!”

Il t’a répondu :” J’ai envie d’miser sur toi, mon p’tit poney! J’suis sûr qu’on va win un max !”

Ainsi, tu as fait sa 1ère partie à l’Olympia, sur les traces d’Eddy Mitchell (Oui, j’adore Monsieur Eddy).

Quoi d’autre…? Ah oui, Thierry Cojan est beau gosse … Ah si ! C’est un mélange entre Ricky Martin, Jean-Claude Van damm et François Hollande, j’dis ça pour la chapka. Il a aussi un peu de David Halliday, dans sa période High (la meilleure) et du Eros Ramazzoti au niveau des tempes. Parfois même, quelques airs de Campino, le chanteur des Toten Hosen, mais ça c’est vraiment pour les connaisseurs.

Thierry Cojan est au carrefour des styles. (pas la grande surface hein).

Je vous invite à découvrir son style de ballade. ça fait tomber amoureux, c’est forcé, ou en dépression, si t’écoutes ça après une rupture et une bouteille de Cabernet d’Anjou.

D’après les spectateurs après son concert au sentier des halles, il tient le “bambou”… Siiii y’a Michel qu’a dit “Continue Thierry, tu tiens l’bambou!”. C’est hot hot hot, les concerts de Thierry ! M’étonne pas qu’il ait joué à l’OPA, l’Open Partouze Après…

Je profite au passage, pour bisouiller mon ami Jérôme du sentier des halles, qui fait de super bons cocktail, dont un spritz du feu de Dieu. Allez gouter son Spritz, venez de ma part, vous allez kiffer ! (Ceci n’est pas une allusion sexuelle, Jérôme n’est pas du genre à faire gouter son “spritz” au tout venant…).

Après, moi Thierry Cojan, tu m’as fait voyager dans ma période Calogéro et Ben Ricour.

Y’en a un des 2 que j’ai laissé tomber depuis, il s’est pas fait mal, hein, il est pas tombé de bien haut, le p’tit Calo.

Par contre, j’aime toujours autant Ben Ricour et sa voix rauque et son p”tit cul… enfin bref, je m’égare.

Je me souviendrai toujours de cette fois où je suis montée sur scène pour chanter (faux) avec lui, j’avais pas les r’tours. Ou de cette fois, au Vésinet où je l’attendais tapie, comme Bernard, dans l’ombre et où il a laissé un message téléphonique à ma soeur qui n’avait pas pu venir de Londres et qui était hyper occupée à sa bourrer la gueule et à se déguiser avec du papier alu.

Oui. ça fait voyager loiiiin.

Alors… Thierry… Que dire ?… Dis moi ! Osons ! Dans ma vie, respire cette brume électrique. Je serai là mais avec un autre que toi.

Voilà un medley poétique de tes titres.

Je t’ai donc écouté. Comment définir ton style ? Thierry Cojan fait de la musique euh…… tu vois, j’arrive jamais à coller un style… du coup je suis allée sur sa page facebook, mais dans la case “genre”, y’avait noté “ auteur compositeur interprète”. Alors voilà, ça, c’est son style !

A la question “D’où viens-tu ?”, Thierry répondrait donc “Je préfère la tarte au citron”.

“Et sinon, tu prendras quoi comme dessert ?”, “Poitiers !”.

Sur ce, je vous laisse mes canards, j’ai un foetus à tricoter !

Publicités

On nous a menti, on nous a spoliés ! Dieu soit loué, je suis là pour vous ouvrir les yeux et vous donner quelques conseils en matière d’éducation de vos enfants!

L’éducation, quelques pièges à éviter.

***************

Vous avez remarqué depuis quelques temps que vous aviez des tocs, tics et autres rangers du risque ?… Pardon… je disais, vous avez remarqué que vous aviez parfois des comportements étranges, des réactions sans explication, ou des manières de vous habiller quelque peu différentes ? Vous comprenez tout juste d’où cela vous vient : de l’éducation. L’éducation, cette action de mener l’enfant vers l’âge adulte en lui inculquant toutes sortes de mœurs, valeurs, coutumes, us et autres comportements pour qu’il soit le moins con possible une fois hors du nid.

Seulement, ce que vous ne savez pas, c’est que dans tout ce barda, ya quand même une tripotée de mensonges, et je me dois de vous les révéler en ce jour saint du [insérer date, vous avez le choix]

« Fais tes lacets, tu vas tomber ! »

Fini les scratchs ringards et rebiquants, voici que vous arboriez fièrement vos nouvelles tennis Décathlon blanches comme neige. Qui peut me regarder droit dans les seins (oui, j’ai laissé tomber l’idée qu’on me regarde dans les yeux…), donc je disais, qui peut me regarder droit dans les seins et me soutenir que vous n’avez jamais entendu : « Fais tes lacets tu vas tomber ! » et qui peut me dire combien de fois cela vous est arrivé de tomber à cause de vos lacets défaits ? ZERO ! ZERO !! Cela n’est jamais arrivé de se péter la tronche en marchant sur nos lacets !! Vraiment ! Ceci est un mensonge. Un honteux mensonge ! Non, mais sans déconner, même Corky ne se pétait pas la gueule avec ses lacets défaits ! Et Dieu sait qu’c’était un enfant pas comme les autres !

La chose la plus grave qu’il peut t’arriver en revanche, et ça personne n’en parle, c’est qu’avec tes lacets qui trainent par terre, tu peux ramasser bon nombre de fluides corporels et extra-corporels et te chopper des maladies moyenâgeuses rares. Je dirai même qu’en ces temps de procréation médicalement assistée, ya p’têt moyen de chopper du donneur en laissant trainer ses lacets dans les rues de Paris. Doit bien y avoir une demi-douzaine de  donneurs différents à la fin de la journée, dont deux pigeons !

Corky non plus, n'est jamais tombé avec ses lacets défaits.

Corky non plus, n’est jamais tombé avec ses lacets défaits.

« Ferme ton manteau, tu vas prendre froid ! »

Second mensonge honteux ayant marqué nos enfances, le « Ferme ton manteau tu vas prendre froid ! » Maaaaaaais c’est des conneriiiiies !! On n’a jamais pris froid avec son manteau fermé ! C’est justement si tu le laisses ouvert que tu risques de prendre froid. On nous prend vraiment pour des connasses de lapins de six semaines !!

A cause de cette directive j’ai vécu bon nombre de moments humiliants. A commencer par Halloween. Tous les ans, nous fêtions Halloween dans notre résidence pavillonnaire très empreinte de cette culture anglo-saxonne. L’automne étant bien là, il était donc impossible pour ma mère de me laisser sortir déguisée en Fée normale… non… point possible… Peu importe le déguisement, tu te devais d’être couverte. Très couverte. Ne m’avez-vous jamais vue, déambulant dans les rues Montessonnaises déguisée en fée obèse ? Cette fée qui portait son gros blouson sous sa robe légère de taffetas rose ?? Cette fée bibendum ?? La grassieuse fée que je faisais… Aujourd’hui je me suis transformée en fée railleuse et une semaine par mois je deviens la fée Pachié. Le manteau n’était pas la seule obligation vestimentaire dès que la température était en dessous de 20 degrés… il y avait aussi la cagoule. Je l’ai connue sous toutes ses formes. La cagoule avec l’ovale du visage, la version G.I.G.N. avec juste les yeux apparents, la cagoule qui ressemble à un cache-main mais qui n’en est pas un et que tu enfiles à ton cou pour venir ensuite la remonter sur ta tête et enfin, la version écharpe et chapka intégrées… J’ai usé tous les modèles que ma mère trouvait sur 3615 Cagoule, Vitrine Magique et la Blanche Porte…

Oh bah oui, tiens, la cagoule ! J’entends encore ma mère me lancer « Quand tu sortiras de la natation avec les cheveux mouillés en plein hiver, tu seras bien contente de la trouver, ta cagoule ! » Mais Maman !!! J’ai 14 ans !!!!  En plus, où se trouve le plaisir de la cagoule à enfiler en sortant de la natation, les cheveux humides, collés sur ta nuque ? Sentir toute ta tête emprisonnée dans un carcan, alors que tout ton corps encore transpirant continue à sécréter de la sueur. Aaaah bah oui putain que tu as chaud avec ta cagoule !! Mais c’est le fait de l’enfiler qui te donne chaud. Chaud et humide. L’humidité fait ensuite ressortir le piquant de la matière cagouleuse. Les cagoules, ça pique !!  N’y tenant plus, j’ai pris la décision d’arrêter la natation… et pour être sûre, tout autre sport. Je ne souhaite à personne de vivre ce traumatisme de la cagoule.

Rends-toi compte, Jeune! Ouvre les yeux, Mec!

Rends-toi compte, Jeune! Ouvre les yeux, Mec! On dirait une Grosse Bouffonne!

« Attention, tu vas attraper des poux ! »

Dans les phrases que j’ai entendues moult fois, « Attention, tu vas attraper des poux »… Alors oui, je comprends nos mamans, les poux c’est des batards. J’ai moi-même eu le cuir chevelu brûlé à la marie-rose plus d’une fois. Je nous revois, ma sœur et moi, honteuses, une serviette sur nos cheveux attendant que nos amis les bêbêtes décèdent dans nos touffes respectives embaumant la marie-rose et ignorant certainement que tous ces produits chimiques imbibaient nos corps entiers. Mais, bon à l’époque on léchait du bisphénol et on mangeait des YES dans lesquels il y avait de l’alcool ! Sympa l’gouter pour enfants !

Contre les poux, ma mère avait une technique imparable totalement écolo pour éviter la contamination en chantant du Philippe Lavil. Oui, alors, dis comme ça, j’en conviens, ça n’a aucun rapport ! Dès qu’elle me voyait trop proche de mes copines, elle chantait « collé serré », très joli duo avec Kassav ! Lorsque j’entendais ce signal, je devais me décoller instantanément de mes copines, sous peine de fouilles douloureuses au peigne fin…

La technique la plus écologique de lutte contre les poux - exit le kolé séré!

La technique la plus écologique de lutte contre les poux – exit le kolé séré!

« Arrête de loucher, un ange va passer et tu vas rester bloquée »

Et bah sympa l’ange, tiens ! Ça réconcilie avec la religion, j’te l’dis moi ! Croyez-vous que cette malédiction fonctionne pour d’autres choses ? Les culs-de-jatte ont-ils trop joué à la marelle ? Ainsi, cette réflexion m’amène à me demander quel genre de jeu a pratiqué Patrick Bruel pour devenir monobouliste… A-t-il, au cours d’une soirée câline et féline, pratiqué le jeu du « Pose donc mes couilles sur ton nez, ça t’fera des lunettes ?? ». Hop, sur ce, l’ange des Gonades est passé, et bim ! Joli monocle, Patrick ! Peut-être était-ce, en plein été, lors d’une partie de pétanque, alors qu’il était en train de se tripoter l’cochonnet ? Nous ne connaîtrons jamais son tenant et son aboutissant…

Alors, vous ! Parents ! Arrêtez de nous encagouler, de nous emberlificoter!

Vous, enfants spoliés, rebellez-vous ! Insurgez-vous !!

Voici venu l’avènement d’une nouvelle éducation ! Une nouvelle éducation où nous ne mentirons pas à nos enfants. Une nouvelle éducation où nos enfants ne porteront que des Bensimon, attraperont la crève sans manteau, sans cagoule mais avec des chemises col en V hyper profond et pourront loucher tant qu’ils veulent. Nous appellerons cette génération, la génération Y !! La génération juste avant la génération Z ou Génération « fin de race » !

Bon allez, je vais me coucher, il est 20h30 et demain j’ai école. On se sms, kikoo biz looool !

Patrick une célébrité, certes, mais, nu face au miroir, c'est d'abord une victime de l'Ange des Gonades

Patrick une célébrité, certes, mais, nu face au miroir, c’est d’abord une victime de l’Ange des Gonades